Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>L'Apothéose de Henri IV et la proclamation de la régence de...

Œuvre L'Apothéose de Henri IV et la proclamation de la régence de Marie de Médicis, le 14 mai 1610

Département des Peintures : Peinture flamande

L'Apothéose d'Henri IV et la proclamation de la régence de la reine, le 14 mai 1610

© 2009 Musée du Louvre / Erich Lessing

Peintures
Peinture flamande

Auteur(s) :
Adeline Collange

Ce tableau illustre le moment clé du cycle de vingt-quatre toiles de la Galerie Médicis du Palais du Luxembourg : l'accession au pouvoir de Marie de Médicis. La composition est fondée sur deux pôles : à gauche, "Le Roy ravi au ciel" c'est-à-dire la divinisation de Henri IV et, à droite, "La Régence de la Reyne". Rubens utilise un langage complexe, mêlant les allégories et les figures mythologiques dans un décor se référant à l'Antiquité pour établir la légitimité politique de la régence.

Moment clé du cycle de la Galerie Médicis

Cette Apothéose faisait face à l'allégorie de Marie de Médicis dans Le Triomphe de la Vérité, qui inaugurait le cycle de vingt-quatre toiles glorifiant les hauts faits de la reine pour la galerie du Palais du Luxembourg. C'est le moment clé de l'histoire. Il établit la légitimité politique de la reine. La composition est fondée sur deux pôles : à gauche, "le Roy ravi au ciel" c'est-à-dire la divinisation de Henri IV après son assassinat par Ravaillac et, à droite, "la Régence de la Reyne". Leur fils Louis XIII n'ayant que neuf ans, Marie de Médicis, en tenue de deuil, prend la tête du royaume et trône au-dessus des vivants.

Un langage complexe mêlant allégorie et mythologie

Henri IV est soulevé du sol où agonise un serpent percé d'une flèche, allusion à l'ignominieux Ravaillac. Il est entraîné vers le ciel par Jupiter, le roi des dieux, soutenu par son aigle, et par Saturne muni de sa faux, car le Temps retiendra le règne de ce monarque. Au premier rang de l'Olympe, assis aux côtés de Mercure, l'attend Hercule, reconnaissable à sa léontée. Ce demi-dieu avait su gagner l'immortalité par ses exploits et son image avait été récupérée par les Bourbons. Rubens joue donc ici sur un parallèle flatteur pour Henri IV, sorte de nouvel Hercule gaulois qui accède au panthéon des héros. Marie de Médicis est quant à elle entourée de personnages mythologiques qui augurent de la justice de son règne. La Providence divine lui remet le timon, symbolisant une conduite juste et droite. La Reine est conseillée, à sa gauche, par Minerve, la sage déesse guerrière et, à sa droite, par la Prudence qui lui présente la France. L'allégorie de la France, casquée, pose un genou à terre pour lui offrir le globe du gouvernement, lequel est accepté par l'ensemble des grands du royaume qui lui portent allégeance. La référence à l'Antiquité est très présente dans cette glorification politique : la reine trône devant un arc de triomphe antique, Henri IV est vêtu comme un empereur romain et Bellone, déesse ailée de la guerre, tient un trophée d'armes directement inspiré de l'Antiquité.

Un souffle baroque exaltant l'histoire de la reine

Le drame et la gloire, deux pans d'une même histoire qui célèbre la reine à la manière d'une héroïne épique de la littérature de l'époque. Deux moments distincts d'une même histoire que Rubens mêle cependant avec beaucoup de subtilité dans un élan dynamique général qui entraîne, de courbe en courbe, le regard du spectateur vers la droite. La composition est aussi organiquement liée par la couleur, notamment par l'importance des rouges qui se font écho. Le souffle baroque qui anime la composition suscita l'admiration de nombreux artistes. La remarquable figure ailée de Bellone, à la nudité gonflée de vie, fut maintes fois copiée par Cézanne mais également par Delacroix qui s'en inspira pour sa Liberté guidant le peuple.

Bibliographie

- MIRIMONDE Albert Pomme de, Le Langage secret de certains tableaux du musée, Éditions de la Réunion des musées nationaux,  Paris, 1984, p.128-130.

- THUILLIER Jacques, FOUCART Jacques, Rubens, la Galerie Médicis au Palais du Luxembourg, Laffont, Paris, 1969.

Cartel

  • Petrus Paulus RUBENS (Siegen (Westphalie), 1577 - Anvers, 1640)

    L'Apothéose d'Henri IV et la proclamation de la régence de la reine, le 14 mai 1610

  • H. : 3,94 m. ; L. : 7,27 m.

  • INV. 1779

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Rubens : la Galerie Médicis
    Salle 18

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet