Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Hydrie attique à figures noires

Œuvre Hydrie attique à figures noires

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Hydrie à figures noires

© 1993 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Alexandra Kardianou-Michel

Les hydries, grands récipients pansus, servent à transporter l'eau (hydôr). Soulevées par les anses horizontales, elles peuvent aussi être inclinées, tenues par l'anse verticale.
La scène principale représente souvent le rassemblement de femmes avec leurs hydries autour d'une fontaine.
Sur les vases attiques à figures noires, les silhouettes sont en noir sur le fond orangé de l'argile et des incisions et rehauts en pourpre et blanc donnent les détails. Les chairs féminines sont peintes en blanc.

L'hydrie à figures noires

Cette forme de vase est apparue à Athènes et à Corinthe entre 575 et 550 av. J.-C. Au début, l'hydrie présente un corps plutôt globulaire et sans séparation visible entre la panse et l'épaule. À la fin du VIe siècle, elle trouve une forme plus massive et sa taille est parfois monumentale. Les rouelles d'attache de l'anse verticale et l'épaule presque horizontale et détachée de la panse rapprochent la production des céramistes des hydries en bronze. Le style à figures noires atteint son apogée vers 560-540 av. J.-C.
Notre hydrie est datée des environs de 510 av. J.-C.. C'est l'année de la fin de l'hégémonie de Pisistrate, tyran d'Athènes, qui soutint les arts, magnifiant sa propre image à travers les créations. Il favorisa l'architecture et la sculpture, mais aussi la céramique, qui reflète le mieux les avancées dans l'art figuratif et une certaine idéologie politique à travers le choix des sujets, comme le cycle d'Héraclès, auquel il s'identifiait, ou la présentation d'édifices qui faisaient partie de son vaste programme de construction. En effet, Pisistrate, dans son programme d'embellissement de la cité d'Athènes, a inclus entre autres oeuvres la construction de plusieurs fontaines, vrais édifices décorés, dont la fameuse "Kallirhoé" et la "Ennéakrounos", fontaine aux neuf points d'eau.

Les femmes à la fontaine

Il est très fréquent que le peintre présente sur un vase des scènes où ce vase joue un rôle. Ici, les femmes, leur hydrie posée sur la tête à l'aide d'un coussinet, se pressent autour de la fontaine. Cette scène animée offre un aperçu de la vie quotidienne des Athéniennes. La fontaine, édifice à cinq degrés encadré de deux colonnes doriques, est décorée de deux mascarons-bouches d'eau. Un âne et un lion crachent de l'eau dans les hydries posées sur les dernières marches. Deux femmes attendent que les récipients se remplissent, les autres bavardent, quatre sont sur le chemin de retour comme l'indiquent les hydries posées debout sur leur tête, deux autres arrivent. La fontaine se trouve au centre de la composition. Les couronnes et branches tenues par les femmes et décorant l'édifice indiquent que le peintre a peut-être voulu évoquer un événement festif.
Ce n'est qu'en 411 qu'Aristophane a présenté Lysistrata, mais ses vers illustrent merveilleusement l'agitation de la scène : "Au point du jour j'ai rempli ma cruche à la fontaine, difficilement, à cause de la foule, du tumulte et des marmites entrechoquées, bousculée par une cohue de servantes et d'esclaves marquées au fer."

Le combat

Une autre scène décore l'hydrie. Moins importante de par sa position, placée sur l'épaule, elle est pourtant intéressante. En effet, il n'est pas rare que des scènes de combat naval ou terrestre comme ici occupent l'épaule des hydries. Les hoplites protégés par des casques, des boucliers et des cnémides et armés d'épée se livrent à des duels de part et d'autre d'un quadrige probablement conduit par Athéna.

Bibliographie

Ginouves R., Balaneutiké, BEFAR 102, 1962.
Diehl E., die Hydria, 1964.

Cartel

  • Hydrie à figures noires

    Vers 510 avant J.-C.

    Provenance : Cumes

    Athènes

  • H. : 49,70 cm. ; D. : 30,80 cm.

  • Aquisition 1881

    F 296

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Entresol
    Grèce préclassique
    Salle 1, actuellement fermée au public

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet