Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La fileuse

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Fragment de bas-relief, dit "La Fileuse"

© 2010 RMN / Franck Raux

Antiquités orientales
Iran

Auteur(s) :
Annie Caubet

Relief votif ou commémoratif montrant une femme accroupie sur un tabouret et tenant un fuseau. Derrière elle, un serviteur la rafraîchit avec un éventail, devant elle se trouve un guéridon chargé de mets. Un autre personnage se trouvait face à elle. Cette fileuse est une des rares images intimes de la femme dans l'Orient antique.

L'image de la femme dans l'Orient antique

La femme dans l'Orient antique apparaît dans de nombreux textes, toujours en retrait par rapport à un personnage masculin prédominant ; à l'exception des déesses, elle figure plus rarement dans les images présidant à la fécondité. Dans cette scène domestique, la femme est assise familièrement, les pieds repliés sous elle. De ses bras chargés de multiples bracelets, elle fait tourner son fuseau : l'extrémité en fleuron est visible au-dessus de sa main gauche, sous la fusaïole conique qui sert de toupie, le fil s'accumule. Aucun écheveau n'est visible : est-ce parce que la scène ne représente pas l'action de filer mais plutôt la présentation satisfaite par la fileuse de son travail à un personnage important que l'on devine de l'autre côté de la table ? Elle est vêtue d'une tunique sans manche ; un voile orné, qui ne couvre pas sa tête - sans doute parce que nous sommes dans l'intimité - laisse apparaître de longs cheveux, ramenés en un chignon tenu par un fichu serré en anneau croisé. Le visage, calme mais souriant, et le corps sont charnus et ramassés.

Un intérieur royal

Derrière elle se tient un personnage debout, aussi grand que la fileuse assise, soit qu'il s'agisse d'un enfant, soit plutôt que l'artiste marque ainsi une hiérarchie sociale. Coiffé de grosses boucles rondes, vêtu d'une tunique à manches courtes et portant aussi des bijoux aux poignets, il évente la fileuse avec un éventail carré monté sur un long manche, dont l'aspect strié figure probablement une vannerie. Le tabouret de la fileuse est couvert d'un tissu dont les bords frangés, cachant la partie supérieure du siège, révèlent toutefois un ornement qui dépasse vers l'arrière, sans doute une tête d'animal. Les pieds, réunis par une triple entretoise, sont sculptés en forme de griffes de lion trapues. Le même décor s'observe sur la table, un guéridon bas dont le plateau épais repose sur des chapiteaux moulurés. Ce mobilier très orné rappelle celui qui apparaît sur certains reliefs assyriens en pierre, à Khorsabad (Louvre), ou encore sur le relief du "Banquet sous la treille" de Ninive (British Museum), montrant une scène semblable. Les fouilles d'Ougarit, de Nimroud ou d'Arslan Tash (Louvre) ont livré des ornements en ivoire similaires. Dans l'Orient antique, seuls les dieux et les souverains bénéficient d'un tel mobilier, privilège attesté par les inventaires de trousseaux royaux et les listes de butins dressés par les scribes assyriens. Le commun des mortels dormait et mangeait par terre. Cette scène se passe donc probablement dans le monde divin ou dans le palais de Suse, à la cour d'un souverain néo-élamite, peut-être le personnage de droite aujourd'hui entièrement disparu.

Un matériau susien

Le matériau choisi pour sculpter ce relief est très caractéristique de Suse : il s'agit d'une pierre bitumineuse, roche sédimentaire à l'aspect noir et mat. Les gisements de bitume, un hydrocarbure pâteux, sont relativement fréquents en Mésopotamie et en Iran de l'Ouest, pays d'abondantes ressources en pétrole, mais le gisement de pierre bitumineuse de la région de Suse semble unique et seuls les Susiens l'ont utilisée à partir du IVe millénaire. Le grain fin permet une grande précision des détails et un léger chauffage permettait par exemple de plaquer des feuilles d'or ou d'argent ou de faire tenir des incrustations de matières différentes, pour une fabrication d'objets de luxe proprement susienne.

Bibliographie

- AMIET Pierre, Elam, Auvers-sur-Oise, Archée, 1966, p. 413.

- AMIET Pierre, Suse : 6000 ans d'histoire, Éditions de la Réunion des Musées nationaux, coll. "monographies des Musées de France", 1988, p. 112, fig. 69.

- The Royal City of Susa. Ancient Near Eastern Treasures in the Louvre, catalogue d'exposition, The Metropolitan Museum of Art, New York, 1992, pp. 200-201, cat. n 141.

- CONNAN Jacques, DESCHESNE Odile, Le bitume à Suse : collection du Musée du Louvre, Éditions de la Réunion des Musées nationaux, Elf Aquitaine Production, 1996, p. 227, fig. 34 ; pp. 339-340, cat. n 431.

- HERRMANN Georgina (éd.), Furniture in Ancient Orient, Mainz, Philipp von Zabern.

- ROAF Mickhaël, Atlas de la Mésopotamie et du Proche Orient antique, Brepols, 1991, p. 130.

Cartel

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet