Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Déploration du Christ

Œuvre La Déploration du Christ

Département des Peintures : Peinture flamande

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

La Déploration du Christ

© 2005 RMN / Gérard Blot

Peintures
Peinture flamande

Auteur(s) :
Guillaume Kazerouni

Composition inspirée par une gravure d'Enée Vico (1548) d'après Raphaël, cette oeuvre est à dater des dernières années 1590. Parfois considéré comme un travail du jeune Rubens vers 1597 sous l'influence directe de son maître Venius à Anvers - Rubens devient indépendant en 1598 - mais on ne peut exclure qu'il s'agisse quand même d'une oeuvre de Venius sinon d'une oeuvre peinte en collaboration avec Rubens.

Un peintre de transition

Otto Venius fait partie des peintres nordiques ayant séjourné en Italie et dont l'oeuvre se place à la charnière du XVIe et du XVIIe siècle. Né à Leyde, il séjourne à Anvers et s'installe par la suite quelque temps à Liège, avant de partir pour l'Italie en 1575. A Rome, il fait la connaissance de Federico Zuccaro et l'art italien influencera durablement son style. Il rentre dans les Flandres en 1583 et, deux ans plus tard, il reçoit le titre de peintre d'Alexandre Farnèse à Bruxelles. Après le décès de son protecteur, il exerce un temps à Anvers où, de 1594 à 1600, il aura pour élève et collaborateur le jeune Rubens qui sera fortement marqué par son enseignement. De retour à Bruxelles, en 1612, il y demeurera jusqu'à sa mort.

Une Déploration entre le Nord et le Sud

La Déploration du Louvre est une excellente illustration non seulement de l'art de Venius, mais aussi d'un style de transition où se mêlent, à l'aube du XVIIe siècle, diverses influences entre le Nord et le Sud. La composition est marquée par une mise en scène monumentale et stricte qui ne va pas sans rappeler l'art de Raphaël. Le peintre s'efforce de se libérer du maniérisme et rejoint, par l'ampleur et l'équilibre de ses représentations, les recherches des peintres de toutes les nationalités alors actifs à Rome et que l'on nomme "peintres romanistes". On pourrait citer l'exemple d'un Muziano ou d'un Cavalier d'Arpin pour les Italiens. Tous ces artistes ont en commun d'être fortement marqués par les effets du Concile de Trente et donc par une volonté de retourner à un art plus mesuré. Les figures prennent alors de l'ampleur et les scènes deviennent plus lisibles.

Fiamminghi a Roma

Dans la seconde moitié du XVIe siècle, la présence des Fiamminghi (les Flamands) s'affirme à Rome. Outre les possibilités d'études, ces peintres sont également motivés par l'espoir de trouver des commanditaires dans une ville dont l'effervescence artistique bénéficie d'un important soutien de la politique pontificale. L'impact sur ces artistes de l'art contemporain italien sera déterminant. On retrouve ainsi à Rome des artistes aussi prestigieux que Spranger, Goltzius ou encore Rubens poussé sur la voie de l'art italien par Venius. Certains, comme le sculpteur Jean de Bologne, resteront d'ailleurs en Italie, alors que d'autres, comme Venius, retrouveront leur patrie forts de l'expérience romaine.

Cartel

  • Otto van VEEN (Otho VENIUS) ? (Leyde, 1556 - Bruxelles, 1629)

    La Déploration du Christ

    À dater des dernières années 1590

  • H. : 1,54 m. ; L. : 1,95 m.

  • Saisi à la Révolution dans l'église de Villeneuve-sur-Yonne ; transféré au Louvre en 1798 (comme école italienne)

    INV. 1997 bis

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Flandres, fin du XVIe siècle
    Salle 15

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet