Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>L'Hymne au soleil

L'Hymne au soleil, ou Orphée saluant la lumière

Arts graphiques
XIXe siècle

Auteur(s) :
Chabod Christine

Si Camille Corot privilégie vers 1850 le fusain à la mine de plomb et utilise des papiers de couleurs, c'est qu'il a trouvé grâce à cette technique le moyen le plus approprié à l'évocation d'un univers imaginaire qu'illustre parfaitement cet Hymne au soleil. Cette réflexion sur la place de l'homme, immobile au sein d'une nature majestueuse, baigne dans un éclairage crépusculaire qui confère à cette composition un climat mystérieux, voire visionnaire.

Le Jour et la Nuit

Corot, ainsi que de nombreux autres artistes tels Jean-François Millet, Théodore Rousseau et Eugène Fromentin, a participé au chantier de décoration du nouvel hôtel du prince Demidoff à Paris. Deux grands panneaux peints illustrant le thème du jour et de la nuit ont été commandés à l'artiste par Alfred Feydeau, architecte du prince. Ces deux compositions furent exécutées par Corot en juillet 1865 à Fontainebleau, dans l'atelier de son ami le peintre Philippe Comairas. Ce dessin et son pendant, Le Sommeil de Diane ou La Nuit, conservé aussi au musée du Louvre (R.F. 23334), sont des esquisses de ces oeuvres qui, d'après son biographe Étienne Moreau-Nélaton, auraient été dessinées par l'artiste durant un séjour à Arras avec son ami Dutilleux.

Un peintre décorateur

Durant sa carrière, Corot a réalisé d'autres programmes décoratifs aujourd'hui disparus. Il orna de plusieurs scènes le kiosque installé dans le jardin de la propriété de ses parents à Ville-d'Avray (1847), peignit la salle à manger de la maison de Léon Fleury à Magny-les-Hameaux (1855-1860) et le château de Gruyères en Suisse (1854-1858). Il donna plusieurs esquisses qui servirent à son élève Oudinot et au fils de Daubigny pour décorer la maison de ce dernier à Auvers-sur-Oise.

Un tournant stylistique

Ce dessin est très représentatif de la seconde manière de Corot dessinateur. Ses premières oeuvres, celles des années 1830, tracées avec une mine de plomb ou une plume aiguë, témoignent d'une vision analytique extrêmement poussée. En revanche, les dessins plus tardifs ont un style très différent. À partir de 1850, l'artiste, tout en demeurant attaché à la réalité, penche vers une conception de la nature de plus en plus lyrique et les effets d'ombre et de lumière jouent désormais un rôle prépondérant dans son oeuvre. La mine de plomb incisive est délaissée au profit du fusain rehaussé ou non de craie blanche, dont les accents moelleux renforcent l'atmosphère poétique, parfois mélancolique, des paysages. Corot, à cette époque, se met à utiliser le papier teinté, chamois, brun ou gris, dont la coloration est propice à la traduction des ombres profondes et veloutées.

Bibliographie

- BACOU Roseline, Maîtres du blanc et noir au XIXe siècle : dessins du musée du Louvre, cat. exp. Dijon, musée des Beaux-Arts, 1975-1976, notice 13.

- MALBERT R., Corot, cat. exp. Manchester, City Art Galleries, Norwich, Castle Museum, 1991, notice 50.

- MOREAU-NÉLATON Étienne, Corot raconté par lui-même, Paris, 1924.

- POMAREDE Vincent, WALLENS Gérard de, Corot, la mémoire du paysage, Paris, Gallimard, 1996.

- ROBAUT Alfred, L'oeuvre de Corot : catalogue raisonné et illustré, Paris, 1905.

- SERULLAZ Arlette, Corot : le génie du trait : estampes et dessins. L'oeuvre gravé et dessiné de Corot, cat. exp. Paris, Bibliothèque nationale de France, 1996, notice 158.

- SERVOT Martine, Dessins de Corot 1796-1875 : XXIXe exposition du Cabinet des Dessins, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1962, notice 90.

- SERVOT Martine, Hommage à Corot, cat. exp. Paris, musée de l'Orangerie, 1975, notice 164.

- WALLENS Gérard de, Corot, l'homme heureux par excellence, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1996. Petit journal des grandes expositions, n 277.

Cartel

  • COROT Jean-Baptiste Camille

    L'Hymne au soleil, ou Orphée saluant la lumière

    en 1865

    Koechlin, Raymond

  • Signé en bas à gauche : 'COROT'. Annotation, à la mine de plomb, sur la feuille de montage en bas : '10 juillet 1865 / Hymne au soleil'.

    H. : 47 cm. ; L. : 30.6 cm.

  • legs , 1932

    4023333

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Signé en bas à gauche, au fusain : COROT