Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Cheval de Troie

Œuvre Le Cheval de Troie

Département des Arts graphiques : XIXe siècle

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Le cheval de Troie

Arts graphiques
XIXe siècle

Auteur(s) :
Marescalchi Consuelo

Dessin à la plume et à l'encre brune représentant le cheval de Troie, un thème tiré de L'Énéide de Virgile, l'oeuvre est sans doute l'une des pages les plus étonnantes de Girodet par la vigueur de son graphisme et la verve de son trait. L'art de la plume est en fait le vrai sujet du dessin, puisque l'énergie du graphisme fait vibrer la feuille. Girodet renouvelle en effet, dans cette création, l'usage du trait.

Des intrus dissimulés

Ce dessin à la plume et à l'encre brune illustre l'arrivée des envahisseurs grecs au sein de la ville de Troie, telle que la raconte Virgile dans l'Énéide. Le cheval de bois construit par Epeos (dont le nom apparaît sur la jambe avant gauche de l'animal) a été introduit dans la ville et les Grecs commencent à sortir de leur cachette. Sur l'encolure du cheval, d'où jaillissent les derniers guerriers, apparaît la chouette athénienne, illustrant l'origine des agresseurs.

Obscurcissement du classicisme

Le poète de prédilection du nouveau classicisme est Homère, dont le succès marque toute la fin du XVIIIe siècle. Mais autour de 1800 un autre poète prend la place de celui-ci : il s'agit de Virgile, dont Didot publie le recueil des Oeuvres en 1798. Il choisit pour illustrateurs de jeunes artistes recommandés par David, parmi lesquels Girodet qui se distingue par sa contribution. D'Homère à Virgile, de l'épopée grecque au poème latin, le classicisme change de ton : il devient noir. Car l'Énéide est avant tout la saga des vaincus ; cette liturgie funèbre, où se reconnaît à coup sûr l'époque de la Révolution, est une lente mélopée de bruit et de fureur qui culmine avec la chute de Troie.

Violation de palais

L'artiste choisit de représenter l'épisode vu du côté des Troyens. Il met la scène dans un cadre composé de deux fortes colonnes décorées de trophées d'armes et reliées de guirlandes (allusion à la fête en l'honneur du cheval). Cette architecture dessinée au premier plan, qui peut faire allusion au palais de Priam et qu'un Grec, sur une échelle, s'efforce de violer, suggère la symbolique transgressive du seuil : les ennemis sont entrés dans la ville imprenable. Mieux : le cadre induit un point de vue, c'est-à-dire fait le choix d'un parti, celui des Troyens. La scène est décrite depuis leurs remparts, de leur côté. Ce n'est donc pas un hasard si l'illustrateur campe au-devant, comme en exergue, les gardes somnolents dont la présence est vaine, métaphore pathétique du destin des vaincus. Girodet renouvelle ici l'usage du trait : il devient, sous sa plume, un principe de vie et non d'idée, vecteur du mouvement, pour rendre l'agitation de la scène et la fièvre de l'assaut. Il s'agit d'un trait capricieux, retors, versatile, saturant l'espace de sa vigueur diluvienne, qui vise moins à illustrer qu'à traduire, qui se rapporte moins au concept qu'à l'effet.

Bibliographie

- BERNIER Goerges, Anne-Louis Girodet, 1767-1824, Prix de Rome 1789, Paris, Bruxelles, 1975, pp. 177-178, repr.

- BONNEFOIT Régine, Largesse, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1994, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1994, n 38.

- BOUCHER Henri, "Girodet illustrateur. A propos des dessins inédits de l'Énéide", in Gazette des beaux-arts, novembre 1930, pp. 304-319.

- MICHEL Régis, Le Beau idéal ou l'art du concept, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1989, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1989, pp. 67-69, 153, n 40, repr.

Cartel

  • GIRODET DE ROUCY-TRIOSON Anne Louis

    Le cheval de Troie

  • Plume et encre brune. Annotations sur le cheval : 'ATENAIOS' et 'EPEOS'. Dessin restauré

    H. : 36.9 cm. ; L. : 32 cm.

  • achat , 1971

    4034732

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Annotations à la plume en grec sur le cheval : "Atenaios"(sur l'encolure) et "Epeos" (sur la jambe gauche)