Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Guerrier combattant

Œuvre Guerrier combattant

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art hellénistique (du IIIe au Ier siècle av. J.-C.)

Guerrier combattant, dit Gladiateur Borghèse

© 2006 Musée du Louvre / Daniel Lebée et Carine Deambrosis

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art hellénistique (du IIIe au Ier siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :

Marie-Bénédicte Astier

 

 


 

Remerciements :

Cette notice d’œuvre vous est présentée par Canson

Conservé depuis le XVIIe siècle dans la collection italienne dont il porte le nom, le Gladiateur Borghèse représente en réalité un guerrier combattant. L'oeuvre, signée sur le tronc d'arbre par Agasias d'Ephèse, fils de Dosithéos, cite les recherches de Lysippe, grand bronzier du IVe siècle av. J.-C. L'accentuation de la musculature porte cependant l'empreinte du style de Pergame. Agasias a su faire revivre l'héroïsme athlétique de Lysippe en y mêlant le pathétique de la période hellénistique.

Le guerrier de la collection Borghèse

Depuis sa découverte au début du XVIIe siècle, le Gladiateur Borghèse a été loué comme un modèle esthétique du nu masculin en mouvement et a été maintes fois dessiné, modelé et adapté par les artistes modernes et contemporains. La statue a été mise au jour au sud de Rome, à Anzio (l'antique Antium), au cours de fouilles pratiquées sous l'autorité du cardinal Scipion Borghèse, dont elle rejoint la collection peu avant 1611. Elle est alors restaurée par Nicolas Cordier, qui la complète en ajoutant le bras droit. En 1808, le marbre quitte l'Italie pour entrer au Louvre, à la suite de l'achat de la collection par Napoléon Ier à son beau-frère le prince Camille Borghèse. L'oeuvre a longtemps été considérée à tort comme un gladiateur avant d'être reconnue comme un guerrier combattant, en raison du brassard de bouclier sur son bras gauche. Il ne pouvait d'ailleurs s'agir d'un gladiateur puisque les Grecs ignoraient les jeux du cirque. Le héros se fend dans un élan qui projette le buste vers l'avant, en un mouvement de défense et d'esquive. Protégé derrière son bouclier, il s'apprête à riposter, épée au poing, le visage violemment tourné en direction de son assaillant (peut-être un cavalier ?).

Une œuvre inspirée d'un bronze de Lysippe

Signée sur le tronc d'arbre par Agasias d'Ephèse, fils de Dosithéos, l'œuvre a suscité bien des controverses quant à sa place au sein de l'art grec. Elle a été exécutée vers 100 av. J.-C. Cependant, la silhouette allongée du combattant, sa tête aux proportions volontairement réduites et la vigueur du modelé des muscles évoquent les recherches de Lysippe de Sicyone, grand bronzier du IVe siècle av. J.-C. Le Gladiateur pourrait ainsi être une copie hellénistique réalisée pour un commanditaire romain à partir d'un bronze créé par Lysippe ou par l'un de ses suiveurs à la fin de l'époque classique. La présence de l'arbre semble conforter cette idée : elle trahit probablement la nécessité de renforcer la stabilité d'une œuvre en bronze, conçue sans étai, puis transposée en marbre, un matériau plus fragile.

L'empreinte des recherches de la période hellénistique

Pourtant, plus qu'une reproduction fidèle d'un original perdu, la statue doit être interprétée comme une libre reprise du modèle classique, dans laquelle Agasias a introduit les innovations de son temps. Elle s'inscrit en effet dans les recherches esthétiques de la fin de la période hellénistique, en particulier dans la mouvance des créations baroques de Pergame. L'audace de la composition, qui ancre le guerrier dans un espace tridimensionnel et invite le spectateur à apprécier la statue de tous côtés, est une constante de l'art hellénistique. Le rendu exagérément cerné de la musculature et la violence du mouvement, construit sur une grande diagonale, gardent le souvenir des frises de l'Autel des dieux et des géants érigé à Pergame au début du IIe siècle av. J.-C. Le traitement pathétique du visage accuse l'intensité de l'effort à fournir.

Bibliographie

- LAUGIER L., "Le Gladiateur Borghèse", in Feuillet pédagogique du Musée du Louvre, 3, Paris, 2001, n 51.

- D'après l'antique, musée du Louvre, Paris, 2000, p. 151, n 1, p. 276-295, p. 391-395.

- HAMIAUX M., Les sculptures grecques, II, Paris, 1998, p. 50-54, n 60.

- KALVERAM K., Die Antikensammlung des kardinals Scipione Borghese, Worms, p. 208-210, n 94, fig. 108-109.

- HASKELL (Fr.), PENNY (N.), Pour l'amour de l'antique, la statuaire gréco-romaine et le goût européen, 1500-1900, Paris, 1988, p. 240-244, n 113.

Cartel

  • Signé par Agasias d'Éphèse, fils de Dosithéos

    Guerrier combattant, dit Gladiateur Borghèse

    Vers 100 av. J.-C.

    Anzio (Antium), province du Latium, Italie

  • H. : 1,99 m.

  • Achat, 1807

    Inventaire MR 224 (n° usuel Ma 527)

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Rez-de-chaussée
    Galerie Daru
    Salle B

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Signature du sculpteur sur le tronc d'arbre