Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Renommée du Roi

Œuvre La Renommée du Roi

Département des Sculptures : France, XVIIe et XVIIIe siècles

Mercure monté sur Pégase

© Musée du Louvre/P. Philibert

Sculptures
France, XVIIe et XVIIIe siècles

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

Antoine Coysevox reçut commande en 1698 d'un groupe de deux sujets équestres destinés à exalter la "renommée du Roi". Placés de part et d'autre de la partie supérieure du bassin de l'Abreuvoir, à l'entrée du parc de Marly, les groupes ont été exécutés en marbre de Carrare en 1701-1702. Dès 1719, les marbres ont été placés à l'entrée occidentale du jardin des Tuileries, où ils ont été remplacés par des moulages en 1986.

Une iconographie politique savante

En signant la paix de Ryswick en 1697, la France retrouve les conditions de la prospérité. Louis XIV commande alors, par son surintendant des Bâtiments, Jules Hardouin-Mansart, un décor statuaire somptueux pour le parc du château de Marly. Antoine Coysevox doit sculpter deux groupes équestres en marbre de Carrare, à placer de part et d'autre de la balustrade, en surplomb du bassin de l'Abreuvoir. Chevauchant chacun Pégase (le légendaire cheval ailé), la Renommée et Mercure sont les deux hérauts de la renommée royale, sous son double aspect guerrier et pacifique. Tous deux foulent les trophées militaires symbolisant les victoires du roi.
Mercure guide Pégase, symbole de la poésie. Messager divin, il est aussi le dieu du commerce et représente donc les bienfaits de la paix retrouvée. Son destrier foule des trophées, dont un bouclier qui évoque la succession d'Espagne avec le portrait de Philippe V présenté par Minerve (déesse de la guerre) à la nation espagnole.
La Renommée, quant à elle, la tête ceinte de lauriers, un rameau d'olivier dans la main gauche, sonne la trompette de la vérité. Elle proclame la puissance guerrière du roi. Dans les trophées, un bouclier est orné d'une Victoire ailée tenant palme et couronne. La dépouille du lion évoque Hercule, héros mythologique à la force légendaire, auquel le roi était souvent comparé.

Une prouesse technique

Coysevox réalise un véritable chef-d'oeuvre technique, par la dimension (on n'avait jamais exécuté d'aussi gros marbres en France), par la rapidité d'exécution et par le travail du matériau. Les groupes sont taillés dans des blocs monolithes, sans aucun raccord, en perçant la masse et en dégageant toutes les parties en saillies. Le marbre est une matière fragile qu'un choc ou un défaut intrinsèque suffit à rompre. Malgré tout, Coysevox prend le risque de détacher des morceaux frêles telle la trompette, longue tige de marbre effilée, soutenue par le bras dressé. Il sculpte l'ensemble en à peine deux ans (1701-1702), exploit qu'il a fièrement souligné dans le texte gravé sur les rochers.

Une création personnelle

Autre motif de fierté pour Coysevox, l'invention du modèle lui revient. Jusque-là les sculpteurs travaillaient selon les directives, voire les dessins du peintre Charles Le Brun (1619-1690), puis de l'architecte Jules Hardouin-Mansart (1646-1708), ordonnateurs successifs de la politique des beaux-arts sous Louis XIV. Certes, la composition demeure fidèle à l'art mesuré et équilibré de Versailles et la vue frontale est privilégiée. Mais ces groupes dynamiques, bien découpés dans le ciel, dressés sur leurs trophées d'armes, les cavaliers en équilibre instable sur leur monture cabrée, marquent une inflexion baroque dans l'art de cour.
Les oeuvres, transportées à l'entrée des Tuileries en 1719, sont abritées au Louvre depuis 1986.

Bibliographie

- Les Chevaux de Marly, Musée promenade de Marly-le-Roi, Louveciennes, 1985.

- BRESC Geneviève et PINGEOT Anne, Sculptures des jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuileries, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1986, II, p. 132-138.

Cartel

  • Antoine COYSEVOX (Lyon, 1640 - Paris, 1720)

    Mercure monté sur Pégase

    1699 - 1702

    Paris

  • Marbre de Carrare

    H. : 3,15 m. ; L. : 2,91 m. ; Pr. : 1,28 m.

  • Commandé en 1698 par Jules Hardouin-Mansart, surintendant des Bâtiments du roi

    M.R. 1822

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Entresol
    Cour Marly
    Cour

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Sur le rocher, à la base : ANTONIUS COYSEVOX LUGD.SCUL.REG.FECIT.1702/LES DEUX GROUPES ONT ESTE FAITES (sic) EN DEUX ANS