Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Etude pour Le Serment des Horaces

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Tête d'homme barbu, et scène

Arts graphiques
XVIIIe siècle

Auteur(s) :
Prat Louis-Antoine

Contenue dans un carnet de l'artiste, cette pierre noire est une étude pour son plus célèbre tableau, Le Serment des Horaces, qui devait assurer le triomphe du néoclassicisme au Salon de 1785. La scène est inspirée de la tragédie de Corneille, Horace, mais elle n'y figure pas spécifiquement.

Un carnet romain

Le dessin se trouve au feuillet 21 d'un carnet d'études utilisé par David, à Rome, lors de son second séjour italien, en 1784. Il s'y était rendu afin de préparer son tableau du Serment des Horaces. Ce petit carnet de poche de 83 feuillets comprend des études de personnages d'après nature, des vues urbaines, des copies d'après l'antique et les maîtres, et des études pour Les Horaces. Des détails précis (épées, jambes) font l'objet de croquis. La feuille retenue ici juxtapose une étude pour la tête du vieil Horace (reprise de celle qui se trouve au folio 21 recto) et une recherche de mise en place pour les femmes éplorées, à droite de la composition ; l'escalier disparaîtra dans la peinture.

Le manifeste d'une nouvelle peinture

Le Serment des Horaces est considéré comme le manifeste du mouvement néoclassique : par son sujet d'abord, qui met en scène ce que l'on appelle en latin un exemplum virtutis, c'est-à-dire une illustration du courage et de la vertu : les trois fils Horace jurent à leur père de combattre jusqu'à la mort contre leurs rivaux, les trois fils Curiace. La situation est d'autant plus douloureuse que la soeur des Horaces, Camille, visible à droite, dans le groupe de femmes éplorées, est fiancée à l'un des Curiaces. Avant de se décider pour le sujet du Serment, David avait pensé illustrer d'autres épisodes de l'histoire des Horaces, notamment celui, beaucoup plus violent, où l'un des trois Horaces, seul survivant du combat à mort entre les six hommes, rentre à Rome et tue sa soeur, coupable à ses yeux de se lamenter de la mort de son fiancé.

Des recherches nombreuses

On connaît, en dehors du carnet du Louvre, de nombreuses recherches dessinées sur les thèmes des Horaces. Dans les dessins représentant le meurtre de Camille, antérieurs à ceux concernant Le Serment, la composition est encore mouvementée et baroque. Dès 1782, un dessin du Serment, conservé au musée des Beaux-Arts de Lille, fixe au contraire une composition en frise, semblable à un bas-relief antique. L'opposition entre la détermination virile des trois fils et la désolation de la mère, de la soeur et de l'épouse de l'un des Horaces, illustre parfaitement la tension qui parcourt la composition.

Bibliographie

- PRAT Louis-Antoine, ROSENBERG Pierre, Jacques Louis David 1748-1825 : Catalogue raisonné des dessins, 2002, II, n 1304.

Cartel

  • Normand, Charles, Mme

  • Cuivre

    H. : 18.9 cm. ; L. : 13.3 cm.

  • achat

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet