Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Horus cavalier

Œuvre Horus cavalier

Département des Antiquités égyptiennes : Egypte chrétienne (IVe - XIIe siècle apr. J.-C.)

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Horus cavalier

© 1987 RMN / Les frères Chuzeville

Antiquités égyptiennes
Egypte chrétienne (IVe - XIIe siècle apr. J.-C.)

Auteur(s) :
Cédric Meurice

Cet objet est sans doute un élément de fenêtre, comme l'indique sa technique. Son décor est très original et témoigne du mélange entre les traditions égyptiennes et gréco-romaines. Un cavalier qui n'est autre que le dieu Horus transperce de sa lance un crocodile, animal symbolisant le dieu Seth. Ce curieux combat représente la victoire du Bien sur le Mal.

Un élément de fenêtre

Les divinités égyptiennes n'étaient jamais figurées à cheval. Cette représentation datant du IVe siècle ap. J.-C. témoigne de l'influence des modèles gréco-romains et de la symbolique chrétienne de victoire du Bien sur le Mal. La scène qui nous occupe est complète mais l'objet, lui, ne l'est pas : sans doute élément de fenêtre, seule la partie gauche est conservée, montrant un départ d'encadrement mouluré. Plusieurs composants de la scène (la tête du cheval et la bouche du crocodile) sont rattachés à cet encadrement pour des raisons à la fois techniques et artistiques ; ils participent par les volutes présentées à l'animation de cette scène.

Horus cavalier

Homme à tête de faucon, Horus est vêtu comme un soldat romain. Il est entièrement de profil, sur un cheval traité également de profil mais avec la tête de face. Horus est assis sur une selle accrochée au ventre de la monture, richement harnachée. De sa main gauche le dieu maîtrise son cheval et de la droite il tient une lance (la main manque). Il est sur le point de transpercer un crocodile qu'il immobilise déjà à la fois par son pied gauche (qui ne repose donc pas sur un étrier) et par les deux pattes antérieures du cheval. Le regard de celui-ci semble justement dirigé dans cette direction tandis que l'oeil du crocodile, grand ouvert, trahit sa situation délicate. La position du cheval, sa prestance et la tranquillité du dieu Horus, sûr de sa mission, contrastent avec le corps tassé du crocodile dont les pattes sont recroquevillées.

Le précurseur de saint Georges

Dans la mythologie égyptienne, le dieu Horus venge la mort de son père Osiris en combattant le dieu Seth, frère de celui-ci. C'est cet épisode qui est présenté ici avec toute la symbolique et la liberté d'expression propres à l'époque gréco-romaine. L'iconographie du cavalier terrassant le Mal de sa lance est très répandue pendant la période chrétienne : on peut notamment penser aux représentations de saint Georges qui sont en filiation directe avec des objets comme celui-ci. Il faut ajouter que cette figure ne comporte pas de combat réel car le crocodile et le cheval vont dans la même direction. Rattrapé par Horus, Seth adopte la forme du crocodile pour échapper au fils d'Osiris mais cette ruse ne suffira pas à lui sauver la vie.

Bibliographie

- RUTSCHOWSCAYA M.-H., La Sculpture copte, Musée du Louvre, Petits guides des grands musées 84, p. 5.

- Chevaux et cavaliers arabes dans les arts d'Orient et d'Occident, Paris, 2002, p. 20 et n 22.

- BENAZETH D., La Sculpture copte, Dossiers d'archéologie 226, sept 1997, p. 28 et ill. p. 29.

Cartel

  • Horus cavalier

    IVe siècle après J.-C.

  • grès

  • E 4850

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Denon
    Entresol
    Galerie d'art copte (salle actuellement fermée)
    Salle B

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet