Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Grande Pietà ronde

La « Grande Pietà ronde »

© 2009 Musée du Louvre / Erich Lessing

Peintures
Peinture française

Auteur(s) :
Vincent Pomarède, Dominique Thiébaut

Peint pour Philippe le Hardi, duc de Bourgogne (1363-1404), dont les armoiries figurent au revers du tableau, sans doute par Jean Malouel, peintre en titre du duc. Cette "Pitié de Notre Seigneur" associe au thème de l'Homme de douleurs celui de la Trinité, pour laquelle les ducs de Bourgogne avaient une dévotion particulière.

Peint pour le duc de Bourgogne

Les armoiries peintes à l’arrière du tableau permettent de penser que cette Pietà a pu être peinte pour le duc de Bourgogne, Philippe le Hardi (1363-1404), par Jean Malouel, au service de la cour de Bourgogne de 1397 à 1415. Sans doute originaire de Nimègue, oncle des frères de Limbourg, Jean Malouel, après avoir travaillé à Paris pour Isabeau de Bavière (1371-1435), épouse du roi de France Charles VI, devint le peintre en titre des ducs de Bourgogne. Il participa au chantier de la chartreuse de Champmol près de Dijon, véritable nécropole des Valois de Bourgogne, réalisant notamment la dorure et la polychromie du Puits de Moïse, sculpté par Claus Sluter. Ce tableau, acheté par le musée du Louvre en 1864, serait un des rares témoignages de l'activité de Jean Malouel.

Une action concentrée

Malouel a conçu pour cette représentation de la Pietà une composition adaptée à la forme de son panneau : les personnages épousent subtilement la découpe circulaire et l'action se concentre sur le groupe principal, constitué par Dieu le Père, le Christ, la Vierge et saint Jean l'Evangéliste.
L'œuvre s'avère d'une grande richesse expressive, chaque personnage exprimant un sentiment différent : les anges par exemple dont certains soutiennent avec le Père le Christ mort, présentent trois visages empreints de souffrance et de désespoir. La Vierge s’accroche au corps abandonné de son fils, tandis que saint Jean regarde la scène avec tristesse. Cette Pietà est aussi une représentation de la Sainte Trinité puisqu'elle associe Dieu le Père, la colombe su Saint-Esprit et le Christ.

Un chromatisme raffiné

Le chromatisme est d'un raffinement remarquable, le rouge-rosé du manteau de saint Jean se retrouvant dans les vêtements des anges, tandis que les bleus profonds du manteau de la Vierge et de celui de Dieu le Père se répondent avec quelques nuances.

Cartel

  • Attribué à Jean MALOUEL (Originaire de Gueldre, peintre du duc de Bourgogne à partir de 1397 - Dijon, 1415)

    La « Grande Pietà ronde »

    Vers 1400

  • Peinture sur bois (chêne) ; cadre taillé dans la masse du panneau

  • Philippe le Hardi (1342-1404, duc en 1363)?; Philippe le Bon, duc de Bourgogne (Inv. de 1420)?; collection J. Pujol, Toulouse?; acquis à la vente Pujol en 1864 , 1864

    Revers : armes de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne

    M.I. 692

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Henri Bellechose
    Salle 3

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet


Informations complémentaires

Revers : armes de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne