Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Hypocéphale d'Irethorrou

Œuvre Hypocéphale d'Irethorrou

Département des Antiquités égyptiennes : Croyances religieuses et funéraires

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Hypocéphale d'Irethorrou

© Musée du Louvre/C. Décamps

Antiquités égyptiennes
Croyances religieuses et funéraires

Auteur(s) :
Marc Étienne

Ces curieux disques couverts d'étranges représentations et de textes sont connus sous le nom d' "hypocéphales", en grec "ce qui est sous la tête", en référence à leur fonction funéraire. Ces singuliers oreillers à but religieux permettent au mort de s'identifier au dieu soleil par l'éclat lumineux qu'ils doivent créer.

une protection dans l'au-delà

Cet objet était destiné à être placé sous la tête du défunt momifié -d'où son nom- de façon indépendante ou intégré, à la manière d'une calotte, au cartonnage constituant le masque de la momie. En toile stuquée ou en métal, il permet "d'allumer une flamme sous sa tête" par référence à l'un des chapitres supplémentaires du . La formule d'invocation aux formes mystérieuses du dieu créateur, qui apparaissent sur le disque, assure au défunt une protection dans les ténèbres de l'Au-delà.

les formes mystérieuses du dieu

L'hypocéphale est divisé en deux moitiés tête-bêche partagées en plusieurs registres. La moitié principale représente la forme secrète du soleil pourvue de quatre têtes de bélier traduisant son omnipotence. Les deux textes qui le flanquent sont des invocations au dieu sous divers aspects dans sa ville sainte d'Héliopolis. Il est aussi représenté sous l'aspect d'un homme à deux têtes au registre supérieur.

le nom indicible du dieu évoqué par trois hiéroglyphes

L'autre moitié est divisée en trois registres. Au registre inférieur figurent la barque nocturne du soleil et la barque de la lune représentée sous la forme d'un babouin. Le registre médian comporte la mention du nom mystérieux du dieu évoqué par trois hiéroglyphes : un bélier, une feuille de nénuphar et un lion qui constituent en eux-mêmes trois allusions graphiques aux manifestations de ce dieu au nom indicible. Les personnages divins de ce registre font allusion au cycle éternel du soleil par le biais d'images inhabituelles traduisant la complexité et le mystère de l'essence divine du dieu créateur.

Bibliographie

Etienne M., "HEKA. Magie et envoûtement dans l'Egypte ancienne", catalogue exposition, Musée du Louvre, éd. RMN, Paris 2000.

Cartel

  • Hypocéphale d'Irethorrou

  • bronze

    D. : 14,60 cm.

  • N 3526

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Le Livre des Morts
    Salle 17
    Vitrine 6 : Parure et protection de la momie

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet