Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Génie tenant une fleur de pavot

Œuvre Génie tenant une fleur de pavot

Département des Antiquités orientales : Mésopotamie

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Génie tenant une fleur de pavot

© 2006 RMN / Franck Raux

Antiquités orientales
Mésopotamie

Auteur(s) :
Marie-José Castor

Les vestiges d'une petite construction érigée à l'extrémité du palais de Sargon II à Khorsabad, l'antique Dur-Sharrukin, ont révélé la présence de reliefs. Un fragment de ceux-ci, partiellement reconstitué, nous livre un thème iconographique fréquemment rencontré dans l'art assyrien : l'arbre sacré, symbole de l'équilibre parfait de l'univers, qu'entourent de part et d'autre deux génies bénisseurs.

Un petit palais isolé

A l'extrémité de la terrasse du palais de Sargon II s'élevait un bâtiment isolé juché sur un podium de pierre. Incomplètement exploré, il a livré cependant quelques reliefs encore en place, comme celui-ci, ou tombés à proximité, comme le relief de la chasse aux oiseaux. Ce bâtiment se distingue du grand palais par l'emploi d'un décor de calcaire noir, qui tranche avec l'albâtre gypseux des autres constructions. Ce qui subsiste du plan montre une vaste pièce d'entrée en largeur, avec passage axial, suivie d'une grande salle. Cette disposition semble correspondre à celle des palais de Syrie du Nord et du monde hittite, attestés depuis le IIe millénaire et que les Assyriens nomment des "bît-hilâni". Sargon II lui-même déclare dans ses textes de fondation avoir construit un bît-hilani dans sa cité de Dur-Sharrukin, et l'identification avec ce "bâtiment isolé" semble probable. C'est donc un petit palais d'origine exotique, isolé - mais à proximité immédiate - du palais royal, jouissant d'une vue dégagée et de l'air du haut de la terrasse.
Si le plan et le concept sont d'origine étrangère, le décor en revanche correspond aux normes établies pour le grand palais : on y trouve des motifs magiques et mythologiques comme celui-ci et des scènes narratives.

Un relief fragmentaire

Le relief présenté ici, partiellement reconstitué dans sa partie haute, a perdu sa partie droite, connue par les dessins qu'Eugène Flandin exécuta lors de la fouille, en 1844. La scène représentait deux génies de part et d'autre d'un arbre stylisé.
La scène restituée sur la partie supérieure du relief représente un personnage debout, barbu, tenant une plante dans la main gauche. La tête et la partie inférieure du corps sont représentés de profil tandis que le buste est de face. Le personnage porte la tiare à doubles cornes. La barbe et les cheveux sont frisés à plusieurs rangs. Le costume est celui des génies bénisseurs : une jupe courte recouverte du grand châle cachant une jambe. Au lieu du petit seau, chaque personnage tient une tige végétale d'où jaillissent des pavots, l'autre main est levée en signe d'invocation. Au centre, l'arbre stylisé exprime l'équilibre parfait de l'univers, obtenu grâce à la faveur divine accordée au roi. Les génies bienfaisants gardaient et protégeaient l'arbre de vie.

Bibliographie

- ALBENDA Pauline, Le palais de Sargon d'Assyrie, Recherche sur les Civilisations, Paris, 1986.

Cartel

  • Génie tenant une fleur de pavot

    "Bâtiment isolé"

  • H. : 1,44 m. ; L. : 0,17 m.

  • Fouilles P.E. Botta 1843 - 1844

    AO 19869

  • Antiquités orientales

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Mésopotamie, Assyrie - Khorsabad
    Salle 4

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet