Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Femme en buste, de trois quarts vers la gauche, les bras croisés

Œuvre Femme en buste, de trois quarts vers la gauche, les bras croisés

Département des Arts graphiques : XVIe siècle

Femme en buste, de trois quarts vers la gauche, les bras croisés

Arts graphiques
XVIe siècle

Auteur(s) :
Mancini Federica

Ce dessin montre l'admiration de Raphaël pour Léonard de Vinci, tout particulièrement pour le portrait de Mona Lisa. L'artiste originaire d’Ombrie connut les productions du Florentin à travers son maître Pérugin, condisciple de Léonard chez Verrocchio, et il put apprécier directement ses oeuvres à Florence. L'hommage au peintre de la Joconde ne réduit pas cette feuille à une simple copie : la Femme en buste révèle une synthèse des modèles léonardesques au service d'une interprétation personnelle.

La ligne lombarde

La Femme en buste, de trois quarts, regarde le spectateur : ses bras sont croisés et s'appuient sur une balustrade. Ses vêtements sont décrits dans le détail et sa coiffure est représentative de celle utilisée en Lombardie jusqu'en 1510, connue sous le nom de "lenza lombarda" (ligne lombarde). Deux colonnes, visibles des deux cotés, flanquent le portrait, qui semble étiré en raison de la verticalité des lignes. La figure se détache du large espace en plein air du fond : le paysage est évoqué par l'esquisse d'un arbre, à gauche, et par un croquis de bâtiments, à droite.

Une Joconde indépendante

La forme achevée de la composition est inusuelle dans la production de Raphaël, qui considérait le dessin comme un champ de recherche et, par conséquent, une étude en progression. Récemment, un nouveau tableau a été restitué au corpus du maître : il s'agit du Portrait de Costanza Frugoso (collection particulière), qui montre les mêmes pose, robe et type de coiffure. Cette découverte éclaircit mieux la finalité du dessin pour une œuvre peinte précise, ce qui explique l'état achevé de la feuille. L’hommage apparent rendu à la Joconde n'est pas un élément suffisant pour la datation de la Femme en buste, car Raphaël fut impressionné par les recherches de Léonard de Vinci tout au long de sa vie. Il partit pour Florence en 1504 et y resta jusqu'à son départ pour Rome, vers 1508. Ce séjour fut essentiel pour sa connaissance de l'art florentin. Retenu comme l'un des plus beaux dessins des collections françaises, la Femme en buste a été exécutée pendant cette période, alors que Raphaël travaillait au retable Baglioni (La Lamentation sur le Christ mort, dessin, Louvre, Inv. 3865) et à la Dame à la licorne (Rome, Galerie Borghèse).

Les fruits de l'admiration

Selon Giorgio Vasari, la possibilité d'admirer les dessins de Léonard poussa Raphaël à partir pour Florence dans sa jeunesse. L'historiographe était persuadé de la différence entre les deux artistes : dans les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes (Vite), il donna sa faveur à Léonard, Raphaël n'arrivant jamais à le surclasser dans la solution de certains problèmes. La feuille montre la connaissance approfondie des modèles léonardesques, qui ont été utilisés pour en faire un chef-d’œuvre en soi. La description de la lumière, la précision de la technique et la distribution des espaces définis par des hachures trahissent l'hommage à Léonard, auxquels s'ajoutent les traits forts et libres du visage, exemple de l'exceptionnelle habileté technique, qui a inspiré l'appellation, pour Raphaël dessinateur de portrait, de "peintre sans couleur". La leçon donnée par Léonard engendra un changement du graphisme chez le jeune Ombrien, aboutissant à un trait souple. Quand les deux artistes se retrouvèrent ensemble à Rome, en 1513, Léonard céda devant l'importance accordée entre-temps par le pape Jules II à Raphaël, et partit trois ans plus tard pour la France avec sa Joconde.

Bibliographie

- FISCHEL Oskar, Raphael, Londres, 1948.

- LUCCO Mauro, "A new portrait by Raphael and its historical context", in Artibus et Historiae, 41, XXI, 2000, p. 49-73.

- VASARI Giorgio, Le Vite de' più eccellenti Pittori, Scultori ed Architettori, Florence, 1568, traduction française d'André Chastel, Paris, 1981-1989, 12 vol.

- VIATTE Françoise, Raphaël dans les collections françaises, cat. exp. Paris, Galeries nationales du Grand Palais, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1984, notice 50.

- VIATTE Françoise, Léonard de Vinci : Dessins et manuscrits, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 2003, p. 190-192, notice 62.

- HENRY T., dans Raphael : from Urbino to Rome, Londres, The National Gallery, 2004, notice 52.

Cartel

  • SANTI Raffaello

    Femme en buste, de trois quarts vers la gauche, les bras croisés

    vers 1504 1507

    Jabach, Everhard

  • Plume et encre brune, traces de pierre noire. Collé en plein.

    H. : 22.2 cm. ; L. : 15.9 cm.

  • acquis pour le Cabinet du roi , 1671

    393882

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet