Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Frise des archers

Œuvre Frise des archers

Département des Antiquités orientales : Iran

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Frise des archers

© 2010 RMN / Franck Raux

Antiquités orientales
Iran

Auteur(s) :
Arnaud Prévotat, Annie Caubet

Ce décor en briques à glaçure colorée évoque une armée, les hommes portent lances, arcs et carquois. Est-ce la garde de Darius Ier (522-486) appelée par Hérodote « les Immortels » ou est-ce une image idéale du peuple perse ? Le décor s’inspire probablement des décors en briques de Babylone bien que la technique soit différente. Peut-être est-ce un héritage de l’époque médio-élamite qui a vu l’apparition de décors en briques siliceuses à glaçure.

Un défilé

La Frise des archers représente un défilé d’archers se dirigeant soit vers la droite, soit vers la gauche. Ils sont figurés en marche lente, les deux mains réunies sur le fût de leur lance, ils portent, suspendu à leurs épaules, un arc dont les extrémités sont en forme de tête de canard, et un carquois. Sur le pied avancé, chaussé d’une bottine lacée, ils maintiennent l’embout de la lance, pointe verticale vers le haut. Ils sont vêtus de la grande robe perse galonnée et plissée sur les jambes, aux larges manches dessinant une courbe vers la ceinture. Barbus, ils sont coiffés d’épaisses boucles qui forment une masse sur la nuque et sont retenues par un diadème de feuillage. Chaque brique a été moulée dans une pâte siliceuse, la face est rectangulaire mais le corps va en s’amenuisant vers l’arrière, légèrement en forme de coin, de manière à laisser la place au mortier tout en serrant la juxtaposition des faces ornées. Le décor combine le bas-relief et la couleur, avec l’emploi de glaçures vertes, brunes, blanches et jaunes, séparées par une fine cloison de pâte siliceuse.

Un héritage élamite ?

Ce décor s’inspire certainement de celui de la voie processionnelle de Babylone, réalisée par Nabuchodonosor II (604-562). La technique en est différente, les artisans babyloniens utilisant des briques de pâte argileuse et non pas siliceuse. L’usage de la brique polychrome dans l’architecture monumentale sera appelé à une grande postérité en Iran aux époques de l’Islam. Les artistes qui l’ont créé pour Darius ont peut-être revivifié un procédé mis au point par les élamites à Suse dès la fin du IIe millénaire et à l’époque néo-élamite.

Les « Immortels » ?

Si le premier fouilleur de Suse, le britannique W.K. Loftus, a repéré les grandes lignes de l’Apadana, il ne put reconnaître que des motifs isolés, palmettes et rosettes, d’un décor de briques à glaçure. Quand Marcel Dieulafoy reprend l’exploration, il découvre assez de briques pour une reconstitution assez convaincante présentée au Louvre : deux panneaux représentant des archers défilant dans un encadrement de motifs décoratifs avec son couronnement de merlons qui s’inspire des façades des tombes rupestres à Persépolis et Naqsh-e Rustam. Au centre, ont été mises en place les rares briques inscrites : on y lit encore certainement le nom de Darius. Par la suite, les archers sont remontés en panneaux isolés. Contrairement à La Frise des lions, retrouvée tombée au pied de son emplacement primitif dans la cour orientale du palais, on ignore où se trouvait exactement La Frise des archers, dont les éléments innombrables ont été récupérés presque partout dans les fouilles de l’Apadana. Le nombre de ces éléments permet de formuler une hypothèse : les archers auraient été disposés sur plusieurs registres sur une grande hauteur de mur en semis réguliers comme à Babylone. Ils auraient occupé une grande partie des façades extérieures du palais, se déroulant sur des centaines de mètres. Une question que soulève cet ensemble colossal est son interprétation : s’agit-il des « Immortels », cette garde d’élite riche de 10 000 hommes ? S’agit-il de l’image idéale, répétée à l’infini, du « peuple perse », élément constitutif de l’empire unifié sous la férule du roi, qu’il était peut-être nécessaire de bien mettre en valeur dans la vieille métropole élamite de Suse ?

Cartel

  • Frise des archers

    Epoque achéménideRègne de Darius Ier, vers 510 avant J.-C.

    Suse, Palais de Darius Ier

  • Briques siliceuses à glaçure

  • Mission Dieulafoy, 1885 - 1886

    AOD 488

  • Antiquités orientales

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Iran, l'empire perse achéménide : le palais de Darius Ier à Suse
    Salle 12 b, salle fermée au public, non exposé

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet