Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Chute de Phaéton

Œuvre La Chute de Phaéton

Département des Arts graphiques : XVIe siècle

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

La chute de Phaéton

Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola

Arts graphiques
XVIe siècle

Auteur(s) :
Gardon Michèle

"Les chevaux épouvantés bondissent en sens contraire [...]. Ici gisent les rênes, là l'essieu arraché du timon ; ailleurs sont épars sur un large espace les rayons des roues brisées et les restes du char mis en pièces. Phaéton, sa chevelure rutilante ravagée par la flamme, roule précipité à travers les airs, où il laisse en passant une longue traînée [...]. Bien loin de sa patrie, [...] il est reçu par le grand Éridan, qui baigne son visage fumant." (Ovide, Les Métamorphoses, Livre II)

La Chute de Phaéton

Afin de vérifier qu'il est bien son fils, Phaéton demande au Soleil, à titre de preuve, de lui laisser conduire son char. Effrayé par la hauteur et par la vue des animaux du zodiaque, Phaéton quitte la route qui lui était tracée. Il descend si bas qu'il provoque l'embrasement de la Terre. Les astres affolés se plaignent à Jupiter qui foudroie le char et Phaéton. On le voit en haut, au centre de la composition, assis sur un aigle, brandissant la foudre. Les chevaux tombent, le char se disloque, et Phaéton est précipité dans le fleuve Éridan. Dans notre dessin, au-dessous de Jupiter, on aperçoit les quatre chevaux, à droite, Phaéton et son char tombant des nues et, en bas à gauche, le dieu fleuve Éridan, qui va le recueillir, allongé parmi les roseaux. Les sœurs de Phaéton, les Héliades, visibles en bas à droite, recueillirent son corps et le pleurèrent tant qu'elles furent métamorphosées en peupliers.

Les Maîtres italiens

Élève de Lambert Lombard, Frans Floris devient membre de la guilde de saint Luc à Anvers, en 1540. Il entreprend un voyage en Italie entre la fin des années 1541-1542 et 1545. À Rome, il copie des sculptures et les oeuvres des maîtres, dont celles de Michel-Ange dans la chapelle Sixtine, les scènes des Loges au Vatican. À Mantoue, il copie les fresques de Giulio Romano. À Anvers, il monte, dès son retour, un grand atelier à la façon italienne, avec des assistants. Dans ce dessin, l'influence de Michel-Ange apparaît. Il n'est pas directement inspiré des diverses Chute de Phaéton de l'artiste italien, encore que Frans Floris eut pu connaître cette composition par des copies ou par la gravure qu'en fit Nicolas Béatrizet (à partir de la troisième version conservée à Windsor ; gravure à Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier). Pourtant, certains personnages sont très proches d'autres figures de Michel-Ange, mais pas forcément dans la même composition. Le dieu fleuve du dessin de Frans Floris évoque, par exemple, l'Adam de la Création de l'homme de la chapelle Sixtine ou le Tityos du Châtiment de Tityos (Windsor).

Un cycle de Phaéton ?

Dans son ouvrage sur l'artiste, Van de Velde explique, à propos de la Chute de Phaéton de Dresde, que ce dessin était préparatoire à une série, aujourd'hui disparue, consacrée à l'histoire de Phaéton. On retrouve d'autres Chute de Phaéton de Floris à Berlin (Kupferstichkabinett), à Dresde (Kupferstichkabinett), à Brunswick (Bowdoin College, Maine), et aussi un Départ de Phaéton à Bruxelles (Bibliothèque royale Albert Ier) ; ceux-ci semblent avoir appartenu au même cycle.

Bibliographie

- MALDAGUE J. M., "Les Dessins de la Chute de Phaéton chez Frans Floris et Michel-Ange", in Koninklijk Museum voor Schone Kunsten-Antwerpen, Jaarboek, 1984, pp. 173-187, repr. fig. 1.

- Old Master Drawings at Bowdoin College, cat. exp. Brunswick (Maine), Bowdoin College, 17 mai-7 juillet 1985, n 4, repr.

- VAN DE VELDE Carl, Frans Floris (1519-20-1570). Leven en Werken, Bruxelles, 1975, p. 373, fig. 136.

Cartel

  • FLORIS Frans I

    La chute de Phaéton

    Jabach, Everhard

  • acquis pour le Cabinet du roi

    3921075

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet