Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Lampe en forme de dauphin

Œuvre Lampe en forme de dauphin

Département des Antiquités égyptiennes : Objets de la vie quotidienne

Lampes et candélabres

© Musée du Louvre/J. L. Bovot

Antiquités égyptiennes
Objets de la vie quotidienne

Auteur(s) :
Cédric MEURICE

Ce candélabre en bronze de grande dimension est composé de plusieurs parties : un pied, un fût en forme de colonne avec chapiteau, un anneau ouvert et enfin la lampe proprement dite qui est composée d’un double bec en forme de dauphin. La hauteur du lampadaire associé à la double lampe permettait à ce candélabre d’assurer un éclairage très satisfaisant. Le mélange entre caractères techniques et décors raffinés est ici bien représenté.

Un luminaire antique très ingénieux

Ce luminaire fait partie de la série des candélabres. Ses proportions élégantes et son décor soigné en font bien plus qu’un simple ustensile de la vie quotidienne. L’objet est composé de deux parties : le support que l’on nomme « lampadaire » et la lampe elle-même. Le support est formé d’un pied constitué de trois pattes de félins posées sur un petit socle. Elles sont reliées entre elles par trois feuilles à la pointe recourbée et trois palmettes, placées alternativement. Au-dessus est une colonnette à base moulurée décorée par des feuilles, surmontée d’un fût à cannelures sur lequel repose un chapiteau à volutes qui surgit d’une corolle. Enfin, sur une petite base prend place un large anneau ouvert qui va servir à recevoir et soutenir la lampe proprement dite. Cette suspension est rendue possible par le prolongement de l’anneau en deux branches verticales percées entre lesquelles vient s’insérer l’attache de la lampe, tenue alors par une barre passant entre les trois trous. Ce système très ingénieux permet de pencher la lampe et de la transporter sans inconvénient pour adapter la position de l’objet aux besoins en éclairage de la pièce. Un tel objet est nommé « swinging lamp » par les Anglo-Saxons, un nom révélateur des possibilités de la lampe.

La symbolique du dauphin

La lampe elle-même est en réalité double. Elle est formée par deux dauphins aux corps trapus. Les yeux et les nageoires y sont bien représentés en gravure. Le trou d’alimentation est composé par les deux queues des cétacés réunies en une corolle stylisée et épanouie. Le fût élancé de la partie inférieure et la double lampe permettait un excellent éclairage. Comme pour d’autres objets analogues (voir le lustre E 119163), le dauphin est le thème iconographique retenu. Les Apôtres sont assimilés à ces cétacés sauveurs des humains. Par leurs actions ils les éclairent à l’image de cette lampe, témoin particulièrement bien conservé de cette symbolique.

Bibliographie

- BENAZETH D., L’art du métal au début de l’ère chrétienne, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1992, p. 124, 144, 145, 146, 147, 156.

Cartel

  • Lampes et candélabres

    IVe - VIe siècle après J.-C.

  • bronze

    H. : 33,50 cm. ; L. : 19,50 cm.

  • E 11702, E 11916 (1), E 11916 (2), E 11792 (a), E 11792 (b)

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Denon
    Entresol
    Galerie d'art copte (salle actuellement fermée)
    Salle B
    Vitrine M4 : La vie domestique

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet