Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>La Vierge à l'Enfant avec le petit saint Jean-Baptiste

Œuvre La Vierge à l'Enfant avec le petit saint Jean-Baptiste

Département des Peintures : Peinture italienne

La Vierge à l'Enfant avec le petit saint Jean-Baptiste, diteLa Belle Jardinière

© 2011 Musée du Louvre / Martine Beck-Coppola

Peintures
Peinture italienne

Auteur(s) :
Cécile Scailliérez

Ni l'identité du commanditaire, ni les circonstances dans lesquelles La Belle Jardinière entra dans la collection royale ne sont connues.
Après la Vierge du Belvédère (Vienne) et la Vierge au chardonneret (Florence), de 1505 - 1506, La Belle Jardinière, datée de 1507 ou de 1508, clôt, à la fin du séjour florentin de Raphaël, ses recherches sur le motif de la Vierge à l'Enfant avec saint Jean inscrit dans une composition dynamique et pyramidale au premier plan d'un paysage.

De la Vierge à la Belle Jardinière

La Vierge et l'Enfant Jésus sont représentés en compagnie du petit saint Jean-Baptiste dans un ample paysage dont le premier plan est parsemé de fleurs minutieusement décrites, entre autres les violettes - symboles de l'humilité de la Vierge - et les ancolies - symboles de la Passion du Christ. D'abord désigné dans les inventaires des collections royales comme La Sainte Vierge en paysanne, le tableau est baptisé vers 1720, La Jardinière  par l'amateur Pierre-Jean Mariette dans son Abecedario,  et peu après La Belle Jardinière dans la lettre de plusieurs gravures.
On ignore pour qui exactement fut peinte La Belle Jardinière quand elle arriva dans les collections royales françaises, où elle se trouve au moins depuis Louis XIV. La tradition, rapportée sur une gravure réalisée en France vers 1640-1650 par Gilles Rousselet, la fait provenir de François Ier mais aucune autre preuve n'existe.

Atmosphère bucolique

Cette atmosphère bucolique se retrouve dans deux autres madones de Raphaël qui sont à peu près contemporaines, c'est-à-dire peintes vers la fin du séjour florentin de l'artiste. Il s'agit de La Madone à la prairie, datée de 1506, conservée au Kunsthistorisches Museum de Vienne et de La Madone au chardonneret, exécutée vers 1507, aujourd'hui aux Offices à Florence. Elles se concentrent sur le motif de la Vierge au premier plan d'un paysage et entourée de deux enfants dont les attitudes et les gestes s'accordent avec les siens pour créer un groupe à la fois fluide et cohérent. Toutes trois contiennent en outre en filigrane une préfiguration de la Passion de Jésus ; elle est explicite dans La Madone à la prairie où saint Jean tend sa croix de roseau à Jésus ou dans La Madone au chardonneret construite autour de l'oiseau qui passe pour avoir le plumage taché de rouge depuis qu'il ôta de la couronne du Christ ses épines ; dans La Belle Jardinière, cette prémonition est exprimée dans l'échange des regards entre Jésus, qui cherche à saisir sur les genoux de sa mère le Livre contenant l'annonce de son supplice, et saint Jean qui esquisse un mouvement pour le suivre.

La période florentine

Cette volonté de peindre, avec un double souci de limpidité et de concision, la complexité des relations dynamiques et expressives entre les figures dans une composition pyramidale campée devant un paysage et culminant sur une figure contemplative enveloppée de drapés très plastiques, est caractéristique des recherches de la peinture florentine dans la première décennie du siècle : Michel-Ange en 1504-1507 dans le Tondo Doni, Léonard de Vinci à partir de 1500-1501 dans La Vierge avec sainte Anne, ne se consacraient pas à un problème plastique différent. La palette claire du tableau, sa lumière égale et idéale, la limpidité du paysage avec sa récession calme des plans vers un horizon assez haut et l'élancement d'arbres légers aux fûts d'une verticalité parfaite manifestent clairement l'influence du Périgin sous laquelle s'est formé Raphaël. En même temps, les éléments d'architecture d'inspiration nordique, qui forment un petit paysage urbain sur la droite, trahissent l'intérêt porté par Raphaël jeune à la peinture flamande importée en Italie à la fin du XVe siècle, celle de Memling en particulier.

Cartel

  • Raffaello SANTI, dit RAPHAËL (Urbino, 1483 - Rome, 1520)

    La Vierge à l'Enfant avec le petit saint Jean-Baptiste, diteLa Belle Jardinière

  • H. : 1,22 m. ; L. : 0,80 m.

  • Collection de François Ier ?

    INV. 602

  • Peintures

    Aile Denon
    1er étage
    Grande Galerie
    Salle 5

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Signé et daté sur le bas du manteau de la Vierge : Raphaello Urb. MDVII [MDVIII ?]