Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Flore

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Arts graphiques
XVIIIe siècle

Auteur(s) :

Boyer Sarah

 

 


 

Remerciements :

Cette notice d’œuvre vous est présentée par Canson

Dessin célèbre des Goncourt gravé par Jules, Flore prépare Le Printemps, une des quatre toiles décoratives sur les saisons destinées à la salle à manger de l'hôtel Crozat, où Watteau loge alors. Elle est l'une des premières grandes études de nus, un genre sporadiquement abordé. Rarement traités, les sujets mythologiques ne sont plus, depuis A. Coypel, que d'aimables prétextes à figurer des nudités témoignant d'une compréhension de plus en plus sensible de la forme, du modelé et de l'épiderme.

Charmante gamine

Trois des Saisons posent les problèmes du nu et du format ovale. Couronnée par Zéphyr, Flore repose sur des nuages, en une forte perspective : elle adopte, peinte comme dessinée, la même position. Proportions imposantes, formes pleines, accents de blanc caractérisent le nu, dont l'allongement des jambes et l'inclinaison du buste renforcent la sensualité. Maladroit pour les jambes désagréablement croisées avant la réévaluation de la posture qui la liera à Zéphyr et à la forme du cadre, Watteau s'épanouit dans la douceur et la liberté de la facture. Le traitement lumineux et pictural évoque la Femme à sa toilette (Londres, Wallace Collection), inspirée de Titien, tandis que les tonalités de bleu et blanc définissant les cheveux, la peau et la draperie, avec le caractère argenté de la peinture, relèvent du colorisme de Véronèse. Un peu potelées, les deux femmes participent d'un même idéal opposé aux minces figures typiques des dernières oeuvres.

Regards ardents mais voilés

Les études préparatoires à ce cycle révèlent l'échelle et l'envergure inhabituelles du projet. Flore évoque les nus de contemporains plus âgés : Coypel, Boullongne et La Fosse. Comme eux, Watteau emploie pierre noire et craie, usuelles pour ce type d'étude : des blancs éclairent les plis des drapés, de rares touches de sanguine sur les ombres les plus sombres donnent de la chaleur et de la couleur à la tête, aux mains et aux pieds. N'usant jamais de la plume, Watteau se sert du papier pour introduire la lumière. Le dynamisme du geste distingue la femme des études plus sèches et froides de ces maîtres : d'abord inspiré par le style académique marqué par La Fosse, qui participe activement au programme du décor, Watteau modifie amplement son étude pendant la réalisation en une composition plus animée, mieux adaptée à une perspective en hauteur. Si La Fosse personnifie le printemps par Zéphyr et Flore, ce dont témoignent deux dessins, ses compositions diffèrent notablement de celles de Watteau.

Mais quand ?

La sensualité, née de la conjugaison des trois crayons qui rend les effets lumineux et la carnation des chairs, confère à Flore une certaine vitalité. Un brin de tendresse paraît dans sa pose et ses liens avec Zéphyr, à peine esquissé sur la gauche de la toile. La disposition du drapé, la corbeille pleine et l'attitude souple et abandonnée marquent la toile, non l'étude. Virtuosité de la mise en page, audace de conception, éclairage dramatique et traits aigus du visage relèvent de la maturité de l'artiste, mais le cycle ne peut être précisément daté : postérieur à 1712, quand Watteau attire l'attention de La Fosse peu après son agrément à l'Académie, il est peut-être achevé en 1716, après le retour d'Italie de Crozat, puis sûrement complété vers 1717, quand Watteau achève Le Pèlerinage à l'île de Cythère (musée du Louvre). L'alliance harmonieuse de la force et de la grâce dans l'attitude de Flore, la facture du dessin et la technique plaident en faveur d'une datation tardive.

Bibliographie

- GRASSELLI  Margaret Morgan, Watteau 1684-1721, cat. exp. Washington, National Gallery of Art, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, Berlin, Charlottenburg, 1984-1985, pp. 183-184, n 105.

- MOUREAU François, GRASSELLI Margaret Morgan, Antoine Watteau (1684-1721) : le peintre, son temps et sa légende, colloque international, Paris, Grand Palais, 1984, Genève Paris, Éditions Clairefontaine, 1987.

- ROSENBERG Pierre, PRAT Louis-Antoine, Antoine Watteau 1684-1721 : catalogue raisonné des dessins, Milan, Leonardo arte, 1996, pp. 1014-1015, n 596.

- PLAX Julie Ann, Watteau and the cultural politics of eighteenth-century France, Cambridge ; New York ; Melbourne [etc.], Cambridge University Press, 2000.

En savoir plus :

- BAILEY Colin B., CONISBEE Philip, GAEHTGENS Thomas, Au temps de Watteau, Chardin et Fragonard, cat. exp. Ottawa, musée des Beaux-Arts du Canada, Washington, National Gallery of Art, Berlin, Staaliche Museen zu Berlin, 2003-2004.

- ROSENBERG Pierre, Des Dessins de Watteau, Tokyo, Chuo-koron Bijutsu shuppan, 1995.

- ROSENBERG Pierre, Watteau et son cercle dans les collections de l'Institut de France, cat. exp. Chantilly, Musée Condé, 1997.

- TEMPERINI Renaud, Watteau, Paris, Éditions Gallimard, 2002.

- VIDAL Mary, Watteau's painted conversations : art, literature, and talk in seventeenth-and eighteenth-centuries France, Londres, New Haven, Yale university press, 1992.

- WINTERMUTE Alan, BAILEY Colin B., ROSENBERG Pierre, Watteau and his world : French drawing from 1700 to 1750, cat. exp. New York, Frick collection, Ottawa, National Gallery of Canada, 2000.

Cartel

  • WATTEAU Antoine

    Flore

    vers 1717

    Camondo, Comte Isaac de

  • legs , 1911

    404111

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet