Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>L’Escalier du Musée

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Le grand escalier du musée

RMN-Grand Palais - Photo G. Blot

Arts graphiques
XIXe siècle

Auteur(s) :
Véronique Goarin

Jean-Baptiste Isabey, élève de David, est le grand maître de la miniature de son temps. Il excelle tant dans cet art renouvelé qu’il devient le portraitiste attitré de tous les grands d’Europe. Il aboutit à une telle virtuosité dans la pratique de l’aquarelle qu’il peut présenter au Salon de 1817 un grand dessin dans cette technique, L’Escalier du musée, qui montre au sein du Louvre le palier de l’escalier du Musée Napoléon qui permettait l’accès au Salon Carré et à la Rotonde d’Apollon.

Une technique poussée

Jean-Baptiste Isabey renouvelle l’art de la miniature en abandonnant progressivement la tradition de la gouache sur ivoire au profit de l’aquarelle sur papier. Il perfectionne cette technique, en vogue depuis le début du XIXème siècle, en utilisant des pigments stables et de grande qualité qu’il applique en couches légères et transparentes. La maîtrise de ce procédé, la sûreté de son dessin et sa virtuosité de coloriste ont fait la célébrité d’Isabey dans le domaine du petit portrait pour la ressemblance et l’éclat des chairs. Ces qualités se retrouvent à un degré de perfection dans l’exécution de la grande aquarelle représentant L’Escalier du Musée, chef-d’œuvre qui associe le raffinement de la peinture à l’huile à la précision de la miniature et rencontre un grand succès au Salon de 1817.

Un escalier célèbre

Cet escalier monumental était, au sein du Palais du Louvre, celui du Musée Napoléon. Edifié par les architectes Percier et Fontaine, inauguré en 1812, il permettait l’accès au Salon Carré et à la Rotonde d’Apollon et facilitait la circulation des nombreux amateurs qui se rendaient à l’événement artistique que constituait alors le Salon. En 1855 l’escalier fut démoli dans le cadre de la réorganisation du Louvre, et l’aquarelle d’Isabey avec sa perspective très poussée constitue un des rares souvenirs de son palier où les jeux de lumière animent les riches éléments décoratifs que constituent les colonnes de marbre, les vases de porphyre, les balustres et les sculptures.

La mode des cachemires

En haut de l’escalier un Turc s’avance et deux couples l’observent avec étonnement. Il est vêtu de riches étoffes orientales et les jeunes femmes elles-mêmes portent avec élégance de somptueux cachemires. La mode de ces châles se propage chez les Britanniques grâce à la Compagnie des Indes, puis en France quand les militaires les ramènent de la campagne d’Egypte. L’engouement est tel que les soyeux français, sans travail depuis la Révolution, ont l’idée d’imiter ces châles importés, leurs métiers pouvant s’adapter à ce type de tissus. Isabey, devenu décorateur en chef de l’Empire pour les palais, les théâtres, l’opéra, les fêtes et les manufactures, exécute en 1811, à la demande de l’Empereur, douze modèles de châles Cachemire. Ainsi peut-il, en 1817, reproduire au mieux ces fameux tissus qui contribuent à donner à cette œuvre un pittoresque oriental.
La Fondation Napoléon à Paris conserve une étude à la plume et au lavis pour cette composition.

Bibliographie

- Basily-Callimaki Mme de, J. B. Isabey, sa vie, son temps 1767-1855, Paris, 1909, p. 274, 277, 341, repr. p. 282.

- Lévi-Strauss Monique, introduction au catalogue de l’exposition La Mode du Châle Cachemire en France, Paris, Palais Galliera, 1982, p. 19-20.

- Lévi-Strauss Monique, cat. exp. Cachemires parisiens 1810-1880 : à l’école de l’Asie, Paris, Palais Galliera, musée de la mode et du costume, 1998-1999, p. 20, n° 109, p. 21.

- Pupil François, Jean Baptiste Isabey (1767-1855), portraitiste de l’Europe, cat. exp. Rueil-Malmaison, musée national de Malmaison et Bois-Préau, 2005-2006, p. 85 repr., p. 86 et n° 168.

- Sérullaz Arlette, cat. exp. L’aquarelle en France au XIX° siècle, Paris musée du Louvre, Cabinet des Dessins, 1983, n° 91.

Cartel

  • ISABEY Jean-Baptiste

    Le grand escalier du musée

  • 3927236

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet