Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Fibule à plaque béotienne

Œuvre La Fibule à plaque béotienne

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Fibule à plaque, arc à quatre coquilles

© 2002 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Cette fibule de bronze a été trouvée près de Thèbes en Béotie, dans une tombe féminine datée vers 700 avant J.-C. La plaque est ornée de motifs incisés, encore inspirés du répertoire de la céramique géométrique, mais empreints déjà des influences orientalisantes. Une des faces représente un cheval paissant accompagné d'un oiseau ; au revers, un navire encadré d'oiseaux et de poissons. La composition et le traitement du gréement sont connus par d'autres fibules attribuées au "Maître du bateau".

La production des fibules béotiennes

Les fibules ont souvent été réalisées en bronze, car la teinte de l'alliage au sortir de la coulée approche celle de l'or. Ces éléments de parure permettaient d'ajuster sur le corps l'étoffe des tuniques. Certaines ont été consacrées dans les sanctuaires ; elles ont également été trouvées dans les tombes, comme cette grande fibule à plaque, découverte dans une sépulture féminine près de Thèbes en Béotie, avec trois autres fibules de bronze, deux statuettes de biches, une intaille et des lamelles d'or ornées de motifs géométriques. Les dimensions imposantes et la forme de cet objet sont caractéristiques des fibules à plaque de fabrication béotienne. L'élément principal est la plaque rectangulaire, ornée d'un décor finement incisé, dont le bord inférieur sert d'arrêt à l'aiguille. Celle-ci est reliée à la dernière des quatre coquilles juxtaposées qui forment l'arc, et s'articule par un ressort à double spirale. Les coquilles sont gravées de lignes et de zigzags.

Un décor historié et animalier

Le décor gravé sur la plaque mêle un thème animalier et un sujet historié. Le revers représente un cheval, la tête baissée, comme s'il était en pâture ; entre ses jambes est figuré un oiseau, les ailes éployées. Le champ est rempli de motifs annexes : étoile, zigzag, chevrons... Sur l'avers apparaît l'esquisse d'un bateau gréé, conduit par six marins, qui navigue sur la ligne brisée des flots, encadré dans le ciel et la mer par deux oiseaux et des poissons. La scène relate sans doute quelque épisode des épopées homériques transcrites grâce à l'invention de l'alphabet grec dans la seconde moitié du VIIIe siècle avant J.-C., à moins qu'il ne s'agisse de l'évocation d'une scène de la réalité contemporaine, alors que les Grecs entreprennent des expéditions aventureuses en Méditerranée en quête de rivages fertiles où s'établir et fonder de nouvelles cités. La composition et le traitement du gréement sont connus par d'autres fibules attribuées au "Maître du bateau".

Une oeuvre entre héritage géométrique et influences orientalisantes

Fabriquée vers 700 avant J.-C., cette fibule se situe à la charnière entre deux périodes, entre deux tendances stylistiques. Le bronzier a puisé abondamment dans le répertoire décoratif de la céramique d'époque géométrique. Le type du cheval avec la tête en forme de "bonbon", le navire de guerre et les motifs de remplissage en zigzags sont empruntés aux vases attiques du Dipylon créés au VIIIe siècle avant notre ère. Le décor est également empreint de l'influence grandissante des modèles orientaux, qui sont largement diffusés dans le bassin méditerranéen dès les premières années du VIIe siècle par le biais des échanges commerciaux. Le vocabulaire géométrique se combine ainsi avec des thèmes issus du Proche-Orient, comme le bestiaire, réel et fantastique, et la prédilection des artistes pour les frises d'animaux passant et paissant.

Bibliographie

B. Schweitzer, Die Geometrische Kunst Griechenlands, 1969, p. 219-225.
C. Blinkenberg, Fibules grecques et orientales, 1926, p. 147-182.
M. Collignon, "Note sur des fibules béotiennes à décor gravé", Mémoires de la Société Nationale des Antiquaires de France 55, 1896, p. 159-179.

Cartel

  • Fibule à plaque, arc à quatre coquilles

    Vers 700 avant J.-C.

    Provenance : environs de Thèbes (Béotie)

    Production béotienne

  • Bronze

    H. : 12 cm. ; l. : 27,50 cm.

  • Legs Maignan, 1909

    Br 1880

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    1er étage
    Salle des Bronzes
    Salle 32
    Vitrine M2 : Grèce, époque orientalisante (fin du VIIIe - VIIe siècle avant J.-C.)

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet