Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Lanceur de javelot

Œuvre Lanceur de javelot

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Athlète

© 1997 Photo RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Considéré parfois comme une création étrusque, ce bronze a sans doute été réalisé au début du Ve siècle av. J.-C. dans un contexte italiote par un atelier de la cité de Medma, Grande Grèce, afin de célébrer un athlète vainqueur. L'attitude, en particulier la position des doigts de la main droite, invite à y reconnaître un lanceur de javelot muni de l'ankylé, la lanière de cuir qui permettait de projeter l'arme au loin. Le geste, bien qu'ostentatoire, n'illustre pas un instant précis du lancer.

Un bronze votif, lanceur de javelot

D'après l'inventaire du Garde-Meuble de la Couronne, ce bronze est entré dans les collections royales avant 1684. Il a probablement été fabriqué afin de célébrer un athlète vainqueur et dédié dans un sanctuaire. L'attitude, en particulier la position de la main droite, invite à identifier la personnage comme un lanceur de javelot muni de l'ankylé, la lanière de cuir qui, enroulée autour de l'index et du majeur, permet de projeter l'arme au loin. Le geste est ostentatoire et n'illustre pas un instant précis du lancer : le javelot, aujourd'hui perdu, était dirigé vers le sol, ainsi que l'atteste le système de fixation ménagé dans la main. Dès la fin du VIe siècle av. J.-C., le bronze devient le matériau de prédilection des sculpteurs grecs et italiotes. Il est propice à l'expression du mouvement, si difficile à rendre dans le marbre, et offre aux artistes des possibilités jusqu'alors inexplorées. Forte des avantages de cette technique, la figure de l'athlète s'affirme comme un sujet de prédilection au début du Ve siècle av. J.-C.

Innovations du style sévère et héritage archaïque

La statuette témoigne des innovations esthétiques élaborées par les sculpteurs de la génération du style sévère, au lendemain de l'époque archaïque et à l'aube du classicisme. La silhouette conserve certes l'empreinte des couroï du VIe siècle av. J.-C., dans son aspect hiératique, sa frontalité, la nudité du jeune homme et l'avancée conventionnelle de la jambe gauche, plus longue que la droite. L'évolution du nu masculin y est cependant sensible. Le modelé est vigoureux, mais il a gagné en souplesse ; l'observation des muscles, malgré quelques hésitations anatomiques dans la description des pectoraux et des cuisses, est rendue avec plus de justesse (notamment dans le traitement des genoux et des mollets). Pour traduire le mouvement de l'athlète, le bronzier a joué de l'ondulation du dos et décalé l'axe des pectoraux par rapport à celui du thorax. La coiffure est courte et le visage, grave et sérieux, est dépourvu du sourire avenant qu'affichaient les effigies archaïques.

Une création de Grande Grèce

Identifiée à plusieurs reprises comme une création étrusque, cette oeuvre est plutôt considérée aujourd'hui comme une oeuvre élaborée au début du Ve siècle av. J.-C. dans un contexte italiote, par un artisan de la cité de Medma (Italie du Sud). Les proportions massives du jeune homme, celles de la tête, aussi large que haute, et le traitement hétérogène de la musculature - tantôt incohérente et schématique, tantôt scrupuleusement observée - sont autant de caractères propres à la Grande Grèce. Certains traits évoquent l'art de Pythagoras de Rhégion, un sculpteur italiote qui s'était illustré dans la production de portraits honorifiques d'athlètes vainqueurs aux jeux panhelléniques.

Bibliographie

- Le stade romain et ses spectacles, musée archéologique de Lattes, 1994, n 7, p. 157-158.

- Les Bronzes de la Couronne, 12 avril-12 juillet 1999, musée du Louvre, Paris, 1999, n 63, p. 92.

- JANNOT J.R., "Le lanceur de javelot du Louvre ou le chemin des bronziers étrusques", in Griechische und Römische Statuetten und Großbronzen, Akten der 9 Internationalen Tagung über antike bronzen, Wien 1986, Vienne, 1988.

- JANNOT J.R.,  "Le lanceur de javelot du musée du Louvre", in Revue Archéologique, 2, 1987, p. 227-250.

- Civiltà degli Etruschi, Musée archéologique, Florence, 1985, n 10.25, p. 281-282.

- THUILLIER J.-P., Les jeux athlétiques dans la civilisation étrusque, Rome, 1985, p. 310-312, n 4.3.

Cartel

  • Athlète

    Début du Ve siècle avant J.-C.

    Production de Grande Grèce (Medma ?)

  • Bronze

    H. : 46 cm.

  • Collections royales, avant 1684, Garde-Meuble de la Couronne (N° 63)

    Br 3

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Entresol
    Grèce préclassique
    Salle 1, actuellement fermée au public
    Vitrine 31

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet