Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Vierge au coussin vert

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

La Vierge au coussin vert

© 2005 RMN / Jean-Gilles Berizzi

Peintures
Peinture italienne

Auteur(s) :
Cécile Scailliérez

Le tableau se trouvait au début du XVIIe siècle au couvent des Cordeliers de Blois, mais son histoire antérieure est inconnue : il date probablement du séjour que Solario fit en France entre 1507 et 1510 au service de Georges Ier d'Amboise, à moins qu'il n'ait été peint dès son retour en Italie pour le neveu de ce dernier, Charles II d'Amboise, gouverneur du duché de Milan.

Un motif anodin

La Vierge au coussin vert, image de dévotion de la Vierge allaitant Jésus, est ainsi désignée depuis le XVIIe siècle en raison du motif, issu de la peinture septentrionale du XVe siècle, du coussin posé sur un rebord de marbre au premier plan de la composition ; il est vrai que ce détail, parfaitement intégré ici dans le groupe sacré, est particulièrement remarquable car il accompagne véritablement de son confort moelleux le mouvement de tendresse et de bien-être qui caractérise toute cette scène familière.

Intelligence profonde de l'art de Léonard

Stylistiquement très proche de La Déploration sur le Christ mort, La Vierge au coussin vert témoigne avec la même subtilité de l'influence profonde, intelligente mais discrète de l'art de Léonard de Vinci. La relation qui s'établit entre les deux figures, le dialogue de leurs regards respectifs, la complicité de leurs attitudes adoptent et expriment, bien que dans un registre plus familier et moins méditatif, la même ferveur maternelle que Léonard avait mise en forme dans le groupe de la Vierge avec sainte Anne. Les dessins de Solario qui préparent le plus étroitement sa composition de La Vierge au coussin vert sont du reste des interprétations du motif de la Vierge penchée sur l'enfant chevauchant l'agneau.

Le style de Solario

Les caractéristiques de Solario sont en revanche la douceur veloutée du modelé des carnations, la saturation chatoyante du coloris, le naturalisme des éléments du paysage.
Rondeur formelle et sentiment d'aisance naturelle se conjuguent dans cette oeuvre à la fois ferme et douce qui apparaît comme l'un des chefs-d'oeuvre de Solario qui fut probablement peint soit pendant le séjour de l'artiste en France, en 1507-1509, soit juste après son retour en Italie en 1510. On ignore à qui le tableau était destiné, mais il se trouvait au XVIIe siècle au couvent des Cordeliers de Blois auprès de qui Marie de Médicis l'acheta à grands frais.

Cartel

  • Andrea di Bartolo, dit SOLARIO (Milan ? , vers 1465 - Milan, 1524)

    La Vierge au coussin vert

  • Bois (peuplier)

    H. : 0,59 m. ; L. : 0,47 m.

  • Collection de Louis XV (acquis du prince de Carignan en 1742 - 1743)

    INV. 673

  • Peintures

    Aile Denon
    1er étage
    Grande Galerie
    Salle 5

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet


Informations complémentaires

Signé sur la plinthe de marbre en bas à droite : ANDREAS DE SOLARIO FE