Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Kudurru du roi Meli-Shipak II

Œuvre Kudurru du roi Meli-Shipak II

Département des Antiquités orientales : Mésopotamie

Kudurru de Meli-Shipak commémorant un don de terres à son fils Marduk-apla-iddina

© 2007 RMN / René-Gabriel Ojéda

Antiquités orientales
Mésopotamie

Auteur(s) :
Patrick Pouysségur

Apparus à l'époque de la dynastie kassite de Babylone, les kudurru sont de petites stèles portant le texte d'une donation royale de terres, comme ici celle accordée par le roi Meli-Shipak à son fils Marduk-apla-iddina. Ces donations étaient placées sous la protection des grandes divinités du panthéon dont les emblèmes, représentés sur le kudurru, sont destinés à en garantir le respect.

La dynastie kassite de Babylone

Après la chute de la première dynastie de Babylone, qui connut son apogée avec le règne d'Hammurabi, le royaume s'est peu à peu relevé sous la conduite de souverains d'origine étrangère, les Kassites. Ceux-ci adoptèrent très vite la langue et la culture babyloniennes, dont ils entretinrent la tradition. Ce sont eux qui instaurèrent l'usage de petites stèles de pierre d'un type particulier que l'on nomme "kudurru", usage qui se perpétuera sous les dynasties suivantes, jusqu'au VIIe siècle av. J-C.

Les kudurru

Sculptés et inscrits, ces kudurru sont le support d'actes de donation de terrains décidés par les souverains babyloniens en faveur de membres de leur famille, ou envers de hauts dignitaires civils ou religieux. Sur celui-ci, le texte, qui couvre toute une face, indique que c'est à son fils Marduk-apla-iddina, futur "pasteur de son pays", que le roi kassite Meli-Shipak accorde une importante donation de terres, dont la propriété s'accompagne de nombreuses franchises.
Les kudurru étaient vraisemblablement déposés dans les temples, où ils étaient exposés au regard des fidèles mais aussi des dieux. Trois d'entre eux ont en effet été retrouvés dans leur contexte archéologique, lors de la fouille de sanctuaires. Celui-ci toutefois, ainsi que plusieurs autres, fut mis au jour sur le site iranien de Suse, où il avait été emporté, quelques décennies après la fin du règne de Meli-Shipak, par le souverain élamite Shutruk-Nahhunte, dont la campagne victorieuse en Babylonie provoqua la chute de la dynastie kassite.
L'inscription portée sur les kudurru est généralement composée de deux parties. En premier vient la description du contenu de la donation, avec les clauses qui lui sont attachées, suivie d'un texte imprécatoire comportant des malédictions divines destinées à frapper tous ceux qui voudraient la remettre en cause. Ainsi l'acte de donation se voit-il non seulement enregistré et exposé aux yeux de tous, mais de plus placé sous la protection de puissantes divinités, dont chacune est représentée sur la stèle par son emblème.

L'organisation divine du monde

Ce kudurru présente la particularité de réunir, en tant que garant de la donation royale, l'ensemble des grandes divinités qui président à l'ordre du monde. Selon une formule appelée à se développer, ces divinités y sont figurées par leurs symboles, qui se présentent répartis en registres superposés.
Au sommet de la stèle, comme accrochées à la voûte céleste, se tiennent les divinités astrales : le croissant de Sîn, le dieu Lune, et l'astre radié de Shamash, le dieu Soleil, encadrent la déesse Ishtar, sous la forme de l'étoile figurant la planète Vénus. Elles accompagnent les dieux souverains qui régissent l'équilibre du monde. Les tiares à six rangs de cornes posées sur des autels sont ainsi les emblèmes d'Anu, le dieu du Ciel, et d'Enlil, le dieu de l'Air. Ils sont suivis de la tête de bélier et du poisson-chèvre, attributs d'Ea, le seigneur des Eaux douces, puis du symbole de la déesse de la Terre, Ninhursag.
Au registre suivant sont établis les dieux guerriers, qui par leurs combats victorieux assurent la sauvegarde de l'ordre du monde : Nergal, symbolisé par une arme surmontant un dragon, Zababa par une arme à tête de rapace, et Ninurta par une arme à tête de lion. Juste en dessous se tient Marduk, le démiurge protecteur de Babylone, représenté par la bêche pointue et le dragon cornu. Il est accompagné de Nabû, le dieu des scribes, figuré par la tablette et le calame, et de Gula, déesse de la Médecine, sur son animal attribut, le chien.
Au niveau du sol se trouvent les divinités responsables de la fertilité terrestre : s'y succèdent en effet le foudre et le taureau d'Adad, dieu de l'Orage, la lampe de Nushku, dieu du Feu, la charrue de Ningirsu, à l'origine dieu de l'Agriculture, ainsi que les oiseaux du couple divin kassite Shuqamuna et Shumalia. Enfin, rampant sous la surface du sol, toujours prêts à surgir, sont tapis le serpent et le scorpion, emblèmes des divinités chtoniennes des Enfers.
Avec sa composition en registres superposés sur lesquels viennent se répartir les emblèmes des grandes divinités, ce kudurru se présente comme un véritable microcosme symbolique. La répartition spatiale y apparaît comme le reflet de l'organisation fonctionnelle du cosmos, sur laquelle est fondée la hiérarchie du panthéon.

Bibliographie

- MORGAN Jacques (de), Mémoires I, Leroux, 1900, p. 172, pl. XVI-3.

- SCHEIL Victor, Mémoires II, 1900, p. 99, pl. XXI à XXIII.

Cartel

  • Kudurru de Meli-Shipak commémorant un don de terres à son fils Marduk-apla-iddina

    Époque kassite, règne de Meli-Shipak (1186-1172 av. J.-C.)

    Découvert à Suse où il avait été emporté en butin de guerre au XIIe siècle avant J.-C.

  • Calcaire

  • Fouilles J. de Morgan

    Sb 22

  • Antiquités orientales

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Mésopotamie, IIe millénaire avant J.-C.
    Salle 3

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet