Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Fibule à arc serpentant dite "fibule de Chiusi"

Œuvre Fibule à arc serpentant dite "fibule de Chiusi"

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art étrusque (du IXe au Ier siècle av. J.-C.)

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Fibule à arc serpentant

© 2005 Musée du Louvre / Erich Lessing

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art étrusque (du IXe au Ier siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Cette fibule d'or trouvée à Chiusi est un témoignage exceptionnel de la maîtrise technique atteinte par les orfèvres étrusques à l'époque orientalisante. Elle est richement ornée de motifs géométriques dessinés selon la technique de la granulation, très en vogue en Étrurie méridionale, surtout à Caere où l'agrafe a sans doute été fabriquée. Sur l'étrier, l'inscription, une des plus anciennes connues en Étrurie, commémore un don entre deux aristocrates : Arath Velavesna et Mamurke Tursikina.

L'orfèvrerie étrusque à l'époque orientalisante

Cette fibule d'or a été découverte peu avant le milieu du XIXe siècle dans une tombe de Castelluccio di Pienza, non loin de Chiusi (en Toscane). Elle est entrée au musée du Louvre en 1863, après l'achat par Napoléon III de la collection du marquis Campana. Munie d'un arc serpentant et d'un étrier allongé, cette agrafe servait à maintenir un pan de vêtement du costume masculin. Elle a été réalisée dans la seconde moitié du VIIe siècle av. J.-C., probablement à Caere, l'ancienne Cerveteri. L'orfèvrerie connaît alors un essor considérable que l'on attribue en partie à la puissance économique des Étrusques, fondée sur l'exploitation des gisements miniers ; cet essor est également redevable du goût des aristocrates pour un luxe ostentatoire. Une profusion de bijoux a pu ainsi être retrouvée parmi le mobilier funéraire des tombes d'époque orientalisante. La fibule de Chiusi apparaît pourtant comme une pièce unique. Elle est doublement exceptionnelle, par sa richesse ornementale, qui reflète le savoir-faire des orfèvres qui excellent dans des techniques importées du Proche-Orient, et par l'inscription qui l'accompagne. Son décor est composé de minuscules perles d'or qui dessinent des motifs géométriques selon la technique de la granulation, très en vogue en Étrurie méridionale, plus particulièrement à Caere.

Une dédicace commémorant un don entre aristocrates

L'inscription qui orne l'étrier est également transcrite par granulation : il s'agit d'une des plus anciennes inscriptions étrusques conservées depuis l'apparition de l'écriture dans cette région, vers 700 av. J.-C. La langue étrusque suscite encore quelques incompréhensions ; cependant, son écriture est aisément déchiffrable car elle emprunte ses caractères à l'alphabet grec. L'objet parle lui-même, conformément à une coutume archaïque : "mi arathia velasvenas zamathi mamurke mulvanike tursikina", traduit par "Je suis la fibule d'Arath Velavesna. Mamurke Tursikina m'a donnée". Cette dédicace évoque la pratique du don, largement répandue dans les sociétés aristocratiques. La graphie des lettres, caractéristique du territoire de Chiusi, semble indiquer que la fibule a été fabriquée à la demande d'un commanditaire originaire de cette grande cité d'Étrurie intérieure.

L'importance du groupe familial

Les noms des deux aristocrates, Mamurke Tursikina (le commanditaire) et Arath Velavesna (le destinataire), témoignent de l'usage de plus en plus fréquent de la formule onomastique à deux membres, le prénom et le nom, se substituant ainsi au nom individuel. Cette formule préfigure le système romain à trois éléments (le praenomen, le nomen et le cognomen) et insiste sur l'importance du groupe familial. En l'occurrence, le nom Tursikina marque l'appartenance ethnique de l'individu au peuple étrusque (en grec, Tyrsenoi ; en latin, Tusci). D'après Denys d'Halicarnasse (Antiquités romaines, I, 30, 3), les Étrusques se désignaient aussi du nom de Rasenna, un terme qui signifie "ceux qui appartiennent à la cité".

Bibliographie

- CRISTOFANIi M., MARTELLI M., L'or des Etrusques, Paris, 1997.

- DORE Anna, MARCHESI Marinella, MINARINI Laura (sous la dir. de), Principi etruschi : tra Mediterraneo ed Europa, catalogue de l'exposition,  Bologne, Museo civico archelogico, 1er octobre 2000-1er avril 2001, Venise, Marsilio, 2000, p. 32, p. 308 et pp. 324-325, n 439.

- HEURGON Jacques, "Recherches sur la fibule d'or inscrite de Chiusi : la plus ancienne mention épigraphique du nom des Étrusques", Mélanges des Écoles françaises de Rome et d'Athènes, vol. 83, 1971, pp. 9-28.

- HOLTZMANN Bernard, MOHEN Jean-Pierre, POURSAT Jean-Claude, ROUVERET Alain et al., L'Art de l'Antiquité. 1. Les Origines de l'Europe, Gallimard, Éditions de la Réunion des musées nationaux, coll. "Manuels d'histoire de l'art", Paris, 1995, pp. 322-323.

Cartel

  • Fibule à arc serpentant

    Seconde moitié du VIIe siècle avant J.-C.

    Provenance : Castelluccio di Pienza (Chiusi)

    Production: Étrurie méridionale, Cerveteri ?

  • Or. Granulation

    l. : 11,10 cm. ; H. : 2,16 cm.

  • Collection Campana, 1863 , 1863

    Bj 816

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Rez-de-chaussée
    Etrurie II
    Salle 19
    Vitrine 3 : Bijoux : VIIe - VIe siècle avant J.-C.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Dédicace en étrusque sur l'étrier de la fibule : "mi arathia velavesnas zamathi mamurke mulvanike [ou mulvenike] tursikina", "(je suis la fibule) de Arath Velavesna, Mamurke Tursikina m'a donnée".