Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Fragment de stèle de victoire

Stèle de victoire fragmentaire d'un roi d'Akkad

© 1998 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités orientales
Mésopotamie

Auteur(s) :
Françoise Demange

Ce fragment appartient à une stèle célébrant la victoire royale. Les différents épisodes de la bataille sont représentés sur ces monuments caractéristiques de l'art officiel de l'époque d'Agadé. Ici, un guerrier d'Akkad, l'arme sur l'épaule, pousse devant lui les ennemis faits prisonniers au cours de la bataille. Le modelé sculptural des corps nus prouve amplement les nouvelles recherches tendant vers plus de naturalisme, ce qui est la marque de l'art de cette époque.

Des monuments célébrant la victoire royale

Sargon inaugura un art officiel dont la victoire royale était le thème favori, celui-ci s'illustrant sur des stèles exécutées en série dans les ateliers royaux. Ces monuments, en forme de gros blocs légèrement pyramidaux, étaient déposés dans les temples des principales villes de l'empire. Aucun ne nous est parvenu intact mais le musée du Louvre conserve plusieurs fragments retrouvés à Suse, en Iran, où ils avaient été emportés comme butin de guerre au XIIe siècle av. J.-C.

Un défilé de prisonniers

Sur ce fragment montrant le défilé des ennemis capturés au combat, seuls deux prisonniers sont visibles. Nus, dépouillés de leurs armes, ils ont les mains liées derrière le dos, et leur chevelure réunie en touffe au sommet du crâne indique leur origine étrangère. Le guerrier d'Akkad, vêtu d'un pagne mi-long, les pousse devant lui. Son torse est protégé par une large écharpe croisée, probablement taillée dans un tissu épais, qui faisait office de cuirasse. On a retrouvé dans les tombes royales d'Ur des armes analogues à celle portée sur son épaule, constituée d'une lame courbe fixée sur un manche. Le registre supérieur, très mal conservé, évoque le combat : on distingue les jambes d'un personnage qui s'effondre à la renverse, transpercé par la pointe d'une lance.

Un réalisme nouveau

L'iconographie des scènes représentées, comme leur disposition en registres superposés, reprend les conventions stylistiques de l'époque précédente, mais l'élégance du dessin, la vigueur du modelé et surtout le souci de représenter la beauté sculpturale des corps nus témoignent d'un souci de réalisme, caractéristique de l'art de l'époque d'Akkad. La qualité du relief obtenu dans cette pierre volcanique très dure montre l'admirable virtuosité technique des artistes travaillant dans les ateliers royaux. Ces roches étaient importées de très loin, ce qui rehaussait leur prestige et conférait encore plus de valeur au monument.

Bibliographie

- AMIET Pierre, L'Art d'Agadé au musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1976, p. 11, fig. 6. 

- BARRELET Marie-Thérèse, "Notes sur quelques sculptures mésopotamiennes de l'époque d'Akkad", in Syria, vol. XXXVI, 1959, p. 28, fig. 2.

- JEQUIER Gustave, Mémoires VII, 1905, pl. 1-b.

Cartel

  • Stèle de victoire fragmentaire d'un roi d'Akkad

    Epoque d'Akkad, vers 2300 avant J.-C.

  • Diorite

    H. : 46 cm. ; L. : 35 cm. ; Pr. : 18 cm.

  • Fouille J. de Morgan 1899 - 1902

    Sb 3

  • Antiquités orientales

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Mésopotamie, 2350 à 2000 avant J.-C. environ
    Salle 2

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet