Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Étude pour le Triomphe de la Richesse

Œuvre Étude pour le Triomphe de la Richesse

Département des Arts graphiques : XVIe siècle

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Le Triomphe de la Richesse

Arts graphiques
XVIe siècle

Auteur(s) :
Boyer Sarah

Vers 1532, lors de son second séjour à Londres, Holbein peint les Triomphes de la Richesse et les Triomphes de la Pauvreté pour la salle des Fêtes des marchands de la Ligue Hanséatique. Les grisailles peintes à la détrempe rehaussée d'or et d'aquarelle présentent, suivant le code humaniste des Triomphes de Pétrarque établi au milieu du XVe siècle et repris par Dürer dans le Triomphe de Maximilien, une procession de figures allégoriques, grandeur nature, disposées autour d'un char.

Une iconographie complexe

Seul vestige autographe de cette décoration, le dessin du Louvre figure Ploutos, dieu des richesses, sous les traits d'un vieillard aux yeux fermés, appuyé sur une canne, trônant sous le dais d'un char. Il est flanqué d'une corne d'abondance qui évoque sa parenté avec Cérès, déesse de la fécondité. Devant lui paraît la Fortune, aveugle, les yeux bandés, tenant un voile soulevé par les vents. Elle distribue des pièces d'or aux "ploutocrates" célèbres de l'Antiquité : Tantale, Midas, Crésus, Cléopâtre, etc. À droite, au-dessus du cortège plane Némésis, déesse vengeresse, gardienne de la mesure, dont les attributs classiques sont le mors et l'équerre. Le char est conduit par la Raison, qui tient les rênes de la Connaissance et de la Volonté. Les quatre chevaux symbolisent, d'après les copies de ces décors, les perversions du lucre (Avarice, Usure, Simonie et Contrat). Ils sont soumis à la férule des quatre vertus de la Vulgate chrétienne : Libéralité, Équité, Justice et Bonne Foi. La conclusion de cette ambitieuse allégorie figure en latin sur les phylactères qui légendent les copies : "L'or est le père de la séduction et le fils de la douleur, qui en manque souffre, qui en a, craint."

De l'étude au décor

Les auteurs considèrent parfois cette feuille, par comparaison avec des copies, comme une première pensée à la réalisation définitive. En effet, l'artiste met alors en valeur chacun des groupes du cortège considéré isolément. Au contraire, dans la grisaille, il augmente le nombre de participants, conférant ainsi au cortège un effet de masse beaucoup plus marqué, conforme aux nouvelles tendances de cette époque. Ce changement d'optique est accentué par certaines modifications : ainsi la Justice - le deuxième personnage sur la gauche - et Sichée - le troisième personnage - se tournent vers le spectateur et accentuent la sensation de mouvement produite par le cortège. Enfin, le char - un peu lourd dans le projet - a été reconstruit en forme de coquille.

Portraitiste mais aussi décorateur

Témoignage aussi rare que précieux des décorations murales exécutées par Holbein en Angleterre, le Triomphe de la Richesse, par son format comme par sa technique, s'apparente à Samuel maudissant Saül (Bâle), un projet pour l'une des décorations de l'hôtel de ville de Bâle réalisé vers 1529-1530. Rappelant aussi les Triomphes (de César) de Mantegna, ce dessin illustre ainsi une part de l'activité d'Holbein, portraitiste mais aussi concepteur de grands décors : au Steelyard, à la maison Hertenstein de Lucerne (disparue, dessins préparatoires à Bâle, Kupferstichkabinett) ou à la maison zum Tanz de Bâle (disparue, dessins préparatoires à Bâle, Kupferstichkabinett).

Bibliographie

- BONNEFOIT Régine, Largesse, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1994, p. 192, n 77.

- GANTZ Paul, Les dessins de Hans Holbein le Jeune : catalogue raisonné, 1939, p. 40, n° 120.

- KOEGLER Hans, "Holbeins Triumphzüge des Reichtums und der Armut", in Jahresberichte 1931/32 der Öffentlichen Kunstsammlung Basel, 1933, pp. 57 et suiv.

- MAGNON Myriam, Dessins de Dürer et de la Renaissance germanique, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1991-1992, p. 160, n 146.

- MICHEL Régis, Les Mots dans le dessin, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1986, p. 30, n 27.

- MULLER Christian, Dürer, Holbein, Grünewald : Meisterzeichnungen der deutschen Renaissance aus Berlin und Basel, cat. exp. Bâle, Kunstmuseum, Berlin, Staatlichen Museen, 1997-1998, pp. 343-418, n 25.1-25.32.

- MULLER Christian, From Schongauer to Holbein. Master Drawings from Basel and Berlin, cat. exp. Washington, National Gallery of Art, 1999-2000, pp. 350-424, n 161-191.

Cartel

  • HOLBEIN Hans le Jeune

    Le Triomphe de la Richesse

    Jabach, Everhard

  • Plume et encre brune, lavis brun, rehauts de blanc, sur esquisse à la pierre noire. Mise au carreau à la pierre noire. Annotations à la plume, encre brune pour identifier les allégories de gauche à droite : 'BONA FIDES/ LIBERALITAS/ AEQVALITAS/ NOTITIA/ VOLVNTAS/ SIMONIDES/ CONTRACTVS/ SICHEVS/ PITHIVS/ CRISFINS/ BASSA/ RATIO/ VIVIDIVS/ LEO BIZANTIVS/ FORTVNA/ THEMISTOCLES/ VENTIDIVS/ GADAREVS/ NARCISSVS/ PLVTVS/ TANTALVS/ MYDAS/ CRESVS/ CLEOPATRA/ NEMESIS .

    H. : 25.1 cm. ; L. : 56.9 cm.

  • Cabinet du roi , 1671

    3918694

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet