Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Départ pour le Sabbat

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Le départ pour le sabbat

Arts graphiques
XVIe siècle

Auteur(s) :
Grollemund Hélène

Inventorié au début du XIXe siècle comme Dürer, ce dessin a été attribué à Altdorfer en 1923. Depuis lors, cette remarquable pièce est unanimement considérée comme une oeuvre capitale du principal représentant de l'école dite du Danube, et l'un de ses premiers dessins connus daté de 1506. Il s'y affirme déjà comme un remarquable génie, à la vision lyrique, fantastique et mystérieuse.

Une scène fantastique

Au premier plan, quatre sorcières à moitié nues, trois debout et une assise, se tiennent dans un paysage forestier. D'autres s'envolent sur des boucs, pour une chevauchée fantastique. Quelques maisons d'un village, caché en partie par la cavalcade, apparaissent à l'arrière-plan, sur la gauche. Tout concourt à donner à la représentation un caractère irréel : l'animation des sorcières au premier plan, les bras alternativement baissés ou levés, le corps penché sur le côté ou en torsion vers l'arrière, le mouvement ascendant de la chevauchée dont les formes se diluent progressivement dans le ciel, les envols des chevelures et des longues draperies, la transformation d’un paysage réel en un lieu visionnaire.

L'affirmation d'un style

Deux autres feuilles, de même technique et de format voisin, portent également la date de 1506 : une Allégorie : la Paix et Minerve (Berlin, Kupferstichkabinett), où l'on retrouve le profil de la sorcière assise de profil à droite, et Samson et Dalila (New York, Metropolitan Museum of Art). Plus encore que ces deux études, celle du Louvre est, de l'avis général, particulièrement révélatrice du style du jeune Altdorfer : par ses effets de clair-obscur sur le fond coloré, par son trait de plume nerveux, par ses accents donnés par les rehauts de blanc, elle nous plonge dans l'univers fantastique et irréel créé par l'imagination de l'artiste. Deux gravures contemporaines, Mars et Flore, témoignent des mêmes préoccupations : la figure de Mars reprend, inversée, un corps analogue à celui de la sorcière vue de face, avec la même hardiesse de trait et un goût similaire de la fantaisie.

Sorcellerie et humanisme

Le Départ pour le sabbat n'est pas un exemple isolé de l'intérêt pour la sorcellerie au XVIe siècle. L'originalité d'Altdorfer réside cependant dans l'introduction des personnages dans un paysage, conférant un aspect anecdotique à la scène. Il semble également que ce soit dans ce dessin qu'une nouvelle iconographie de la sorcellerie apparaisse, combinant le groupe féminin des sorcières avec leur chevauchée d'animaux dans les airs. Certains artistes allemands contemporains ont traité ce thème, Dürer en 1497 et surtout Baldung Grien : Sabbat gravé en chiaroscuro, de 1510, dessins de l'Albertina de Vienne de 1514, Sabbat des sorcières, dessin du Louvre et peinture de 1523 (Francfort, Städelsches Kunstinstitut). Mais l'esprit de ces oeuvres est très différent. Dans le cas de Baldung, la dimension érotique est tout à fait présente, alors que les personnages d'Altdorfer paraissent d'un sexe indéterminé, le jeune artiste semblant se désintéresser de la justesse anatomique, au profit d'une évocation lyrique. Certains historiens d'art ont enfin souligné les rapports entre le développement de l'humanisme et l'attrait pour la nature, l'homme sauvage et les sorcières. Cet intérêt ne semble pas incompatible avec une foi sincère et l'on peut se demander si Altdorfer n'éprouvait pas de la sympathie pour ces idées.

Bibliographie

- BACOU Roseline, Dessins du Louvre. Écoles allemande, flamande, hollandaise, Paris, Flammarion, 1968, notice 17.

- CALVET Arlette, Le XVIe Siècle européen, dessins du Louvre, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1965, notice 51.

- MIELKE Hans, Albrecht Altdorfer : Zeichnungen, Deckfarbenmalerei, Druckgraphik, cat. exp. Berlin-Ratisbonne, Reimer Verlag, 1988, notice 7.

- SÖDING U., "Hans Baldung Grien in Freiburg : Themenwahl und Stilentwicklung", in Hans Baldung Grien in Freiburg, cat. exp. Fribourg-en-Brisgau, Augustinermuseum, 2000-2001, p. 41.

- STARCKY Emmanuel, Dessins de Dürer et de la Renaissance germanique dans les collections publiques parisiennes, LXXXXVIIIe exposition du Cabinet des dessins, cat. exp. Paris, musée du Louvre, 1991-1992, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1991, notice 114.

- VIATTE Françoise, Il Paesaggio nel Disegno del Cinquecento Europeo, cat. exp. Rome, Villa Médicis, 1972-1973, notice 19.

Cartel

  • ALTDORFER Albrecht

    Le départ pour le sabbat

    en 1506

    Saint-Morys, Ch.-P.-J.-B. de Bourgevin Vialart de

  • Plume, encre noire, rehauts de gouache blanche sur papier préparé rouge brique. En bas à gauche, de la main de l'artiste, à la plume et encre noire, monogramme et la date : 1506. Au verso, en bas à droite, à la plume et encre brune, annoté : 311 transformé en 611. Filet d'encadrement à la plume et encre noçire. Collé en plein.

    H. : 17.9 cm. ; L. : 12.4 cm.

  • Saisie des Emigrés

    3918867

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Annotation : En bas à gauche, de la main de l'artiste, à la plume, encre noire, monogramme et la date 1506