Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Jules Hardouin dit Hardouin-Mansart (1646-1708), architecte,...

Œuvre Jules Hardouin dit Hardouin-Mansart (1646-1708), architecte, surintendant des Bâtiments du roi, protecteur de l'Académie de peinture et de sculpture

Département des Sculptures : France, XVIIe et XVIIIe siècles

Jules Hardouin-Mansart (1645 - 1708)

© 2009 Musée du Louvre / Pierre Philibert

Sculptures
France, XVIIe et XVIIIe siècles

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

Ce buste imposant est un des rares morceaux de réception à l'Académie royale de peinture et de sculpture qui soit un portrait. Dans un éblouissant travail du marbre, Jean-Louis Lemoyne représente, dans toute sa magnificence, l'architecte de Versailles et des Invalides à l'apogée de sa carrière.

Rareté des portraits comme morceau de réception

Ce buste colossal est le morceau de réception à l'Académie royale de peinture et de sculpture le 30 juin 1703 de Jean-Louis Lemoyne, le père de Jean-Baptiste II Lemoyne (le modèle fut agréé le 29 décembre 1699). L'Académie exigeait rarement un portrait pour morceau de réception. Antoine Coysevox, le maître de Lemoyne, avait lui aussi donné pour sa réception en 1679 un buste de Le Brun (musée du Louvre), protecteur de l'Académie comme Mansart. Le seul autre buste réalisé au XVIIIe siècle pour une réception est celui de Louis XV par Étienne Gois en 1770 (château de Versailles).

La gloire de Jules Hardouin-Mansart

Mansart, architecte de Versailles, du Grand Trianon, de Marly, des Invalides... était alors à l'apogée de sa carrière, surintendant des Bâtiments du roi et protecteur de l'Académie. Lemoyne l'a représenté dans toute sa magnificence, rendant hommage au grand personnage plus qu'à l'architecte. Il lui a donné une prestance de grand seigneur : une tête puissante au regard fier voire hautain, au nez volontaire, la bouche souriante mais dédaigneuse. Le rendu virtuose de la haute perruque bouclée et du jabot de dentelle finement ciselée est un véritable tour de force, qui accentue la majesté du personnage. Mansart arbore la croix de l'Ordre de Saint-Michel, destiné aux gentilshommes, et qui constitue une consécration pour un artiste.

Le buste

Le sculpteur cherche manifestement à rivaliser avec son maître Coysevox, qui avait réalisé un buste du même modèle en 1698 (Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève) mais dont il reprend surtout l'iconographie du buste de Louis XIV (Wallace Collection). L'oeuvre, très appréciée, fut fondue en bronze l'année suivante, aux frais du modèle, et exposée au Salon de 1704.

Bibliographie

- REAU Louis, Une dynastie de sculpteurs au XVIIIe siècle : les Lemoyne, Paris, 1927, p. 23.

- BEYER Victor, BRESC Geneviève, La Sculpture française du XVIIe siècle au musée du Louvre, Bergame, 1977, n.p.

Cartel

  • Jean-Louis LEMOYNE (Paris, 1665 - 1755)

    Jules Hardouin-Mansart (1645 - 1708)

  • Marbre

    H. : 1,10 m. ; L. : 0,86 m. ; Pr. : 0,38 m.

  • Collections de l'Académie royale

    M.R. 2640

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Entresol

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Questions d'enfants

Jules Hardouin-Mansart

Geneviève Bresc, conservateur général du patrimoine et directrice du département des Sculptures du musée du Louvre répond aux questions des élèves du CM2 de l’École primaire du 104 rue de Belleville à Paris.

Voir la vidéo


Informations complémentaires

Au revers, sur la tranche : I. HARDOVIN MANSART COM. SAC/S REG AED PR. 1703 - Sous l'épaule, à gauche : I LO LEMOYNE FECIT