Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Vierge aux rochers

La Vierge aux rochers

© 2010 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Peintures
Peinture italienne

Auteur(s) :
Séverine Laborie

Œuvre emblématique de Léonard au contenu symbolique complexe, La Vierge aux rochers célèbre le mystère de l’Incarnation à travers les figures de Marie, du Christ et de saint Jean. Les figures divines, baignées d’une douce lumière, prennent place pour la première fois dans un paysage animé par les saillies des rochers. Cette iconographie résolument nouvelle connut un succès immense, attesté par le grand nombre de copies contemporaines du tableau.

Un historique complexe

Le tableau du Louvre aurait du orner la partie centrale d’un polyptyque commandé à Léonard et aux deux frères de Predis en 1483 par la Confraternité de l’Immaculée Conception pour une chapelle de l’église San Francesco Grande à Milan. L’existence d’une seconde version, aujourd’hui à la National Gallery de Londres mais qui provient bien de cette chapelle, ainsi que plusieurs documents d’archives, indiquent que le tableau du Louvre n’y a jamais pris place. Sa présence dans les collections royales françaises est attestée à partir de 1627, mais plusieurs indices plaident pour une arrivée beaucoup plus précoce.
Selon l’hypothèse la plus convaincante, l’œuvre réalisée entre 1483 et 1486 n’aurait pas donné totale satisfaction aux commanditaires, ce qui aurait permis à Louis XII de l’acquérir vers 1500-1503. Une seconde version (celle de Londres) aurait été peinte sous la conduite de Léonard par Ambrogio de Predis entre 1495 et 1508 pour la remplacer.

Une iconographie ambiguë

La comparaison des deux versions de La Vierge aux rochers montre bien les ambiguïtés du programme iconographique de la première, qui a été beaucoup commenté par les spécialistes. L’identité des personnages peut en effet paraître obscure du fait de l’absence d’attributs et de la prééminence du petit saint Jean, placé aux côtés de la Vierge, désigné par le doigt de l’archange Gabriel et béni par Jésus. Le traditionnel désert où se situe la rencontre des deux enfants de conception divine, est remplacé par un décor surnaturel de caverne et de roches, d’eaux et de végétaux. C’est le mystère de l’Incarnation qui est célébré, à travers le rôle de Marie et celui du Précurseur, lequel est considéré selon une tradition florentine comme un compagnon de jeu de Jésus, déjà conscient du sacrifice à venir. Cette préfiguration de la Passion semble également contenue dans la représentation du précipice au bord duquel se tient l’Enfant et dans la végétation symbolique qui l’entoure (aconit, palmes, iris).

Une composition totalement novatrice

Première réalisation connue de Léonard à Milan, La Vierge aux rochers se rattache stylistiquement aux œuvres de la fin de son premier séjour florentin, L’Adoration des Mages (Florence) et le Saint Jérôme (Rome), dont elle développe les conceptions esthétiques. Outre le fait que l’ordonnance serrée de la composition géométrique pyramidale n’entrave pas les mouvements des personnages, l’orchestration minutieuse de leur gestuelle (la superposition des mains, le jeu des regards) prend une intensité nouvelle grâce à la lumière diffuse qui estompe naturellement les contours sans affaiblir le modelé des chairs.
Le naturel des attitudes des figures ainsi que la forte présence du paysage dominé par les éléments minéraux, sont très novateurs si on les compare aux architectures feintes et aux poses assez hiératiques des retables de cette époque. Cependant, il faut attendre 1501 et l’exposition à Florence du carton de La Sainte Anne (voir INV 776) pour voir ces principes mis en œuvre par d’autres artistes.

Bibliographie

- Léonard de Vinci, Traité de la Peinture, trad. André Chastel, Club des libraires de France, Paris, 1960.

- BEGUIN S., Léonard de Vinci au Louvre, Editions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1983.

- ARASSE Daniel, Léonard de Vinci, Le rythme du monde, Hazan, Paris, 1997.

- MARANI Pietro. C., Léonard de Vinci, Gallimard/Electa, Paris, 1996.

- VIATTE Françoise (dir.),  Léonard de Vinci. Dessins et manuscrits, catalogue de l’exposition, Musée du Louvre, 5 mai-14 juillet 2003, éd. Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 2003, pp. 127-132.

Cartel

  • Leonardo di ser Piero DA VINCI, dit Léonard de Vinci (Vinci, 1452 - Amboise, 1519)

    La Vierge aux rochers

  • Bois transposé sur toile en 1806 par Hacquin

    H. : 1,99 m. ; L. : 1,22 m.

  • Collection de François Ier

    INV. 777

  • Peintures

    Aile Denon
    1er étage
    Grande Galerie
    Salle 5

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet