Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Femme allongée de face : Psyché endormie

Œuvre Femme allongée de face : Psyché endormie

Département des Arts graphiques : XVIIe siècle

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Théière "Calabre"

Arts graphiques
XVIIe siècle

Auteur(s) :
Mancini Federica

La Psyché endormie est l'un des dessins les plus beaux de la maturité de Cigoli : sa production tardive, comme ici, se caractérise par la synthèse opérée entre le naturalisme de source florentine et le classicisme du milieu romain. Pendant cette période, il se servait de façon méthodique de matériaux colorés étalés sur des supports sombres et préparés pour accentuer le chromatisme, dont les effets font de cette feuille une épreuve magistrale.

La Vigna Borghese

Ce dessin est préparatoire à la fresque d'une lunette dans la Loggetta (petite loge), bâtiment qui appartint au grand projet de la Vigna Borghese à Rome : le cardinal Scipione Borghese, neveu du pape Paul V, commanda en 1603 un ensemble architectural sur le Quirinal, dont le décor fut confié à Guido Reni, Giovanni Baglione, Domenico Passignano et Cigoli, grâce à l'intermédiaire du florentin Antonio Ricci. Les travaux furent néanmoins abandonnés en 1616 lorsque le cardinal décida de se vouer entièrement à la réalisation de la villa Borghese. A ce moment-là, la décoration de la Loggetta comprenait les fresques de la voûte et de trois des quatre lunettes exécutées entre 1611 et 1613. La loge fut démolie en 1857 en raison des travaux d'élargissement de la Via Nazionale ; le cycle de l'Histoire de Psyché fut alors détaché et transféré à la pinacothèque Vaticane en 1875 puis en 1952 au palais Braschi où il se trouve encore. La feuille du Louvre se réfère à la première lunette : correctement attribuée à Cigoli en 1958 par J. Bean, elle est l'un des cinq dessins existant aujourd'hui qui témoignent de l'élaboration du dernier cycle profane de l'artiste. La paternité de ces fresques se perdit jusqu'au XIXe siècle, lorsque la création de l'Histoire de Psyché fut attribuée à Annibale puis à Ludovico Carrache, à la suite de la découverte des initiales "LC". Ce ne fut qu'au début du XXe siècle que le cycle fut finalement restitué à Cardi.

Un prêt de Michel-Ange

Psyché allongée repose sur un coussin aux traits légers et sombres, son visage tourné vers la droite. Le drap qui la couvre se soulève : c'est sans doute un souffle de vent qui découvre sa poitrine et sa jambe droite. Le réalisme de la figure, dont le raccourci est accentué par la perspective de la jambe pliée, ressort du rendu du corps grâce aux effets lumineux des matériaux colorés. Cette femme à demi étendue est préparatoire à la figure de Psyché endormie dans un jardin, posée par le souffle de Zéphyr, à droite dans la lunette. La scène s'inspire de l'Âne d'or des Métamorphoses d'Apulée (livre XI) : on sait que Cigoli connaissait cet ouvrage grâce à sa correspondance avec Michel-Ange où il mentionne la restitution de ce texte que ce dernier lui avait prêté.

Preuve et contre-épreuve

Parmi les cinq dessins préparatoires au cycle de la Loggetta, La Psyché endormie est le meilleur exemple du talent décoratif de l'artiste. Cette femme aux traits nerveux et aux contours agités est illustrée dans une mise en page nouvelle : la légèreté de la notation et l'ampleur de la forme l'élèvent à une figure de rêve. L'héritage florentin a laissé la place à l'école des Carrache, que Cigoli connut à Rome : la "peinture claire" du palais Farnese est évoquée dans les effets chromatiques de la feuille du Louvre, dont une contre-épreuve est conservée aux Offices de Florence.

Bibliographie

- Amours, Paris, Fondation Cartier pour l'art contemporain, Arles, Actes sud, 1997, p. 196.

- BEAN Jacob, Dessins florentins de la collection de Filippo Baldinucci, 1625-1696 : XIXe exposition du Cabinet des Dessins, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1959, n 30.

- CHAPPELL M. L., Disegni di Ludovico Cigoli, Gabinetto di Disegni e stampe degli Uffizi, Firenze, 1992, pp. XII, XV, 190-192.

- VIATTE Françoise, Musée du Louvre, Inventaire général des dessins italiens, III : Dessins toscans XVe-XVIIIe siècles, t. I : 1560-1620, Paris, 1988, n 168 p. 105.

Cartel

  • Manufacture royale de porcelaine de Vincennes

    Théière "Calabre"

    1756

  • Porcelaine tendre, bronze doré

    H. : 0, 13 m. ; L. : 0, 17 m.

  • Don de René Dutilleul-Francoeur, 1990

    OA 11287

  • Arts graphiques

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Annotation à la plume et encre brune, en bas à droite : Cigoli.