Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Kermesse ou Noce de village

Œuvre La Kermesse ou Noce de village

Département des Peintures : Peinture flamande

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

La Kermesse ou Noce de village

© 2009 Musée du Louvre / Erich Lessing

Peintures
Peinture flamande

Auteur(s) :
Adeline Collange

Cette oeuvre se situe dans la production tardive de l'artiste, vers 1635-1638, et est d'une inspiration manifestement néo-bruegélienne. Le cochon au premier plan, à droite, est un vieux symbole de la gourmandise (gula). Selon certains qui le datent des années 1620, le paysage serait antérieur aux figures, lesquelles témoignent du meilleur style tardif et lyrique de Rubens.

Une tradition flamande

Ce panneau monumental, également appelé Noces de village, s'inscrit dans la tradition nordique des représentations de fêtes villageoises. Depuis leur invention par Pierre Bruegel l'Ancien, elles connurent un très grand succès qui contribua à la renommée de l'école flamande. Ces compositions avaient bien souvent une intention moralisante : dénoncer les bassesses du genre humain en le montrant dans tous ses excès. Même si l'on devine dans ce tableau, dans la cahute du premier plan, un groin de cochon, symbole de gourmandise, la dénonciation des vices n'est pas la préoccupation première de Rubens.

Une farandole endiablée

En effet, le sujet est avant tout le prétexte pour le peintre d'organiser un savant jeu de formes et de couleurs afin de rendre toute l'exubérance d'une telle fête où se mêlent gaiement toutes les générations. Le banquet se déroule devant une ferme peinte en nuances de bruns, peut-être à l'occasion d'une noce ou bien de la fin des moissons (des gerbes de blé sont présentes au premier plan). La composition est basée sur un triangle dans lequel se presse le tumulte de la foule paysanne qui s'étire en une farandole endiablée. La succession des couples de danseurs se déroule en une arabesque qui semble décomposer un même mouvement. L'impression de tourbillonnement d'ensemble est soulignée par une multitude de courbes qui se font écho. Pour exprimer la joie de vivre et le plaisir des sens, Rubens nous offre une galerie de personnages d'une variété étonnante. Il se plait à décrire des paysans chahutant comme des jeunes chiots, buvant et mangeant parfois à même le sol, des enfants pendus goulûment aux mamelles de matrones rubicondes, des couples éphémères s'abandonnant sans retenue aux jeux de l'amour... Ce bouillonnement de vie étourdissant contraste avec l'ouverture sur un paysage paisible, au ciel lumineux et serein, qui a peut-être été peint antérieurement.

Une facture brillante et rapide

Cette oeuvre, datée vers 1635-1638, appartient à la dernière période de l'artiste, alors au faîte de sa gloire et de son talent. Il rythme sa peinture audacieuse par des touches colorées, rapides et brillantes, qu'il laisse volontairement visibles. Le tableau est entré dans les collections de Louis XIV en 1685. Sa facture virtuose et le sens de la couleur de l'auteur ont inspiré de nombreux artistes français, dont le célèbre peintre de fêtes galantes, Watteau.

Bibliographie

- SCHRIBNER III Charles, Petrus Paulus Rubens, Éditions du Cercle d'Art, Paris, 1993.

Cartel

  • Petrus Paulus RUBENS (Siegen (Westphalie), 1577 - Anvers, 1640)

    La Kermesse ou Noce de village

  • H. : 1,49 m. ; L. : 2,61 m.

  • Collection Louis XIV : acquis en 1685

    INV. 1797

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Variété des genres en peinture
    Salle 21

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet