Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Bac

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Le Bac

© 2009 RMN / Jean-Gilles Berizzi

Peintures
Peinture hollandaise

Auteur(s) :
Adeline Collange

Vue des fortifications du château de Gennep (Limbourg) endommagées lors du siège de 1641.

Une calme marine

Un bac, chargé de cavaliers, quitte la rive plongée dans l'ombre, poussé par la perche du batelier. D'autres petites embarcations naviguent sur le fleuve et, au loin, des bateaux à voiles glissent silencieusement. A l'arrière-plan se dessinent des ruines pittoresques : ce sont les fortifications du château de Gennep (Limbourg) endommagées lors du siège de 1641. Un avant-poste de soldats protège la place avec un canon braqué sur la rivière. Salomon van Ruysdael, comme à son habitude, choisit un format allongé qui lui permet d'ouvrir le paysage sur un grand ciel paisible. Le calme de l'oeuvre est accentué par l'horizontalité marquée du fleuve, grand miroir d'argent dont les eaux ne semblent guère troublées par la circulation des bateaux. Cependant la composition est marquée par une douce diagonale qui guide notre regard du côté "plein" (la rive et les constructions, peintes dans des tonalités plus sombres) vers l'ouverture du ciel et de l'eau.

Subtile monochromie

Cette marine est peinte dans une grande subtilité de camaïeux d'ocres rosés, animés de quelques nuances de vert, qui s'accordent avec une palette de gris bleutés. Salomon van Ruysdael utilise très peu de matière pour peindre ; sa touche très légère lui permet de jouer sur la transparence d'une atmosphère qui unifie la composition. Ce travail très fin sur les valeurs, proche de la monochromie, rappelle l'art délicat de Jan van Goyen. Les deux peintres ont d'ailleurs sans doute été tous deux formés à Haarlem par Esaias van de Velde, dont ils vont approfondir la leçon sur le paysage.

La naissance du paysage hollandais

L'ouverture sur le ciel, le jeu sur la monochromie mais surtout la simplicité de la composition basée sur une absence revendiquée de réel sujet (il ne s'agit pas d'un épisode biblique, historique ou mythologique) marquent la naissance d'un nouveau genre de paysages proprement hollandais, bien loin des paysages maniéristes symboliques. Le véritable sujet de l'oeuvre, autant dans l'art de Salomon van Ruysdael que dans celui de Jan van Goyen, est désormais cette poésie émanant d'une atmosphère lumineuse, mêlant avec douceur l'eau et le ciel. Cette nouvelle conception du paysage influencera profondément l'oeuvre de son neveu Jacob van Ruisdael, même si ce dernier donnera un accent plus "romantique" et plus grandiose à ses compositions.

Bibliographie

- STECHOW W., Salomon Van Ruysdael : eine einführung in seine Kunst..., Zweite revidierte und vermehrte Auflage, Berlin : Gebr. Mann, 1975.

Cartel

  • Salomon van RUYSDAEL (Naarden, 1600 / 1603 - Haarlem, 1670)

    Le Bac

    1643

  • H. : 0,40 m. ; L. : 0,60 m.

  • Acquis sur le marché d'art (François Kleinberger), Paris, 1899 , 1899

    R.F. 1162

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Hollande, milieu et deuxième moitié du XVIIe siècle
    Salle 33

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet


Informations complémentaires

daté et signé : S.V. RUYSDAEL 1643