Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Stèle du Baal au foudre

Œuvre La Stèle du Baal au foudre

Département des Antiquités orientales : Levant

Stèle du "Baal au foudre"

© 2006 RMN / Franck Raux

Antiquités orientales
Levant

Auteur(s) :
Annie Caubet

Le décor de cette stèle cintrée représente le grand dieu de l'orage, Baal, brandissant un casse-tête et plantant dans le sol une lance qui se termine par un rameau végétal. Un personnage plus petit, sûrement le roi d'Ougarit, semble être sous la protection du dieu. Cette stèle, la plus importante découverte à Ougarit, s'intègre dans la production de stèles du Levant, qui s'affirment à l'Age du Bronze récent comme un moyen d'expression majeur.

Un dieu guerrier

La grande stèle du Louvre porte en champlevé une monumentale figure masculine en action, dominant un personnage beaucoup plus petit, debout sur un piédestal. Son casque à cornes désigne la figure principale comme un dieu. Elle est tournée vers la droite, le bras droit levé au-dessus de la tête brandissant un casse tête, l'autre étendu vers l'avant portant une lance dont le fer est fiché dans le sol, tandis que de sa hampe jaillit un rameau végétal. Le visage est barbu, deux longues mèches enroulées tombent sur la poitrine. A la taille de son pagne court orné de rayures est passé un poignard dont l'extrémité semble posée sur la tête du petit figurant. Celui-ci est drapé dans une robe châle galonnée et enroulée, qui lui cache les bras. La tête petite et ronde ne porte pas de coiffure. Le piédestal sur lequel il repose est un autel à cornes, plus petit et moins orné que celui sur lequel pose le principal protagoniste : il est composé de deux étages rectangulaires à angles saillants, décorés chacun d'une double ligne ondulée d'inégale épaisseur.

Le dieu de l'orage protège le roi

Tout le monde aujourd'hui s'accorde à reconnaître dans cette scène l'image du dieu Baal déchaînant l'orage de son casse-tête brandi, dans le geste traditionnel des dieux de l'orage vénérés dans toutes les régions du Levant, attitude que reprendront, avec les mêmes attributions, le Grec Zeus et le Latin Jupiter. La belle métaphore graphique de la lance changée en rameau évoque les bienfaits de la pluie qui vient grâce à l'orage. Dans le petit personnage blotti entre le corps et la lance du dieu, on s'accorde aussi à reconnaître le roi d'Ougarit, dans un costume de cérémonie, les bras croisés en prière et bénéficiant de la protection divine : comme le dieu, est-il placé sur un autel pour faire allusion à son rôle d'officiant dans les cérémonies ? Les motifs placés sur le double autel du dieu sont plus difficiles interpréter : au-dessus des vagues de la mer, gravées en bas, est-ce le serpent monstrueux qui causera la mort de Baal qui est évoqué ? Ou bien est-ce l'horizon des montagnes qui entourent le royaume d'Ougarit, protégé par Baal, dont la demeure se trouve "dans les replis du Mont Sapon" ?

Un moyen d'expression majeur

La stèle dite du "Baal au foudre" est la plus grande et la plus significative des stèles mises au jour à Ras Shamra. Elle a été retrouvée, ainsi que huit autres, non loin du temple auquel elle a donné son nom ; quatre ont été retrouvées près du temple dit de Dagon et une dizaine encore dans divers points dispersés de la ville, pour un corpus total de dix-neuf stèles retrouvées à ce jour. De forme généralement évasée vers le bas, les stèles se terminent par un cintre ou une pyramide, elles sont pourvues soit d'une partie basse enfoncée dans le sol, soit d'une base élargie formant un emmarchement. La comparaison avec les exemplaires mis au jour sur d'autres sites syro-palestiniens de l'Age du Bronze, tels Byblos, Gezer ou Hazor, indique bien que la stèle est une forme majeure de l'expression religieuse au Levant. Elle peut être creusée d'une niche, comme à Byblos, ou décorée de motifs astraux ou enfin, dans les cas les plus exceptionnels, figurer une scène rituelle ou porter l'image d'une divinité.

Cartel

  • Stèle du "Baal au foudre"

    XVe - XIIIe siècles avant J.-C.

    Ras Shamra-Ougarit, Acropole

  • Calcaire

  • Fouilles C. Schaeffer, 1930

    AO 15775

  • Antiquités orientales

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Levant : Syrie côtière, Ougarit et Byblos
    Salle B

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet