Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Vierge à l'Enfant

Œuvre La Vierge à l'Enfant

Département des Sculptures : Pays de l'Europe du Nord

La Vierge à l'Enfant

© 2006 Musée du Louvre / Pierre Philibert

Sculptures
Pays de l'Europe du Nord

Auteur(s) :
Guillot de Suduiraut Sophie

La Vierge à l'Enfant d'Issenheim compte parmi les plus belles madones du gothique tardif germanique. Elle s'impose par l'ampleur et la complexité de son drapé aux plis tumultueux, artificiellement brisés et gonflés en avant du corps. Le croissant de lune aux pieds de la Vierge évoque la croyance en l'Immaculée Conception. L'opulente beauté de la mère et la nudité complète de son fils sont en accord avec l'humanisation de Marie et du Christ à la fin du Moyen Age.

L'humanisation de Marie

L'humanisation de Marie et de son fils est en accord avec l'évolution du sentiment religieux à la fin du Moyen Age. La Vierge montre des formes opulentes, un type féminin individualisé, une expression douce et songeuse. Son fils, rieur, dodu et remuant, est figuré entièrement nu pour souligner la nature humaine du Dieu incarné. Dans ses mains, l'oiseau et la grenade font référence à l'Eucharistie et à la Passion. Le croissant de lune aux pieds de la Vierge exprime la prééminence de Marie sur le monde terrestre et sa victoire sur le péché. Cette image symbolique de l'Immaculée Conception est très répandue à la fin du Moyen Age. Elle identifie la Vierge à la "Femme" de l'Apocalypse, que saint Jean décrit enveloppée de soleil, couronnée d'étoiles, avec la lune à ses pieds (12,1). La lune est symbole d'inconstance et de corruption.

Chef-d'oeuvre du gothique tardif germanique

La monumentale figure s'impose par l'ampleur et la complexité de son drapé, d'une invention formelle pleine de force. Retenue à deux mains, l'étoffe du manteau se gonfle en avant du corps de la Vierge et retombe en rayonnant pour former une assise à l'Enfant, qui est ainsi expressément offert à la vénération. Des creux profonds, des froissements anguleux et arbitraires animent cet amas de tissu. Deux grands plis arrondis, en suspens dans l'espace, sont formés par le bord du manteau artificiellement rabattu. Cette conception plastique, qui joue du rôle ornemental et expressif de la draperie, est spécifique de la sculpture allemande gothique tardive. Elle est servie par la virtuosité de la taille que permet le tilleul, bois tendre surtout utilisé dans la moitié sud de l'Empire. L'effet de puissance se marie harmonieusement à la délicatesse du modelé, au soin du détail précis et à la vive sensibilité des physionomies aux traits affirmés.

L'attribution à Hoffmann

Le type féminin de la Vierge, l'Enfant agité et potelé, le schéma du tumultueux drapé ont été repris dans plusieurs madones sculptées à Bâle vers 1510-1520. Stylistiquement, ces oeuvres se situent dans le cercle du sculpteur Martin Hoffmann. Héritier de la sculpture strasbourgeoise et de l'art franconien de Veit Stoss, Hoffmann, qui est originaire de Thuringe, importe à Bâle un nouveau style, expressif et animé, dont témoignent les deux Prophètes de l'hôtel de ville payés en 1521. Faute de documents anciens, l'attribution de la sculpture à Martin Hoffmann reste toutefois hypothétique.

Bibliographie

- GUILLOT DE SUDUIROT S., Sculptures allemandes de la fin du Moyen Age, dans les collections publiques françaises 1400-1530, catalogue d'exposition, Louvre, Paris, 1991, cat.26, pp.119-123.

- GUILLOT DE SUDUIROT S.,  La Vierge à l'Enfant d'Issenheim. Un chef-d'oeuvre bâlois de la fin du Moyen Age, Dossiers du musée du Louvre, Paris, 1998.

Cartel

  • Attribué à Martin HOFFMANN ? (cité à Bâle à partir de 1507 - Bâle, 1530 - 1531)

    La Vierge à l'Enfant

    vers 1510 (?)

    Provenant de la commanderie des Antonins d'Issenheim (Haut-Rhin)

  • Tilleul

    H. : 1,72 m. ; L. : 0,69 m. ; Pr. : 0,495 m.

  • Collection Georges Spetz à Issenheim ; acquisition, 1924 , 1924

    R.F. 1833

  • Sculptures

    Aile Denon
    Entresol
    Gothique tardif
    Salle C
    Vitrine 2

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet