Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Harpe triangulaire

Œuvre Harpe triangulaire

Département des Antiquités égyptiennes : Objets de la vie quotidienne

Harpe triangulaire

© Musée du Louvre/C. Décamps

Antiquités égyptiennes
Objets de la vie quotidienne

Auteur(s) :
Sylvie Varry

Si la harpe est l'un des instruments de musique préféré des Égyptiens, représentée sur les peintures et les reliefs dès l'Ancien Empire, le type trigone dont voici un exemple n'apparaît qu'au Nouvel Empire. Cette forme angulaire avec la caisse de résonance verticale est d'origine orientale. L'exemplaire du Louvre est le seul de ce modèle qui soit bien conservé.

Un instrument antique presque intact

Cette grande harpe exceptionnellement bien conservée est du type trigone ou angulaire. Elle est constituée d'une caisse de résonance en cèdre et d'un cordier en pin maritime dans lequel sont fichées 21 chevilles, alternativement claires et foncées, autour desquelles s'enroule l'une des extrémités des cordes. L'autre extrémité est accrochée à une baguette de suspension insérée dans la caisse de résonance, enveloppée de cuir vert. Son sommet est fermé par une planchette supportant un décor de cuir découpé figurant un phénix parmi des lotus.

Des musiques inconnues

Comme toutes les harpes égyptiennes, celle-ci est de type vertical : le musicien la tient verticalement, l'armature de bois serrée contre sa poitrine, et en pince les cordes à main nue. Ces dernières, modernes, étaient probablement à l'origine en boyau.
L'absence d'un système de notation musical égyptien et l'ignorance du diamètre et de la tension des cordes originelles ne permettent pas d'avoir une idée précise de la musique produite par l'instrument. Toutefois, à partir d'un fac-similé, on a pu déduire que son registre était étendu et sa sonorité grave et étouffée.
Le nombre des entailles de la baguette de suspension, supérieur à celui des chevilles du cordier, prouve également que la harpe faisait l'objet d'un accordage soigné.

L'instrument favori des Égyptiens

Instrument de musique préféré des Égyptiens, la harpe est utilisée dès l'Ancien Empire. Celle que l'on trouve représentée dans les mastabas est une harpe cintrée avec un long manche incurvé et peu de cordes ; la harpe angulaire, inventée en Orient au IIe millénaire av. J.-C., n'apparaît en Égypte qu'au Nouvel Empire. Les deux types de harpes donneront lieu à une grande variété de formes et de décors.
L'instrument connaîtra une faveur croissante jusqu'à l'époque gréco-romaine. Il était utilisé à la fois dans le domaine privé où il était associé aux chants et aux danses, comme l'illustrent les décors de tombes, et dans le domaine cultuel, pour accompagner les prières aux dieux.

Bibliographie

- ANDREU G., RUTSCHOWSCAYA M.-H., ZIEGLER C., L’Egypte ancienne au Louvre, Hachette, Paris, 1997, notice 85.

- ZIEGLER C., Musée du Louvre, Département des Antiquités Egyptiennes – Catalogue des instruments de musique égyptiens, Editions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1979,  notice n° 122.

Cartel

  • Harpe triangulaire

    1069 - 332 avant J.-C. (après le Nouvel Empire)

  • bois de pin maritime, de cèdre, cuir coloré ; cordes modernes

    H. : 1,10 m.

  • N 1441

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Les loisirs
    Salle 10
    Vitrine 1 : Instruments de musique

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet