Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Concert : chanteuse et joueuse de luth theorbé

Œuvre Le Concert : chanteuse et joueuse de luth theorbé

Département des Peintures : Peinture hollandaise

Le Concert : chanteuse et joueuse de luth theorbé

© 2004 RMN / Franck Raux

Peintures
Peinture hollandaise

Auteur(s) :
Adeline Collange

Délicate scène d'exercice musical jouant sur le symbolisme de l'accord musical parallèle à celui de l'accord amoureux.

Un concert

La scène se déroule dans un confortable intérieur bourgeois. Une riche tapisserie est tendue au fond de la pièce, et la table est recouverte d'un de ces luxueux tapis d'Orient, dont l'aspect coloré et géométrique séduisait les peintres du Nord. Les deux jeunes filles donnent un petit concert : la demoiselle de gauche joue du luth theorbé, tandis que sa compagne, assise, bat la mesure en suivant une partition et s'apprête sans doute à chanter. Un jeune serviteur apporte un verre de bière sur un plateau. Ter Borch reprend les scènes de genre mises à la mode quelques années plus tôt par des peintres comme Pieter Jacobsz. Codde, mais avec un plus grand raffinement.

Une poésie du silence

Les personnages semblent évoluer dans un monde étranger au nôtre, comme protégés par son atmosphère feutrée. Le décor de la pièce est très sobre, afin de mettre en valeur les personnages. La scène est peinte dans une palette de gris et de bruns assez discrets au milieu desquels éclate, comme une note aiguë, la robe lumineuse de la chanteuse, soulignée par le rouge vermillon de la chaise. Ter Borch apporte un grand soin au rendu des matières, et on ne peut qu'admirer l'harmonie des blancs et des gris de la jupe, qui jouent avec le jaune pâle du corsage. La subtilité de la gamme chromatique est comme un écho pictural à la musique des demoiselles. Parallèlement à ces scènes d'une sophistication gracieuse, Ter Borch peignit des oeuvres encore plus intimistes comme la très douce Leçon de lecture (musée du Louvre). Cette "poésie du silence" annonce les calmes compositions de Vermeer. D'ailleurs, à la fin de sa vie, Ter Borch ne fut pas insensible à l'art du maître de Delft.

Un élégant reflet de la bourgeoisie

Dès 1654, Ter Borch se consacre presque exclusivement à ce genre de tableaux raffinés et aux portraits des membres de la très riche bourgeoisie, ne peignant plus que très rarement des sujets militaires. Ces charmantes scènes d'intérieur, qui ont souvent une connotation galante, eurent un grand succès auprès de la bourgeoisie hollandaise qui appréciait l'élégant reflet que lui renvoyait Ter Borch. Le peintre multiplia ces "sujets de mode", n'hésitant pas à réutiliser certains motifs qui lui plaisaient, comme le tapis de table ou le profil au menton un peu lourd de la chanteuse, si caractéristique de ses figures féminines. Son art fut aussi particulièrement collectionné par les amateurs français du XVIIIe siècle, qui surent goûter sa plaisante poésie.

Bibliographie

- Le Siècle de Rembrandt : tableaux hollandais des collections publiques françaises, Editions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1970, p. 21.

Cartel

  • Gerard ter BORCH (Zwolle, 1617 - Deventer, 1681)

    Le Concert : chanteuse et joueuse de luth theorbé

    Vers 1657

  • H. : 0,47 m. ; L. : 0,44 m.

  • Saisie Brissac, 1794

    INV. 1901

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Hollande, milieu du XVIIe siècle
    Salle 36

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

monogrammé GTB (peu lisible)