Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Barricade, rue de la Mortellerie, juin 1848

Œuvre La Barricade, rue de la Mortellerie, juin 1848

Département des Peintures : Peinture française

La barricade, rue de la Mortellerie, juin 1848,dit aussi Souvenir de guerre civile

© 1989 RMN / Droits réservés

Peintures
Peinture française

Auteur(s) :
François de Vergnette

Ernest Meissonier a peint une scène vue dans Paris après la prise d'une barricade par la garde nationale, lors des émeutes ouvrières de juin 1848. Cette image sans rhétorique dramatique est très originale par rapport à un tableau antérieur représentant également une barricade, La Liberté guidant le peuple d'Eugène Delacroix. La toile de Meissonier est un constat d'un grand réalisme. Peintre minutieux de scènes de genre de l'Ancien Régime, ce peintre a créé là son chef-d'oeuvre.

Après la prise d'une barricade

Des pavés, restes d'une barricade, et des cadavres d'émeutiers tels des mannequins désarticulés occupent le centre d'une rue de Paris aux vieilles maisons. Ernest Meissonier a peint cette toile d'après une aquarelle (Paris, musée du Louvre) exécutée sur le vif le 25 juin 1848, lors des émeutes ouvrières. Ces événements troublèrent les débuts de la IIe République, quelques mois après la révolution de février 1848. Le tableau dépeint le spectacle que le peintre, capitaine dans la garde nationale, favorable au gouvernement, eut sous les yeux après la prise d'une barricade située près de l'Hôtel de Ville. Cette peinture est très originale par rapport à une autre représentation de barricade, Le 28 juillet. La Liberté guidant le peuple de Delacroix (1831, musée du Louvre), qui célèbre la révolution de 1830. Il n'y a ici aucune allégorie, aucune rhétorique dramatique. Il s'agit de l'image la plus forte suscitée par les événements de 1848.

Le chef-d'oeuvre du "géant des nains"

Meissonier avait voulu exposer cette toile au Salon de 1849 sous le titre de Juin. Il y renonça, les événements étant trop récents. Il l'exposa sous le titre Souvenir de guerre civile au Salon de 1850-1851, mais les critiques furent gênés par le sujet déplaisant de cette peinture. Seul Théophile Gautier (1811-1872) osa reconnaître son trouble en parlant de "cette vérité vraie que personne ne veut dire". Eugène Delacroix (1798-1863) avait été frappé par l'aquarelle faite sur le vif d'après laquelle le tableau a été peint. On est sans doute devant le chef-d'oeuvre de l'artiste. La majorité de ses oeuvres représentent des scènes de la vie quotidienne sous l'Ancien Régime et sont peintes dans des formats réduits. Ces derniers et sa petite stature le firent d'ailleurs surnommer "le géant des nains" par Edgar Degas (1838-1917). Meissonier a réalisé en 1864 une autre toile célèbre, La Campagne de France, 1814 (Paris, musée d'Orsay), qui fut l'œuvre vendue le plus cher au XIXe siècle.

Un constat

L'image est d'un grand réalisme. Meissonier a peint toutes les parties de sa toile, les pavés comme les émeutiers, avec la même attention. L'oeuvre semble un constat sans message, contrairement aux peintures d'histoire. Bien qu'elle dépeigne un événement historique, l'oeuvre relève plutôt de la peinture de genre, notamment en raison de son format réduit. Elle a été interprétée récemment par un historien de l'art comme un avertissement aux futurs rebelles. L'impassibilité de l'artiste face à l'horreur exprimerait en effet l'hostilité de sa classe sociale, la bourgeoisie, envers les défavorisés.

Bibliographie

- CAIN HUNGERFORD Constance, Ernest Meissonier, catalogue d'exposition, Lyon, musée des Beaux-Arts, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1993, pp. 162-166.

- SALE Marie-Pierre, in Revue du Louvre, 1998, n 2, pp. 91-92.

Cartel

  • Ernest MEISSONIER (Lyon, 1815 - Poissy, 1891)

    La barricade, rue de la Mortellerie, juin 1848,dit aussi Souvenir de guerre civile

    Salon de 1850 - 1851

  • H. : 0,29 m. ; L. : 0,22 m.

  • Donation Carlos de Beistegui, sous réserve d'usufruit, 1942Entré au Louvre en 1953

    R.F. 1942-31

  • Peintures

    Aile Sully
    2e étage
    Donation Carlos de Beistegui
    Salle A
    Vitrine 16

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet


Informations complémentaires

Monogramme en bas à droite : "EM".