Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Stèle du chamelier 'Iglum

Œuvre La Stèle du chamelier 'Iglum

Département des Antiquités orientales : Arabie

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Stèle funéraire

© R.M.N./H. Lewandowski

Antiquités orientales
Arabie

Auteur(s) :
Françoise Demange

Cette stèle porte au sommet une inscription en écriture sud-arabique donnant le nom de son dédicant, suivi d'une malédiction contre quiconque la détruira. Elle est ornée d'un relief en champlevé, qui illustre des scènes de la vie du défunt : un banquet probablement funéraire. En dessous, l'image d'un cavalier qui pousse devant lui un dromadaire harnaché permet de penser que le mort appartenait à l'une de ces tribus caravanières qui transportaient l'encens et les aromates d'Arabie.

Un art original

Les royaumes d'Arabie du Sud développèrent, à la fin du Ier millénaire et aux premiers siècles de notre ère, un art original mais où l'on reconnaît des courants d'influence gréco-romaine ou orientale.
Les statuettes ou stèles votives déposées dans les temples étaient taillées dans l'albâtre local, une pierre blonde et translucide très facile à travailler. Certaines de ces stèles étaient simplement inscrites, d'autres, comme celle-ci, portaient un décor historié, sculpté en champlevé.
Au sommet une inscription funéraire en dialecte sabéen, gravée en écriture sud-arabique, donne le nom du dédicant : 'Iglum, le fils de Sa'adillat le Qaryote, suit une invocation au dieu 'Attar l'oriental, l'une des principales divinités du panthéon sud-arabique, appelant sa malédiction sur quiconque détruira le monument.
Les deux registres sont séparés par un rinceau de vigne. Ce motif, que l'on trouve largement utilisé dans le décor architectural, montre l'influence de l'art de la Syrie hellénistique sur les artistes locaux.

Un banquet funéraire

Le registre supérieur porte une scène de banquet : le personnage principal, sans doute le défunt, est assis à côté d'une table chargée de plats. Il tient dans la main droite une coupe, et est vêtu d'une longue tunique ; quelques incisions dans l'albâtre évoquent sobrement les galons brodés qui devaient orner ce costume. A gauche de la table, un petit personnage, soit un serviteur, soit le fils du défunt, vêtu d'un simple jupon quadrillé, apporte deux coupes ; à côté de lui, un troisième personnage, debout, de plus grande taille, pourrait être l'épouse du mort. Elle porte dans les bras un objet, qui est peut-être une outre ou plus vraisemblablement un instrument de musique, une sorte de luth, dont jouaient les femmes et dont on possède d'autres représentations sur des monuments équivalents. Les banquets en musique étaient une tradition dans le monde oriental.

Scène de la vie d'un caravanier

Le second registre qui montre un cavalier poussant devant lui un dromadaire harnaché, évoque une scène de la vie quotidienne du défunt, probablement un caravanier. Les caravanes de dromadaires transportaient à travers le désert, jusqu'aux rives de la Méditerranée, l'encens et les aromates d'Arabie, mais aussi des denrées de luxe venant de la corne de l'Afrique ou des côtes de l'Inde. Le dromadaire, domestiqué au deuxième millénaire, fut progressivement adopté à la fois comme monture et comme bête de somme ; plus rapide, plus résistant que l'âne, jusqu'alors seule bête de bât, il pouvait parcourir de longues distances à travers le désert et est à l'origine de la prospérité des tribus caravanières.

Bibliographie

- Corpus Inscriptionum Semiticarum IV445, académie des inscriptions et Belles-lettres, Paris.

- CALVET Y., ROBIN C., Arabie déserte, Arabie heureuse, Paris, 1997, pp.107-108.

- MULLER, in Yemen, 3000 years of art and civilisation, Innsbruck 1988.

Expositions

- Au royaume de Saba, archéologie du Yemen, Paris,1980.

- Aux sources du monde arabe, l'Arabie avant l'Islam, collections du musée du Louvre, Paris, 1990.

Cartel

  • Stèle funéraire

    Ier siècle - IIIe siècle après J.-C.

    Arabie du Sud

  • Albâtre

    H. : 55 cm. ; L. : 29 cm. ; Pr. : 8 cm.

  • Acquisition 1883

    AO 1029

  • Antiquités orientales

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Arabie : Arabie Heureuse, Arabie Déserte, VIIe siècle avant J.-C. - IIIe siècle après J.-C.
    Salle 19, salle fermée au public, non exposé
    Vitrine 1 : Arabie du sud : offrandes et mobilier des temples

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet