Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Eve tendant la pomme

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Eve tendant la pomme

Arts graphiques
XVIe siècle

Auteur(s) :
Mancini Federica

Utilisée pour la préparation de la figure d'Eve des fresques du Dôme de Parme, cette figure est parmi celles qui se rapproche le plus de la version définitive. La coupole est décorée avec la scène de l'Assomption : entourée d'anges et de figures bibliques, Eve tend la pomme à la Vierge, dans un raccourci hardi. La feuille du Louvre témoigne d'une parfaite connaissance de la perspective et d'une grande maîtrise technique dans le rendu sensuel du corps.

La première femme

Eve est vue en raccourci de bas en haut : cette perspective audacieuse montre sa figure nue à mi-corps, couverte d'un drap évoqué en bas à gauche. Sa beauté sensuelle est décrite en crescendo, par le biais des lignes courbes du buste et de la poitrine dont le centre se situe au niveau du nombril. Son visage à l'expression intense est encadré de longs cheveux ondulés. Elle tient dans sa main gauche, tendue vers la limite gauche de la feuille, la pomme du péché originel. Son bras droit repose sur un support recouvert d'un tissu. L'artiste a mis l'accent sur le contraste entre le geste de la femme offrant le fruit et le sentiment d'attente qui ressort du reste du corps.

Un tourbillon humain

L'Eve tendant la pomme est un dessin préparatoire pour la décoration à fresque de la coupole du Dôme de Parme, dont le contrat fut dressé en 1524. Les travaux se poursuivirent jusqu'à la mort de l'artiste, en 1534. La datation généralement acceptée du dessin se situe autour de 1526-1528. La vue en raccourci de la figure, ainsi que le rendu du corps, révèlent une habileté qui renvoie à la pleine maturité de l'artiste : dans les fresques, la disposition des personnages est maîtrisée par la perspective, qui donne à l'ensemble l'effet d'un tourbillon humain. La figure d'Eve se détache de cette agitation orchestrée au moment où elle offre la pomme à la Vierge.

Les deux Eve

Le rapprochement religieux entre les deux femmes provient de l'exégèse canonique : Marie est la nouvelle Eve, qui rachète le péché de la première. La feuille du Louvre illustre déjà les quelques éléments qui caractérisent dans la composition finale la femme coupable : les traits à la sanguine donnent à la figure un effet chromatique, augmentant sa séduction ; l'utilisation de rehauts de blanc renforce, d'une part, l'opposition entre les parties claires et obscures et, de l'autre, enrichit la préciosité de l'incarnat.

Bibliographie

- BACOU Roseline, Le XVIe siècle européen, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1965, notice 87.

- BACOU Roseline, Dessins du Louvre, Ecole italienne, Flammarion, Paris, 1968, notice 38.

- BONNEFOIT Régine, Largesse, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1994, p.185, notice 1.

- PIGNATTI Terisio, Le Dessin dans l'histoire de l'art, Paris, 1982, p.121.

Cartel

  • ALLEGRI Antonio

    Eve tendant la pomme

    His de la Salle, Aimé-Charles-Horace

  • Sanguine avec rehauts de blanc. Annoté au verso à la plume : 'Coregio'.

    H. : 11.6 cm. ; L. : 10.4 cm.

  • don

    40499

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet