Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>L'Ouverture des portes de l'Inquisition

Œuvre L'Ouverture des portes de l'Inquisition

Département des Arts graphiques : XIXe siècle

La Libération des prisonniers de l'Inquisition

Arts graphiques
XIXe siècle

Auteur(s) :
Antoinette Maget, Régis Michel

L'Ouverture des Portes de l'Inquisition témoigne de l'engagement libéral de Géricault à la fin de sa vie. Il semblerait que ce dessin (ainsi que trois autres reprenant le même thème, et d'autres aujourd'hui disparus) ait été une esquisse préparatoire à une grande toile qui aurait représenté un panorama de la foule d'oppressés fuyant les prisons. On pourrait donc y voir une suite au gigantisme politique du Radeau de la Méduse, et une datation du projet dans les années 1822-23.

Triade sentimentale

Ce dessin revêt la forme d'un triptyque : l'espace est occupé par diverses scènes, chacune associée à l'expression d'un sentiment. Ces scènes s'articulent autour d'un élément central, une colonne tronquée entourée de chaînes, et qui carcéralise l'espace. Vers le centre se trouve un prisonnier agenouillé, les bras tendus vers le ciel : la référence à L'Incendie du Borgho de Raphaël introduit une expression religieuse, bien qu'ici le geste d'oraison soit geste politique. Au fond de la scène, une foule se précipite vers l'intérieur mais demeure illisible ; seuls les bonnets phrygiens et les bras levés sont distincts. Sur les côtés, deux groupes contrebalancent cette joie effusive : à droite un homme encore enchaîné retrouve sa famille dans une étreinte pathétique ; à gauche un couple s'enlace, un Amour et sa Psyché libérés de tout joug. A côté d'eux, deux hommes soutiennent un vieillard ; leurs visages travaillés et les expressions qu'ils ressentent en font le groupe le plus élaboré du dessin.

Hors des chaînes

Géricault représente dans cette oeuvre l'intrusion de la foule dans les geôles occupées par les prisonniers du tribunal de l'Inquisition. L'artiste aurait, par la réalisation d'une grande fresque, souhaité faire un panorama à la taille de la lutte pour le libéralisme. A l'heure où l'Espagne tente de se détacher des réminiscences de son passé moyenâgeux, le débat sur les idées libérales occupe le public français. Géricault exprime avec acuité dans ce dessin préparatoire sa quête de la modernité, et aurait, sur la toile, peint l'époque telle qu'elle se présentait à lui : sa position ultra-libéraliste aurait été confortée par cette épopée libertaire.

Idéaux libéraux

L'idéal de liberté s'épanouit ici dans les représentations de groupe : la communion qui anime la foule, au sein de laquelle le bourgeois et l'ouvrier cohabitent, définit un libéralisme parfait. Mais les groupes latéraux corrigent cette euphorie. Les références au classique et à ses valeurs de vertu et de tradition sont présentes autant dans la famille crispée dans sa joie, que dans le baiser marmoréen du couple. Quant au groupe composé par l'homme au chapeau bourgeois, par celui au bonnet phrygien et par le vieillard au faciès douloureux, il rappelle l'allure des naufragés de la Méduse. Par son esprit politisé, l'artiste a transformé le statut de l'image : il la fait slogan. Et dans sa peur du pittoresque, dans sa volonté de revenir à une peinture monumentale, Géricault évacue le détail au profit du fait. Il dessine l'actualité "en temps réel".

Bibliographie

- BAZIN Germain, Théodore Géricault - Etude, critique, documents et catalogue raisonné, Bibliothèque des Arts, Paris, 1997 (7 volumes et Annexes).

- GRUNCHEC Philippe, Tout l'oeuvre peint de Géricault, Paris, 1991, n 102, p. 102, repr.

- MICHEL Régis, "Le dess(e)in de l'Inquisition", in Revue du Louvre, n 5-6, 1991.

- MICHEL Régis, Géricault,  La documentation française, Paris, 1996.

Cartel

  • GERICAULT Théodore

    La Libération des prisonniers de l'Inquisition

    en 1823

    Société des Amis du Louvre

  • Crayon noir, sanguine.

  • don

    4042989

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet