Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Frise du transport du bois

Œuvre Frise du transport du bois

Département des Antiquités orientales : Mésopotamie

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Transport du bois de cèdre du Liban

© 2010 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Antiquités orientales
Mésopotamie

Auteur(s) :
E. Morero d'après Elisabeth Fontan

Composée de cinq dalles sculptées représentant le transport du bois, cette frise est une image célèbre du palais du roi Sargon II à Khorsabad.
Cette oeuvre originale fait partie des premiers reliefs assyriens connus en Occident. Elle a été maintes fois reproduite pour illustrer divers sujets ; la construction des palais assyriens, le commerce, la civilisation phénicienne, les cèdres du Liban.

L'approvisionnement en bois

Le bois était indispensable pour l'édification des palais monumentaux. L'Assyrie était cependant dépourvue de bois de construction de bonne qualité. Le Liban était célèbre pour ses forets de cèdres et, depuis la fin IIè millénaire les souverains assyriens s'approvisionnaient dans cette région comme nous l'indiquent les textes cunéiformes. Le bois coupé dans les montagnes du Liban était transporté depuis Sidon jusqu'à un port situé au sud de Tyr. Il était embarqué sur des navires qui longeaient la côte phénicienne en direction du Nord, passaient au large de Tyr, puis de Ruad pour être sans doute déchargé à l'embouchure de l'Oronte. De là, il pouvait être acheminé par voies fluviales et terrestres en Assyrie.

Une reconstitution lacunaire

La scène est sculptée sur cinq dalles d'albâtre gypseux, dit aussi marbre de Mossoul, matériau traditionnellement utilisé par les Assyriens pour tailler les orthostates.
Très abîmées, les reliefs de la frise ont pu être en partie reconstitués d'après les dessins exécutés à Khorsabad par Eugène Flandin au milieu du XIXè s., lors de sa découverte par P-E. Botta en 1844.
La scène se déroule de droite à gauche :
Dalle AO 19888 :Vingt-huit personnages s'affairent au débardage du bois dans un paysage de montagnes.
Dalles AO 19889 : Deux dalles sont ici réunies. Dix bateaux à proue en forme de tête de cheval et poupe en queue de poisson naviguent sur des flots peuplés d'animaux marins. Sept sont lourdement chargés de poutres embarquées à bord ou remorquées. Les bateaux passent au large de deux cités insulaires fortifiées par deux rangs de murailles. Il s'agirait de Tyr et Ruad. Trois créatures fantastiques, un "homme-sirène " et deux taureaux ailés jouent un rôle protecteur.
Dalle AO 19890 : Quatre bateaux arrivent vers un rivage tandis que deux s 'en éloignent. Le déchargement commence sous la protection d'un "homme-sirène ".
Dalle AO 19891 : La partie haute du relief est une restauration moderne. La partie inférieure de la dalle illustre le déchargement du bois. Onze hommes, tirent une charge au moyen d'une corde. On aperçoit en bas l'extrémité d'une poutre. Au pied d'un chemin, se trouve un tas de neuf troncs équarris et perforés pour permettre de passer la corde de traction.

La domination du roi

Les relevés de Flandin comportent des lacunes, aussi subsiste-t-il une grande part d'hypothèses quant à la lecture et l'interprétation de la frise, d'autant plus que ces reliefs ne comportent pas d'inscriptions. A l'époque de la mise au jour de l'oeuvre la civilisation assyrienne était mal connue et, diverses interprétations ont été avancées qui sont aujourd'hui abandonnées. Ainsi, la frise a pu être identifiée comme la représentation de l'attaque d'une place maritime (le siège de Péluse par Sennachérib ou la prise d'Ashdod par Sargon), mais aussi comme l'illustration de la construction d'une ville ou d'un palais. Toutefois, l'interprétation la plus communément admise fait de cette scène l'illustration du transport sur la côte de Phénicie des cèdres libanais destinés au palais de Sargon.
Plus récemment, P. Albenda a proposé de voir dans cette scène l'approvisionnement en bois non plus en provenance du Liban, mais de Chypre. Le bois aurait été transporté à partir d'un port phénicien tel Larnaca jusqu'au sud de Tyr, puis vers le nord, peut-être jusqu'à Al Mina. Cependant, l'île de Chypre n'était pas spécialement réputée dans l'antiquité pour ses ressources en bois de cèdres. Le but de cette représentation serait alors politique car à cette époque, Sargon avait étendu sa domination sur Chypre. Placée dans un endroit stratégique du palais, ici une façade de la cour d'honneur sur laquelle s'ouvrait la salle du trône et, intégrée à diverses représentations des nations soumises, cette scène symboliserait la domination du souverain sur tout l'univers connu.

Bibliographie

- ALBENDA P., "A Mediterranean Seascape from Khorsabad", in Assur, 1983, p.1-17, 3/3.

- FONTAN E., "La Frise du Transport du Bois, Décor du Palais de Sargon II à Khorsabad", in DOUMET-SERHAL Cl. (ed.), Cedrus Libani, Archaelogy and History in Lebanon , 2001, vol.14, p. 58-63.

Cartel

  • Transport du bois de cèdre du Liban

    Façade nord de la cour d'honneur (n)

  • H. : 2,16 m. ; L.: 0,33 m. ; Pr. : 0,24 m.

  • Fouilles P.E. Botta 1843 - 1844

    AO 19888

  • Antiquités orientales

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Mésopotamie, Assyrie - Khorsabad
    Salle 4

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet