Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Lamentation sur le Christ mort

Lamentation sur le Christ mort

Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo S. Nagy

Arts graphiques
XVIe siècle

Auteur(s) :
Federica Mancini

La Pietà du Louvre est d’un format plus grand que celui habituellement choisi par Raphaël et appartient à une série d’études préparatoires pour le panneau centrale du retable Baglioni, aujourd’hui démembré. La partie centrale, dite aussi la Déposition Borghèse (Rome, Galleria Borghese), illustre une composition différente de l’étude du Louvre, qui reste une étape essentielle du processus créatif de ce chef-d’œuvre.

Le meurtre de Griffonetto

Ce dessin est une étude pour le retable Baglioni, commandé à Raphaël par Atalanta Baglioni avant le départ de l’artiste pour Florence, en 1504. Cette œuvre commémore la disparition de Griffonetto, fils d’Atalanta, blessé à mort à Pérouse par un membre de la famille, en juillet 1500. Selon la Chronique de Pérouse  écrite par Francesco Matarazzo (ou Maturanzio), Atalanta aurait couru auprès de son fils mourant, assassin d’autres Baglioni. Cet événement éclaircit le choix du thème, sa longue préparation et le parti pris d’une émotion dramatique intense. La scène se déroule dans la partie gauche de la feuille : une femme, tenant la main droite et les jambes du Christ, regarde la Vierge défaillante. Marie est soutenue par les saintes femmes : deux, agenouillées, l’entourent tandis que la troisième soulève son voile. Derrière, Joseph d’Arimatie semble réagir au malaise en avançant, les bras ouverts. Ce groupe n’est pas balancé dans la partie droite de la feuille où seul saint Jean, les mains jointes, observe la scène. A sa gauche apparaît le profil du visage brièvement esquissé d’une deuxième figure non terminée.

Raphaël cent pour cent

Les draperies des saintes femmes ainsi que la partie supérieure du corps du Christ sont dessinées d’une manière plus détaillée et raffinée que le vêtement de saint Jean, ce qui a fait penser à des retouches postérieures. L’habitude d’exécuter des figures pour les voiler ensuite était cependant un procédé normal dans les ateliers d’Italie centrale au début du XVIe siècle. La scène se déroule dans un climat de pathétisme contenu où les gestes et les expressions ressortent d’une inlassable recherche formelle : la finesse de certains éléments, comme les jambes du Christ ou le visage de la Vierge, témoigne de la méditation sur ce dessin pour lequel les critiques envisagent une préparation de plusieurs mois, voire d’années. Si les études préparatoires ont été commencées dès 1504, le terminus ante quem pour le dessin est 1507, date peinte sur la Déposition Borghese.

Du sacré au profane

Dans le dessin, l’artiste a dessiné les figures mais pas terminé le reste, sans doute à cause du déséquilibre qu’il avait constaté entre les deux groupes : la solution finale prise par Raphaël fut de mettre l’accent sur le corps mort du Christ et la lamentation de la Vierge. La feuille du Louvre reste, néanmoins, l’une des étapes les plus significatives de ce processus créatif, dont la version peinte n’est que la représentation du moment immédiatement postérieur, correspondant à la translation du corps du Christ au tombeau. La composition du panneau a sans doute été influencée par un relief antique de la Mort de Méléagre ; la Lamentation sur le corps du Christ, par contre, démontre la connaissance de plusieurs modèles, notamment la Déposition  de Santa Chiara par Pérugin, la Lamentation sur le corps du Christ  de Santa Margherita de Cortone par Luca Signorelli et la gravure de la Mise au tombeau par Andrea Mantegna.

Bibliographie

- VIATTE Françoise, dans Raphaël dans les collections françaises, cat. exp. Paris, Galeries nationales du Grand Palais 1983-1984, p. 218-220, notice 51.

- TURNER Nicholas, Florentine Drawings of the Sixteenth Century, Londres, British Museum, 1986, p.44-45.

- CORDELLIER Dominique, Raphaël : autour des dessins du Louvre, cat. exp. Rome, Académie de France à Rome, 1992, p.104-107, notice 32.

- MEYER ZUR CAPPELLEN J., Raphael in Florence, Londres, 1996, p.214-218.

- JOANNIDES Paul, dans Raffaello da Firenze a Roma, cat. exp., Rome, Galleria Borghese, 2006, notice 23.

Cartel

  • SANTI Raffaello

    Lamentation sur le Christ mort

  • 393865

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet