Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Mère Catherine-Agnès Arnault et la soeur Catherine de Sainte...

Œuvre La Mère Catherine-Agnès Arnault et la soeur Catherine de Sainte Suzanne de Champaigne

Département des Peintures : Peinture française

La Mère Catherine-Agnès Arnauld (1593 - 1671) et la soeur Catherine de Sainte Suzanne Champaigne (1636 - 1686), fille de l'artiste, dit Ex-voto de 1662

© 2007 RMN / Franck Raux

Peintures
Peinture française

Auteur(s) :
Guillaume Kazerouni

Ce tableau fut exécuté par l'artiste en 1662 en action de grâce pour la guérison miraculeuse de sa fille, religieuse au couvent de Port-Royal de Paris.

Un miracle : un chef-d'oeuvre

Cette peinture est conçue par Champaigne comme un ex-voto. L'événement qui en est la cause est bien connu. La fille du peintre, Catherine, religieuse à Port-Royal de Paris, était atteinte depuis octobre 1660 d'une maladie qui lui avait perdre l'usage de ses deux jambes. Après une neuvaine, suite de prières et d'actes de dévotion s'étalant sur neuf jours, la jeune fille recouvra toute sa santé. Avec ce tableau, l'un de ses plus intimes et de ses plus beaux, le peintre rend grâce de cette guérison considérée comme miraculeuse. L'oeuvre sera offerte par lui à Port-Royal en 1662. Saisie à la Révolution, cette émouvante preuve de reconnaissance et de piété rejoint le musée du Louvre où, depuis, elle demeure l'une des images les plus célèbres de l'oeuvre de Champaigne.

Un moment de grâce

La composition est d'une grande sobriété. La mère Catherine-Agnès Arnault est agenouillée devant soeur Catherine de Sainte Suzanne de Champaigne allongée. L'instant est celui où, lorsque les prières en vue du rétablissement de la jeune fille s'achèvent, la mère supérieure reçoit la révélation de sa guérison. Dans la nudité de la cellule, décorée seulement d'un crucifix, toute l'attention est portée sur les visages empreints de sérénité religieuse. Champaigne fait une fois de plus preuve de ses talents de portraitiste en présentant des figures d'une étonnante véracité. L'austérité du lieu est animée par le subtil travail sur les vêtements rendus de façon sculpturale, ce qui renforce la grandeur solennelle du moment. La gamme colorée est restreinte, dominée par le beige ivoire des costumes et le gris brun de l'ensemble. Seul se détache le rouge des croix cousues sur les vêtements.

Le silence

Le miracle, tout physique, est rendu dans un silence méditatif. C'est sa dimension intérieure et céleste qui est mise en avant. Tout le sens du tableau est concentré dans les visages où se lit le rayonnement de la vie mystique. Par la réserve et la simplicité qui s'en dégagent, ce tableau présente une approche janséniste du miracle, courant religieux qui privilégiait l'initiative divine face à la liberté humaine et avec lequel le peintre entretenait des rapports étroits. Une longue inscription en latin explique la scène et confère un aspect archaïsant et iconique à cette image.

Cartel

  • Philippe de CHAMPAIGNE (Bruxelles, 1602 - Paris, 1674)

    La Mère Catherine-Agnès Arnauld (1593 - 1671) et la soeur Catherine de Sainte Suzanne Champaigne (1636 - 1686), fille de l'artiste, dit Ex-voto de 1662

  • H. : 1,65 m. ; L. : 2,29 m.

  • Saisie à la révolution à l'abbaye de port-Royal de Paris

    Inv. 1138

  • Peintures

    Aile Sully
    2e étage
    Le Sueur
    Salle 24

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Daté à mi-hauteur à gauche (à la suite d'une inscription latine relatant la guérison miraculeuse de soeur Catherine de Sainte Suzanne) : 1662