Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>L'Amour

L'Amour

© 2011 Musée du Louvre / Thierry Ollivier

Sculptures
France, XIXe siècle

Auteur(s) :
Montalbetti Valérie

L'Amour, jeune adolescent ailé, présente une rose à un papillon qu'il retient par les ailes : c'est le symbole de l'âme, Psyché en grec, prisonnière de l'amour. Le thème inspire à Chaudet une composition sensible et gracieuse. Le beau travail du marbre rehausse l'harmonie des lignes et la délicatesse des détails.

Un Amour bucolique

L'Amour est un jeune adolescent nu et non armé, dont les courtes ailes constituent le seul attribut. Ni espiègle comme celui de Bouchardon (musée du Louvre), ni menaçant comme celui de Falconet (musée du Louvre), il semble s'adonner à un passe-temps innocent. L'amusement n'est pas aussi anodin qu'il n'y paraît, car le papillon qui se laisse séduire par la rose de l'Amour symbolise l'âme, en grec, Psyché : déjà prisonnière de l'Amour, l'âme en ressent bientôt les tourments plus que les plaisirs. Sur le socle, de gracieuses frises en bas-reliefs développent le thème : si le papillon goûte le suc d'une corbeille de fleurs, il est écartelé par de petits Amours potelés et l'un deux l'asservit en l'attelant à son char. Mais l'âme obtient finalement la victoire grâce aux abeilles. Celles-ci, rendues furieuses par les flèches décochées sur la ruche, se ruent sur ces impertinents. Ces scènes s'inspirent des Idylles de Théocrite (IIIe siècle av. J.-C.), le plus célèbre poète grec de l'époque alexandrine. La délicatesse du ciseau en exprime tout le charme bucolique.

Un mythe d'une composition délicate

Le mythe d'Amour et Psyché est très important à l'époque néo-classique et le sculpteur italien Canova en donne deux illustrations, dont la célèbre Psyché ranimée par le baiser de l'Amour (1793, musée du Louvre). Pour Chaudet, c'est l'occasion d'une composition délicate, où prédominent l'harmonie des lignes et le caractère presque translucide du beau marbre poli. L'élégance de la pose rappelle certaines sculptures de l'Antiquité ou de la Renaissance, telle cette Tireuse d'épines de Ponce Jacquiot (musée du Louvre, RF 3455).

Entre nature et idéal

L'attitude du corps, le charme presque suave du visage, la délicatesse des doigts, le travail raffiné de la chevelure, tout exprime la sensibilité, la retenue, la grâce. Le sculpteur réussit ce subtil équilibre entre nature et idéal, hérité du XVIIIe siècle. Le modèle en plâtre fut exposé au Salon de 1802, mais le marbre fut achevé en 1817, longtemps après sa mort, par son ami Pierre Cartellier (1757-1831).
Chaudet a su exprimer de cette manière les deux aspects contradictoires du renouveau classique, la poésie gracieuse de l'Amour comme la sculpture virile, colossale, celle qui exalte l'héroïsme, dans la lignée d'Oedipe et Phorbas (musée du Louvre, RF 384).

Cartel

  • Antoine-Denis CHAUDET (Paris, 1763 - Paris, 1810)

    L'Amour

  • Marbre présenté au Salon de 1817Modèle en plâtre au Salon de 1802

    H. : 0,77 m. ; L. : 0,64 m. ; Pr. : 0,44 m.

  • Acquis de sa veuve par Louis XVIII

    L.L. 56

  • Sculptures

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Chaudet
    Salle 31

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet