Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Grotesque dans l'attitude du tireur d'épine

Œuvre Grotesque dans l'attitude du tireur d'épine

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art hellénistique (du IIIe au Ier siècle av. J.-C.)

Personnage difforme dans l'attitude du tireur d'épine

© 2004 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art hellénistique (du IIIe au Ier siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Cette figurine de bronze est l'adaptation grotesque du Tireur d'épine, célèbre type statuaire qui n'a cessé de fasciner au fil des siècles. La difformité du personnage relève de la veine pittoresque des productions créées à Alexandrie durant l'époque hellénistique puis abondamment imitées à l'époque romaine. L'oeuvre témoigne du succès dont jouissent alors les figures pathologiques, dotées sans doute de vertus protectrices, et les scènes de genre, où le réalisme côtoie volontiers la caricature.

Adaptation caricaturale du Tireur d'épine

Cette petite figurine de bronze est une transcription singulière et humoristique du Tireur d'épine, célèbre type statuaire grec qui n'a cessé de fasciner et d'inspirer les artistes à travers les siècles, tel Brunelleschi en 1402 pour son projet de concours pour les portes du Baptistère de Florence. Conformément à son illustre modèle, l'homme est assis, buste penché, le regard concentré sur l'épine qu'il retire de son pied ; mais ses membres sont filiformes, ses traits émaciés, sa musculature noueuse, sa cage thoracique hypertrophiée et son dos incroyablement bombé. Aujourd'hui perdu, l'original caricaturé aurait été créé à l'époque hellénistique (au IIe siècle av. J.-C. ?), empruntant certains traits aux figures du Ve siècle avant notre ère. La popularité de l'œuvre semble s'être manifestée très tôt par la production de quantité de répliques à échelle réduite, fidèles au type originel ou traitées sur le mode grotesque comme ici. L'on peut aussi envisager le raisonnement inverse : le Tireur d'épine pourrait être l'écho classicisant de la petite plastique, pour laquelle les artistes rivalisent d'inventivité en créant des sujets de genre d'une grande variété.

Grotesques, personnages contrefaits et figures pathologiques

Durant l'époque hellénistique, en effet, les sculpteurs portent un intérêt particulier aux sujets pittoresques et scènes de genre où la caricature voisine avec un réalisme outré. Les représentations du petit peuple de la rue, des vieillards, marchands ambulants, mendiants, nains, bossus et autres personnages contrefaits et malades sont très prisées par la clientèle et le demeurent à l'époque romaine, durant laquelle ces figurines sont produites encore en abondance. Nombreuses sont les figures pathologiques comparables à celle-ci, qui accusent diverses tares, forçant le trait sur le rachitisme et la gibbosité. Certains y reconnaissent les symptômes de la maladie de Pott, une maladie pulmonaire à incidence osseuse. Ces grotesques étaient sans doute dotés de vertus protectrices : ils avaient peut-être vocation à préserver leur propriétaire de ces difformités, jouant un rôle de porte-bonheur à l'image des bossus qui, selon la croyance populaire, protégeaient du mauvais oeil. Ces derniers sont d'ailleurs fréquemment pourvus d'un sexe démesuré qui renforce probablement leur fonction apotropaïque.

Une oeuvre égyptienne ?

Alexandrie est souvent considérée comme le centre artistique à l'origine de ces grotesques en bronze, et ce dès le IIIe siècle av. J.-C., d'autant que certains textes romains décrivent la ville comme une Cour des miracles peuplée d'infirmes. L'attribution de cette statuette à un atelier de Basse-Egypte est cependant hypothétique car la mode de ces figurines s'est diffusée dans une large partie du bassin méditerranéen. Plusieurs cités grecques d'Asie Mineure, et notamment Smyrne, se sont illustrées également dans la production de ces personnages contrefaits, en bronze comme en terre cuite.

Bibliographie

- D'après l'antique, musée du Louvre, Paris, 2000, p. 209-210, n 51.

- BOUCHER S., Recherches sur les bronzes figurés de Gaule pré-romaine et romaine, Bibliothèque des Ecoles Françaises d'Athènes et de Rome 228, 1976, p.188.

- DEVES C., "Nouvelles acquisitions. Musée du Louvre, département des antiquités grecques et romaines", in La Revue des Arts, 1959, p. 87.

Cartel

  • Personnage difforme dans l'attitude du tireur d'épine

  • Bronze

    H. : 7 cm.

  • Don Koutoulakis, 1958

    Br 4382

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    1er étage
    Salle des Bronzes
    Salle 32
    Vitrine C3 : Grèce classique et hellénistique, IVe - Ier siècles avant J.-C.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet