Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Descente de Croix

Œuvre La Descente de Croix

Département des Peintures : Peinture française

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

La Descente de croix

© 2005 Musée du Louvre / Erich Lessing

Peintures
Peinture française

Auteur(s) :
Guillaume Kazerouni

La Descente de croix a été peinte pour l'autel principal de l'église des Capucines de la place Louis-le-Grand, à Paris et déposée à l'Académie en 1756. "Théâtral" est un qualificatif souvent appliqué à l'oeuvre de Jouvenet, artiste qui, pénétré de l'art de Poussin, prit Charles Le Brun pour modèle. Pourtant, tout en conservant le "grand goût" de ses maîtres, il rompt avec la peinture réflexive, recherche les grands effets dramatiques, les tonalités chaudes et un certain réalisme.

De l'église des Capucines au Louvre

La Descente de Croix fut réalisée, en 1697, par Jean Jouvenet pour l’église des Capucines de la place Louis-le-Grand à Paris. Le peintre avait déjà exécuté pour cette église un grand tableau Le Martyre de saint Ovide (musée des Beaux-Arts de Grenoble). L’œuvre, dont l’immense succès est attesté par un grand nombre de copies et de commentaires, est déposée en 1756 et intègre les collections de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Elle y sera saisie avec le reste des collections à la Révolution pour rejoindre le Louvre. Le tableau est caractéristique de la production de Jouvenet, ainsi que des nouvelles orientations que prend la peinture française à la fin du règne de Louis XIV.

Un exemple de style

Jouvenet se forme dans l’entourage de Charles Le Brun et, profitant du renouveau de la ferveur religieuse qui suit la révocation de l’édit de Nantes, il se spécialise surtout dans la grande peinture religieuse. Sa production est marquée par des compositions aux figures monumentales brossées avec un pinceau large. Son art, comme celui de certains de ses contemporains, se caractérise par un style plus coloriste et se prévaut de nouveaux modèles, comme Corrège, Titien et Rubens, sans toutefois oublier les Carrache. Durant toute la seconde moitié du XVIIe siècle, le long débat, qui a agité l’Académie et opposé les partisans de Poussin (prééminence du dessin) – dont faisait partie Le Brun – et les admirateurs de Rubens (prééminence de la couleur), a abouti à la victoire du second clan auquel appartenait Jouvenet.

Un peintre du Grand Siècle

Jouvenet se rattache à la génération des artistes qui réalisèrent l’essentiel des grands décors de Versailles pour Louis XIV. Il incarne, avec Charles de La Fosse, la réaction contre Le Brun au sein de l'Académie. La Descente de Croix, qui avoisine au Louvre La Pêche miraculeuse et La Résurrection de Lazare, compte parmi ses meilleures productions. Y sont combinés un art de la composition maîtrisé, rehaussé de couleurs chaudes, et un certain goût pour la mise en scène théâtrale. Ces éléments se retrouvent également dans ses grands décors à Versailles et au Trianon. Le Christ est dépeint avec tout le poids d’un corps inanimé. Les formes semblent jaillir de la nuit et l’attitude calme des personnages, en opposition avec la figure meurtrie et contorsionnée du crucifié, accentue l’aspect dramatique du tableau.

Cartel

  • Jean JOUVENET (Rouen, 1644 - Paris, 1717)

    La Descente de croix

    1697

  • H. : 4,24 m. ; L. : 3,12 m.

  • Collection de l'Académie

    INV. 5493

  • Peintures

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet