Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Statuette d'Idi-Ilum

Œuvre La Statuette d'Idi-Ilum

Département des Antiquités orientales : Mésopotamie

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Statue d'Iddin-El, Shakkanakku de Mari

© 1999 RMN / Galland

Antiquités orientales
Mésopotamie

Auteur(s) :
Claire Iselin

Entre la fin du IIIe millénaire et le tout début du IIe millénaire av. J.-C., Mari fut dirigé par une dynastie de princes qui portaient le titre de shakkanakku. D'abord gouverneurs militaires au service des rois d'Akkad, ils devinrent peu à peu indépendants. Cette statuette, d'une grande élégance, retrouvée brisée dans l'une des salles du palais de Mari, porte une inscription qui permet de l'identifier à l'un d'entre eux : il s'agit d'Idi-Ilum - ou Iddin-El - , shakkanakku de Mari.

Une statuette aux lignes élégantes

Le prince, dont la tête est malheureusement manquante, est représenté debout, les mains jointes dans l'attitude que l'on identifie à celle de la prière en Mésopotamie. Il porte une longue robe drapée, sans doute constituée d'une seule pièce de toile fine, qui moule les hanches et s'évase vers le bas. Ce costume luxueux, agrémenté d'une bordure de glands ronds, est enroulé autour du corps et couvre les deux épaules, contrairement à la tradition mésopotamienne. Ce vêtement frangé est maintenu à la taille par une ceinture, un accessoire qui n'est pas utilisé en Mésopotamie. La barbe faite de huit mèches enroulées terminées en boucles, est taillée en pointe. La statuette porte une inscription en akkadien : "Idi-Ilum, shakkanakku de Mari, à Inanna sa statue a voué. Quiconque cette inscription fera disparaître, que Inanna sa race supprime". Cette oeuvre est à rapprocher de la statue de Puzur-Ishtar, également shakkanakku de Mari, par la barbe soignée et la richesse du costume. Ces caractéristiques se retrouvent également sur le fragment d'un personnage important de Mari mais dépourvu de titre royal, Lasgân.

La dynastie des shakkanakku de Mari

Cette sculpture, retrouvée cassée en deux morceaux dans la cour 148 du palais de Mari, a pu être identifiée comme étant celle d'Idi-Ilum, shakkanakku de Mari, grâce à son inscription. Ce titre de shakkanakku, que l'on peut traduire par "gouverneur militaire", fut porté par l'ensemble des princes d'une dynastie qui régna à Mari entre la fin du IIIe millénaire et le début du IIe millénaire av. J.-C., vers 1920 av. J.-C.. Ces rois sont les descendants des gouverneurs militaires mis en place par les rois d'Akkad. Au fil du temps, ils devinrent peu à peu indépendants mais le titre de shakkanakku continua à être utilisé pendant près de trois siècles et demi. Trois de ces rois sont connus par des statues épigraphiées : Ishtup-Ilum, Idi-Ilum et Puzur-Ishtar. C'est de cette époque que date la construction de l'immense palais royal, connu plus tard sous le nom de "palais de Zimri-Lim".

Un culte dynastique ?

Ces statues de shakkanakku ont peut-être fait l'objet d'un culte dynastique à l'époque de Zimri-Lim (1782-1759 av. J.-C.) et avant le règne de ce dernier. En effet, la statue de Puzur-Ishtar porte des cornes, signe de sa divinisation. Ce culte dynastique appelé kispum permettait de perpétuer le souvenir des rois défunts. Les statues des rois étaient sans doute exposées face au trône du souverain sur une tribune, ce qui expliquerait que la statue de Puzur-Ishtar ait été retrouvée dans la salle du trône du palais de Mari, au pied des marches de la tribune.

Bibliographie

- PARROT A., Les fouilles de Mari, quatrième campagne (hiver 1936-1937), Extr. de : Syria, XIX, Paris : Geuthner, 1938, p. 17-18, pl. VII, 1.

- ORTHMANN W., Der alte Orient, Berlin : Propyläen, 1975 (Propyläen Kunstgeschichte, 14), p. 179, pl. 67 a et b.

- Expositions des quatre grandes civilisations mondiales : La Mésopotamie entre le Tigre et l'Euphrate (exposition itinérante, Japon, 2000), catalogue d'exposition, Tokyo : NHK, 2000, p. 222, pl. 136.

Cartel

  • Statue d'Iddin-El, Shakkanakku de Mari

    Époque des Shakkanakku, vers 2090 avant J.-C.

    Mari, palais de Zimrî-Lîm

  • Stéatite

    41.5 H

  • Fouilles A. Parrot, 1933 - 1937

    AO 19486

  • Antiquités orientales

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Mésopotamie, IIe millénaire avant J.-C.
    Salle 3

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Idi-Ilum, prince-gouverneur de Mari, dédia cette statue à la déesse Ishtar