Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Hydrie de Caeré à figures noires

Œuvre Hydrie de Caeré à figures noires

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art étrusque (du IXe au Ier siècle av. J.-C.)

"Hydrie de Caeré" à figures noires

© 1993 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art étrusque (du IXe au Ier siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Sophie Padel-Imbaud

Ce vase offre un bel exemple de la série des "Hydries de Caeré", production originale due à un petit groupe d'artistes ioniens venus s'installer en Étrurie afin de fuir la menace perse. Ces peintres d'origine grecque ont su s'adapter à leur nouvelle clientèle, très friande de vases décorés de scènes mythologiques à la fois animées et chatoyantes.

Héraclès et Cerbère

Le onzième des douze travaux d'Héraclès consistait à ramener à Mycènes Cerbère, le gardien des Enfers. Pour cet exploit particulièrement périlleux, Héraclès reçut l'aide d'Hermès et d'Athéna.
Parvenu dans le monde des morts, il dut convaincre Hadès de lui laisser Cerbère. Le dieu n'y consentit qu'à la condition que le héros le maîtrise à la seule force de ses bras. Ayant réussi, Héraclès ramena Cerbère à Eurysthée qui, ne sachant qu'en faire, le rendit à Hadès.

Un monstre terrifiant

Héraclès, muni de ses attributs traditionnels, la léonté et la massue, présente Cerbère, qu'il tient simplement en laisse, à Eurysthée. Ce dernier, à moitié caché dans un pithos, lève les bras en signe de terreur. Cette image, unique dans le cadre de la capture de Cerbère, est empruntée à l'épisode du sanglier d'Erymanthe (voir l'amphore F 59).
Le monstre est représenté tel qu'il est décrit dans la plupart des textes : fils d'Echidna et de Typhon, il possédait trois têtes et son corps était recouvert de serpents.
La polychromie est très présente, les très nombreux rehauts rouges et blancs malmènent les conventions (les chairs blanches sont normalement réservées aux femmes) au profit d'un effet visuel spectaculaire.

Les "hydries de Caeré"

Cette production particulière est due à un petit nombre d'artistes d'origine ionienne qui, ayant fui l'occupation perse dans la deuxième moitié du VIe siècle av. J.-C., s'étaient installés en Étrurie, dans la ville de Cerveteri (Caeré dans l'antiquité).
La personnalité artistique la plus intéressante de ce groupe est celle du Peintre des Aigles qui doit son nom à notre hydrie dont le revers représente un lièvre fuyant entre deux aigles.
Les caractéristiques des "hydries de Caeré" se retrouvent ici : la prédilection pour les thèmes mythologiques, le goût pour la couleur ainsi que pour les éléments empruntés à la nature (arbuste sous une anse, décor floral abondant) et, enfin, les compositions animées.

Bibliographie

- CALLIPOLIS V.G., "Les Hydries de Caeré : essai de classification", in Antiquité classique, 24, 1955, pp. 385-411.

- DENOYELLE M., Chefs-d'oeuvre de la céramique grecque dans les collections du Louvre, 1994, p. 56, n 23.

- HEMELRIJK J.M., Caeretan hydriae, 1984, p. 14, n 4, pl. 2.

- LISSARAGUE F., Vases grecs, 1999, pp. 172-173, fig. 132.

Cartel

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet