Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Fragment de la palette de la chasse

Œuvre Le Fragment de la palette de la chasse

Département des Antiquités égyptiennes : De la fin de la Préhistoire à la fin du Moyen Empire (vers 3800 - 1710 av. J.-C.)

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Fragment de la palette de la chasse

© Musée du Louvre/C. Décamps

Antiquités égyptiennes
De la fin de la Préhistoire à la fin du Moyen Empire (vers 3800 - 1710 av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marc Étienne, Geneviève Pierrat-Bonnefois

La palette dite "de la chasse" appartient à un type d'objet qui porte les premiers bas-reliefs égyptiens à la fin de la Préhistoire. Il s'agit de grandes plaques de pierre votives, portant une cupule en leur milieu. Celle-ci est décorée, sur une seule face, d'une scène de chasse. Le costume, les armes et certains signes se retrouveront dans la civilisation pharaonique.

Des palettes pour préparer le fard à yeux

A la fin de la préhistoire égyptienne, pendant le IVe millénaire av. J.-C., les habitants de la basse vallée du Nil comptent parmi leurs objets décoratifs des palettes en pierre sur lesquelles ils broient leur fard à yeux. Elles sont plates et leur découpe est sculptée d'élégante façon, reproduisant une silhouette animale stylisée, le poisson le plus souvent, ou bien en forme de losange ou encore d'écusson surmonté de têtes d'oiseaux. On suppose que le fard à yeux de couleur verte à base de minerai de cuivre tenait une grande place dans leurs coutumes et devait être considéré comme chargé de vertu magique. Les palettes étaient des objets d'art déposés au niveau de la tête du mort dans la tombe.

Les débuts du bas-relief

Dans la dernière phase de cette époque dite "de Nagada", après 3300 av. J.-C., des palettes portent des scènes qui comptent parmi les premiers exemples de l'art du bas-relief en Egypte. Certaines peuvent atteindre une taille assez importante et comportent une cupule en leur centre. C'est le cas de la palette dite "de la chasse" dont le Louvre conserve un fragment, deux autres se trouvant au British Museum de Londres ( EA 20790). La scène figure des hommes chassant le lion et l'antilope (fragments de Londres). Sur le fragment du Louvre, les chasseurs défilent portant des pagnes avec une queue d'animal, des bâtons de jet, des arcs et des enseignes. Ces accessoires et les conventions utilisées pour la représentation de ces personnages nagadiens se retrouveront tout au long de l'époque pharaonique.

Entre préhistoire et histoire

Ces palettes "historiées" ont été trouvées dans des tombes mais également dans des édifices religieux. D'une grande valeur artistique, mais peu adapté pour un usage pratique, elles ont du constituer un équipement pour des dieux ou des chefs. Leur usage devait être restreint aux cérémonies, voire même seulement commémoratif. En effet, c'est sur ces grandes palettes, ainsi que sur les manches en ivoire de poignards, que l'art du relief se développe alors, tandis que la grande architecture de pierre est encore inexistante. C'est ainsi que la palette à fard, un type d'objet caractéristique de la fin de la préhistoire, devint le support des premiers reliefs. Ici, la scène de chasse exprime une activité fondamentale de la société préhistorique, qui pour les Egyptiens de la période historique était considérée comme une manifestation de l'emprise de l'homme sur le chaos naturel. Les chasseurs défilent le long du bord de la palette, tandis que les animaux sont relégués au centre et sur les extrémités. Sur cette oeuvre mobile, l'action est organisée avec une liberté qui nous déconcerte, car elle n'est pas soumise à l'orientation fixe d'une paroi murale.

Bibliographie


- Le temps des pyramides, J. Leclant éd., L’Univers des Formes, tome I., Paris, 1978, p. 54, fig. 60.

- SPENCER A.J., Early Egypt, The rise of civilisation in the Nile valley, Londres, The British Museum Press, 1993, p. 57-58, fig. 37.

- MIDANT-REYNES B., Aux origines de l’Egypte. Du Néolithique à l’émergence de l’Etat, Paris, 2003, p. 336-361 (sur les palettes à fard et leur iconographie).

The Hunters Palette

Said to come from Tell el-Amarna, Egypt
Late Predynastic period to 1st Dynasty, about 3100 BC
Decorated with hunting scenes
Slate palettes were used as a surface on which to grind minerals, probably to be used as cosmetics. Plain slate palettes were a particularly common element of burnt assemblages in the late predynastic and early dynastic periods. This example is richly decorated, suggesting that it came from the burial of a very important person. It also suggests that it was purely ceremonial, though the undecorated circular area still indicates its original purpose.
The hunting scene can be interpreted as showing the struggle between civilized humans and the forces of chaos, as symbolized by the wild and ferocious animals . This can also be seen in a slightly different form on ceremonial palettes decorated with battle scenes in which Egyptians conquer their enemies.
Hunting was a favourite pastime of the rich from very early times. The great variety of wild animals shown here probably represents the species that could generally be found when hunting, rather than those encountered on a single expedition. These included hares, deer, ibex, ostrich and lions. Most of these animals are no longer found in Egypt. Ostriches were depicted in rock carvings in the wadis and desert margins until relatively late in Egyptian history. An offering of ostrich feathers was found at Hierakonpolis, associated with the return of the goddess Hathor from the south, heralding the inundation.
Length: 30.5 cm
Width: 14 cm

Department of Ancient Egypt and Sudan (study collection)

- SPENCER A.J., Early Egypt, The rise of civilisation in the Nile valley, Londres, The British Museum Press, 1993, p. 57-58, fig. 37.

- STEAD M., Egyptian life, London, The British Museum Press, 1986, p. 59, fig. 75.

Cartel

  • Fragment de la palette de la chasse

    vers 3300 - 3100 avant J.-C.

    proviendrait d'Abydos

  • grauwacke

    H. : 14,60 cm. ; L. : 40,50 cm.

  • E 11254

  • Antiquités égyptiennes

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet